Accueil > Critiques > (...) > Mobilisation contre la réforme des retraites (2019)

Réforme des retraites : BFM-TV questionne le droit de grève

par Jean Pérès, Maxime Friot, Pauline Perrenot,

Face à la grève qui vient contre le projet de réforme des retraites, les animateurs des grands médias sont sur le pied de guerre depuis trois mois. Rien de tel, pour discréditer par avance la mobilisation, que les vieilles recettes qui ont fait leurs preuves au cours des mouvements de grève des trente dernières années, sortes de marronniers pour temps de mobilisations sociales. Parmi elles, la défense des usagers victimes des grévistes est sans doute la plus récurrente. Et lorsqu’un élu de droite, en l’occurrence Bruno Retailleau, fait une « proposition choc » au JDD (réquisitionner les personnels grévistes), le moins que l’on puisse dire, c’est que cela fait mouche dans la rédaction de BFM-TV.

Le 23 novembre, le JDD s’interroge, en Une, sur « ce que Macron peut encore faire avant la grève ».



La bonne idée du sénateur


Une solution toute trouvée est apportée par la voix de Bruno Retailleau, président des sénateurs Les Républicains, interviewé dans les pages du journal :



« Réquisitionner des personnels grévistes ». Une proposition qui ne pouvait pas manquer de séduire les éditorialistes les plus progressistes de BFM-TV, qui, deux jours plus tard, le 25 novembre, s’en servent comme « cadrage » de plusieurs programmes.



Parmi ces derniers, « BFM Story », animé par Olivier Truchot en compagnie du gratin de l’éditocratie maison, dont, ce jour-là, Éric Brunet, mais également Anna Cabana, également rédactrice en chef du service politique… du JDD. Où la journaliste se félicite d’une mécanique médiatique fort bien huilée :

C’est une vraie habileté politique aujourd’hui à faire sortir cette question de la réquisition des grévistes. La preuve en est, regardez : on est en train d’en débattre ! Et depuis que [Bruno Retailleau] a jeté ce pavé dans la mare dans les colonnes de mon journal, le JDD, eh bien vous avez vu que chaque interlocuteur aujourd’hui qui se trouve devant un micro se voit demander : « Et alors qu’est-ce que vous pensez de la proposition de loi de Bruno Retailleau ? » […] On est à 10 jours de cette mobilisation du 5 décembre, donc on est purement et simplement dans une très grande et assez réussie opération de communication et de tactique politique.

Félicitons à notre tour le JDD en général, et Anna Cabana en particulier, pour ce vaste numéro de passe-plats, effectivement « assez réussi ». Car de fait, l’émission a consisté à débattre de la réquisition des grévistes. Sous les meilleurs auspices, comme le laissait présager un dialogue entre Olivier Truchot et Éric Brunet :

- Olivier Truchot : La réquisition, c’est la solution pour limiter la galère le 5 décembre ?

- Éric Brunet : Bien sûr ! […] Il faut garantir le droit de grève, voilà, c’est un principe démocratique auquel il ne faut surtout pas toucher, bien évidemment, mais en même temps, il faut garantir le droit fondamental de circuler pour ceux qui souhaitent circuler. Je pense d’abord à ceux qui en ont vraiment besoin pour l’utilité publique et pour l’intérêt général, je pense aux infirmières, aux médecins, […]. Une grève, ça ne signifie pas le blocage !

Ainsi de grandes odes à la liberté de circulation vont-elles résonner sur le plateau de BFM-TV. En attendant, c’est Olivier Truchot qui donne la réplique à Éric Brunet, après s’être demandé « pourquoi, chez les cheminots, on ne peut pas imaginer [ne pas avoir le droit de faire grève] » au nom, selon lui, de « la liberté de circulation, [qui] est aussi un droit constitutionnel ? » Grand suspense avec Éric Brunet :

Quand on regarde cette situation gauloise, typique, caractéristique, on se dit quand même qu’on est un pays très singulier parce que la culture des blocages, la gréviculture, je rappelle quand même que la SNCF, depuis son année de création en 1947 n’a pas eu une seule année sans un grand mouvement de grève. […] Il est temps que nous respections un tout petit peu les clients ou les usagers des transports ! […] Mais enfin franchement, oui ! Les citoyens français ont le droit, la liberté de pouvoir se déplacer comme ils le souhaitent et de ne pas subir impunément ces blocages !


L’interrogatoire d’Éric Coquerel


Un peu plus tôt, au cours de l’émission « Non-Stop », François Gapihan et Karine de Ménonville cuisinaient déjà Éric Coquerel, député de la France insoumise, avec le même type de cadrage :


- François Gapihan : « En prévision du 5 décembre, dans dix jours, ne serait-ce pas normal de garantir un véritable service minimum pour les usagers ? »

- Éric Coquerel répond que le droit de grève, c’est le fait de pouvoir faire grève.

- François Gapihan (le coupant) : « C’est pas le droit de bloquer ! »

- Éric Coquerel dit qu’une grève gène toujours certains usagers.

- François Gapihan (parlant en même temps que lui) : « Mais la liberté de circulation est aussi un droit en France, donc effectivement il y a deux droits qui se télescopent dans ce cas-là. Le droit de grève et le droit de circulation pour les usagers des services publics notamment. »

- Éric Coquerel reprend sur le caractère constitutionnel du droit de grève.

- François Gapihan (le coupant à nouveau) : « Mais vous ne répondez pas à cette question ! »

- Éric Coquerel reprend ce qu’il a déjà dit sur le droit de grève, la gêne occasionnée, et la constitution.

- Karine de Ménonville : « Alors sans porter atteinte bien évidemment au droit de grève, on sait bien que le 5 décembre sera une journée très forte en particulier en ce qui concerne les transports. Il y a des gens qui sont dans l’obligation d’aller travailler, qui n’ont pas la solution de poser un jour de congé ou autre. Est-ce qu’il ne serait pas de bon augure aussi de leur permettre d’aller à leur travail ? »

- Éric Coquerel fait observer qu’on lui pose trois fois la même question.

- Karine de Ménonville (le coupant) : « Ben pour avoir une réponse, en fait ! »

- Éric Coquerel répète qu’il défend le droit de grève.

- François Gapihan (le coupant à nouveau) : « Mais franchement que dites-vous aux gens qui vont se retrouver bloqués… Vous leur dites "soyez gentils, soyez patients et prenez sur vous" ? Parce que vous n’apportez pas de réponse aux questions qu’on vous pose, Éric Coquerel. Nous on vous pose une question sur "qu’est-ce qu’on fait du droit de circuler quand il y a en parallèle le droit de grève qui est constitutionnel et personne ne le remet en cause ?" »

- Éric Coquerel lui répond que si, ils le remettent en cause.

- François Gapihan (le coupant puis parlant en même temps) : « Le droit de grève c’est pas le droit de bloquer la France, c’est un peu différent. Dans la majorité des secteurs on n’a pas la capacité de bloquer quand on se met grève, Éric Coquerel ! »

- Éric Coquerel a finalement une minute entière pour parler (bien que François Gapihan parle en même temps que lui au début de cette dernière séquence).


Le député de la France insoumise aura ainsi été coupé pratiquement à chacune de ses interventions, et plusieurs fois avec une obstination certaine, quand François Gapihan parlait en même temps et un peu plus fort que lui (Éric Coquerel était en duplex). Des interruptions qui ne visent pas à lui faire développer sa réponse, mais à lui en faire changer sous le prétexte qu’il n’aurait pas répondu. Comme souvent lorsque l’interviewé ne répond pas comme il faut (entendre : comme l’intervieweur l’attend), les questions se font répétitives et lancinantes. Une pugnacité à géométrie variable, et qui a pour conséquence d’empêcher la claire exposition d’une idée ou d’un discours devenus « alternatifs », à savoir défendre… le droit de grève !

Comme nous l’avons déjà évoqué à plusieurs reprises, ce type d’interrogatoire médiatique donne davantage à entendre les idées de l’intervieweur que celles de l’interviewé – a fortiori en période de mobilisations sociales.

C’est ce que souligne avec humour Samuel Gontier quand Karine de Ménonville conclut l’entretien par ces mots : « Merci beaucoup, Éric Coquerel, de nous avoir donné votre avis sur BFMTV. » Et le journaliste de Télérama d’ajouter : « Pardon, il me semble que c’est l’inverse : merci beaucoup, BFMTV, de nous avoir donné votre avis sur Éric Coquerel – et sur la grève. » [1]


Maxime Friot, Jean Pérès et Pauline Perrenot


Annexe

Notons qu’en terme d’interview-interrogatoire, BFM-TV n’en était évidemment pas à son premier coup d’essai. Le 24 septembre, Philippe Martinez était reçu par Olivier Truchot. Questions choisies :

- C’est une bonne idée de refaire grève à la RATP début décembre ?
- Mais ça veut dire qu’il faut prévenir les Français que la fin d’année sera très difficile dans les transports en France ?
- Ce sont les Français qui sont victimes de ces grèves.
- Est-ce qu’on doit craindre, quand même, une fin d’année difficile ?
- Est-ce qu’il faut craindre le spectre de 1995 ?

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Interviews à géométrie variable sur les retraites : tiens, voilà du Bourdin !

De l’art de muscler les interviews en fonction des invités.

François Pinault (et Le Point), rendez l’argent !

L’hebdomadaire profite si bien d’un système tant décrié.

Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2020 !

Nos seules ressources financières : votre soutien.