Accueil > (...) > Le Magazine électronique

À qui appartiennent les médias ? (mag électronique n°199)

par Acrimed,



SOMMAIRE

1. À qui appartiennent les médias ?
2. Sur le site d’Acrimed
3. Sur d’autres sites


À qui appartiennent les médias ? Depuis plusieurs années, Acrimed et le Monde diplomatique éditent la – désormais fameuse – carte « Médias : qui possède quoi ? », dont la version 15 vient d’être publiée. Vous pouvez la consulter en ligne, elle est en accès libre !


Vous trouverez également la version précédente, en format détachable, dans le numéro 32 de notre revue Médiacritiques, que vous pouvez encore commander (pour recevoir le numéro 33 et les suivants : abonnez-vous !)

Le constat est sans appel : en France, un petit groupe de capitalistes contrôle l’essentiel des moyens privés de production de l’information écrite, télévisuelle et radiophonique (ainsi que leurs sites internet). Des propriétaires appartenant évidemment à la même classe sociale, tout à la fois PDG d’entreprises transnationales, capitaines d’industrie, financiers et gestionnaires de conseils d’administration.

Leurs activités les amènent à s’échanger régulièrement leurs parts dans les diverses entreprises qu’ils possèdent afin de consolider leurs positions ou leurs stratégies respectives. Et, si tout ne s’explique pas par l’appartenance d’un média à tel ou tel milliardaire, rien ne s’explique sans.


- Renaud Camus & Finkielkraut : les dissonances cognitives du Monde (15/11) – D’une enquête à un « Forum philo » complaisant : cherchez l’erreur.

- Macron contre le journalisme (14/11) – Les attaques contre la liberté d’informer s’accumulent.

- Réunification de l’Allemagne : Un résumé pamphlétaire sur France Info (13/11) – Patrice Romedenne dresse un mur contre le « Monde diplomatique ».

- Nouveau : Nicolas Demorand accueille avec enthousiasme les critiques ! (12/11) – L’éditocrate aurait-il changé ?

- Islamophobie : la surenchère complice des médias dominants (10/11) – Un tract pour la « Marche nationale contre l’islamophobie » (10/11 à Paris)

- Réponse à NewsGuard, arbitre auto-désigné des élégances journalistiques (09/11) – Notre position sur la démarche d’« évaluation » de NewsGuard.

- Médias français : qui possède quoi ? (08/11) – Vous avez dit « concentrations » ? Nouvelle version de notre infographie.

- Actualité des médias : Promotion médiatique de l’islamophobie (suite), licenciements, précarité, GAFAM... (08/11) – Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

- Greta Thunberg : les chiens de garde sont lâchés (06/11) – De la panique morale à la disqualification politique.

- La presse locale dans tous ses états (05/11) – Face aux grands groupes, une presse alternative résiste.

- Les détestations de Jean Quatremer (04/11) – À propos d’un article du « Monde Diplomatique » : méprisable mépris et satisfaite suffisance.

- « C à vous » au sommet du « journalisme » mondain : réception avec Cécilia Attias & Louis Sarkozy (01/11) – Entre servilité et déconnexion : le pire du « journalisme » de classe.


- Marianne attise les flammes de l’islamophobie et découvre que le feu brûle (Révolution permanente, 31/10) - « Le journal Marianne participe en effet depuis des années à l’offensive islamophobe. "Pourquoi l’islam fait peur", déjà en couverture en 2011. Plus récemment, en septembre 2019, Marianne voyait dans l’affaire du voile à l’école de Creil le début de la "capitulation de la République" face au communautarisme, alors qu’elle représente en réalité la première étape de l’obsession française pour les femmes voilées, qui depuis ont vu leurs droits et leurs libertés se réduire comme peau de chagrin. »

- Manif contre l’islamophobie : “dérapages en série” sur BFMTV et LCI (Téléama, 12/11) - « Sur BFMTV comme sur LCI, la manifestation contre l’islamophobie organisée dimanche à Paris se résume à une image (celle d’une “petite fille” portant un croissant et une étoile jaunes) et à un discours (revendiquant le droit de prier “Allah Akbar”). Les rares invités à défendre une autre vision se font sévèrement rabrouer. »

- A propos d’un article paru dans le hors-série de "Valeurs actuelles", octobre 2019 (Blog de Benjamin Stora) - « Le numéro hors-série d’octobre 2019 de Valeurs actuelles sur "l’Algérie française" a consacré plusieurs pages à mon parcours sous le titre "Un historien officiel". Cet article ne cite aucun titre de mes livres, et ne fait jamais référence (y compris pour les critiquer) aux thèmes de mes travaux comme l’histoire des juifs d’Algérie, l’histoire de Messali Hadj et la guerre des nationalistes algériens, ou encore l’histoire de François Mitterrand et des guillotinés à partir d’archives inédites, ect, ect)….. Mais il s’attarde sur d’autres aspects. Cet article est antisémite, voici pourquoi. »

- Balai et serpillière : à propos d’une certaine "lettre à une sorcière autoproclamée" (Blog de Claro, 13/11) - « C’est quoi, son problème, à Luc Le Vaillant ? Il trouve que les femmes en font trop ? Ne se rebellent pas comme il faut ? Prennent les mauvais modèles ? Oui, parce que, hein, franchement, les sorcières, c’était autre chose, nous dit-il, "elles payaient souvent de leur vie une révolte qui n’était pas en peau de lapin". Pourquoi utiliser le temps de l’imparfait ? Les chiffes des féminicides, c’est de la "peau de lapin" ? Les femmes sont des lapins, c’est ça qu’il veut dire en fait ? Les écorchées quotidiennes apprécieront. »

- La réforme de l’assurance chômage va-t-elle précariser davantage les pigistes ? (CheckNews.fr, 07/11) - « A l’instar des salariés qui alternent les contrats courts et les périodes d’inactivité, les pigistes seront fortement pénalisés par les nouvelles règles d’indemnisation. »

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le cirque Pascal Praud : « Ce virus, il n’est pas naturel ! » (BD)

Scoop éventé et nullité journalistique.

Covid 19 : les économistes de Bruno Le Maire saturent l’espace médiatique

Depuis trois décennies, malgré les crises à répétition, toujours les mêmes.