Accueil > (...) > Le Magazine électronique

Retraites : le mépris des médias (mag électronique n°200)

par Acrimed,



SOMMAIRE

1. Retraites : le mépris des médias
2. Soutenez Acrimed !
3. Sur le site d’Acrimed
4. Sur d’autres sites


À chaque mouvement social, les médias dominants, leurs chefs et leurs éditocrates, soutiennent avec zèle les réformes libérales, et aboient contre celles et ceux qui font grève. La mobilisation contre la réforme des retraites ne fait pas exception.

Depuis septembre, les éditorialistes sont sur le pied de guerre. Les cheminots de la SNCF et la RATP, montrés du doigt comme « privilégiés », sont tout particulièrement dans leur viseur.

La presse se mobilise, entonnant le refrain d’une réforme « nécessaire » et stigmatisant à l’avance les grévistes, à l’instar du JDD et du Parisien.

Dans les JT, on parle moins du pourquoi de la grève que de ses « dommages collatéraux », et moins des revendications des manifestants que du « coût » supposé des régimes spéciaux.

Après la première journée de mobilisation, le 5 décembre, France 2 remettait le couvert, dans une émission spéciale, et attaquait une nouvelle fois les « privilèges » des cheminots.

Ruth Elkrief résume à merveille, le 11 décembre (BFM-TV), l’angoisse qui saisit les éditocrates à chaque mouvement social : « Quand est-ce que c’est fini pour les Français ? On arrive aux fêtes de Noël, on ne peut pas continuer comme ça ! »

Face à ce traitement caricatural des mobilisations, la critique des médias a plus que jamais sa place dans le mouvement social qui émerge, et doit figurer à l’agenda pour ce qu’elle est : une question politique de premier plan !



En cette fin d’année, pensez à soutenir notre association : sa pérennité en dépend !

Nous vous rappelons que les dons à Acrimed ouvrent droit à déduction fiscale.

Pour cela rdv sur notre site ou en nous envoyant un chèque à l’adresse suivante :
Acrimed
39 rue du faubourg Saint Martin
75010 Paris



- Interviews à géométrie variable sur les retraites : tiens, voilà du Bourdin ! (13/12) – De l’art de muscler les interviews en fonction des invités.

- François Pinault (et Le Point), rendez l’argent ! (12/12) – L’hebdomadaire profite si bien d’un système tant décrié.

- Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2020 ! (11/12) – Nos seules ressources financières : votre soutien.

- Le mépris des médias : une raison de plus pour se mobiliser ! (10/12) – Un tract pour les manifestations « contre le projet de réforme des retraites » (10/12).

- Violences policières : France 2 enquête… (09/12) – … non sans prendre une certaine distance.
- « L’éducation aux médias et à l’information », un objet à inventer (08/12) – Plaidoyer pour une éducation critique aux médias !

- « Vous avez la parole » sur France 2 : les cheminots sur le grill (06/12) – Haro sur les régimes spéciaux dans l’émission de débat de France 2.

- La grève du 5 décembre au 20h de France 2 : quatre jours de propagande (05/12) – Misère de l’information sociale sur le service public.

- Le Parisien prépare la grève du 5 décembre et la réforme des retraites (04/12) – Diviser pour réformer.

- Gilets jaunes : il y a un an, Ruth Elkrief paniquait (04/12) – Quand les éditocrates nous éclairent sur leur rôle social.

- Le JDD prépare la grève du 5 décembre et la réforme des retraites (04/12) – Simulacre d’exhaustivité et d’objectivité.

- Réforme des retraites : BFM-TV questionne le droit de grève (03/12) – Quand les cadrages médiatiques imposent des reculs sociaux.

- Retraites : les éditorialistes sur le pied de guerre depuis trois mois (02/12) – Une réforme « nécessaire » face aux « privilèges ».

- Le cas de Julian Assange constitue une inquiétante violation de la liberté de la presse (communiqué intersyndical) (28/11) – Lettre ouverte des syndicats de journalistes SNJ, SNJ-CGT et CFDT-Journalistes.

- La grève de Radio France vue de l’intérieur (podcast) (27/11) – Un podcast du collectif Radio Dedans Dehors.

- Que gagnent les journalistes ? Entre précarisation et salaires faramineux (26/11) – Des journalistes stars aux pigistes, le grand écart de revenus.

- Outils pour le traitement médiatique des violences contre les femmes (23/11) – Par le collectif « Prenons la une ».

- Manifestation contre l’islamophobie : les procès d’intention de Jean-Michel Aphatie (22/11) – Comment réduire une manifestation à deux épiphénomènes.

- Dessine-moi les médias : où va le journalisme ? (21/11) – Où va le journalisme ? par Mathieu Colloghan.

- Radio France : les sévices publics de Sibyle Veil (20/11) – Entretien avec Lionel Thompson (SNJ-CGT).

- Le Parisien plombe les gilets jaunes (et tous les mouvements sociaux) (19/11) – Le quotidien en chef de la démobilisation sociale.

- Halte à la répression contre les journalistes (SNJ-CGT) (18/11) – Un communiqué du SNJ-CGT.


- Controversé toi-même ! (lmsi.net, 26/11) - « Ce dimanche 10 novembre 2019, nous quittons la marche contre l’islamophobie pour nous réchauffer dans un café. Sur un des écrans qui diffuse BFMTV, nous découvrons qu’il s’agissait en réalité d’une "manifestation controversée contre l’islamophobie". Ah bon ? »

- « Grogne sociale » : la révolte des classes laborieuses vue par la bourgeoisie parisienne (Frustration, 27/11) - « Au cours de mes études, j’ai travaillé plusieurs mois dans une émission politique de France Télévisions, à Paris. [...] Le présentateur et certains producteurs, n’allant jamais sur le terrain, se fabriquaient de leur bureau et au travers ces images une conception bien à eux de la manifestation. Par conséquent, le terme de “grogne sociale” revenait systématiquement, sans jamais le questionner, dans la mesure où le terme venait appuyer leur conception d’une manifestation : une bande de plouc énervée de manière ponctuelle, rien de plus, rien de moins. »

- Une « consigne » a-t-elle été donnée à France Télés pour ne pas employer les mots « grève historique » ou « colère » comme l’affirme la CGT ? (Libération.fr, 06/12) - « Dans ce communiqué, la CGT s’insurge d’une "consigne sidérante donnée par la direction de l’info aux chefs de service". Et de détailler : "Rappel du 13 heures mais qui vaut pour tout le monde : ne pas utiliser les mots ’prise d’otage’, ’colère’, ’grève historique’, ’grève générale’." La CGT accuse alors la direction d’être "clairement inféodée au pouvoir politique" et ironise : "Un avant-goût de la ligne éditoriale de la future holding France Media ?" »

- Quartiers populaires, médias et police : enquête sur les raisons d’une défiance (Loopsider, 27/11) - Une vidéo qui revient sur la manière dont les médias traitent les quartiers populaires.

- Pour « Le Point », il y a sorcières (tendance) et sorcières (pas tendance) (Post Facebook de Pierre Tevanian, 03/12) - Comparaison entre plusieurs Unes du Point qui convoquent, chacune à sa manière et dans des buts différents, des figures passées ou (plus ou moins consciemment) actuelles de la « sorcière ».

- Après CNews, Valeurs actuelles est la nouvelle cible des Sleeping Giants (Slate.fr, 02/12) - « "Il y a souvent une incompréhension de notre action. Lorsqu’une publication, une émission télé ou autre diffuse un message qui nous paraît ignoble, tendancieux et haineux, mais que ce message reste dans les limites de la légalité, nous ne réclamons pas une censure. Nous désirons seulement que les sources de financement soient informées et consentantes, et que chacun prenne la pleine mesure de ses décisions". »

- France 5 : malaise à la rédaction de « C dans l’air » (Le Parisien, 10/12) - « Cadences très soutenues, contrats précaires et cinq jours de vacances par an, une autre partie des congés payés étant incluse dans la rémunération. Derrière la jolie vitrine de C dans l’air, un malaise a envahi la rédaction qui doit fournir les sujets des 312 numéros par an diffusés sur France 5 du lundi au samedi. »

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Les médias en Inde : oligarques triomphants, journalistes en péril

De graves menaces contre le droit à l’information.

Insécurité et « ensauvagement » médiatique : entretien avec Laurent Mucchielli

Sur la médiatisation des chiffres de la délinquance.

Le ministère de l’Intérieur n’a pas à mettre au pas les journalistes qui couvrent des manifestations

Un communiqué du SNJ. Crédit photos : Serge D’Ignazio