Accueil > Critiques > (...) > Le journalisme d’élite

Les détestations de Jean Quatremer

par Henri Maler,

Contre la bêtise hargneuse de Jean Quatremer, on ne peut rien, si ce n’est la relever. Mais ses saillies (et souvent lui-même en sa qualité de professionnel) sont les symptômes des dérèglements d’un certain journalisme. Par exemple : délivrer trois fausses informations... en un seul tweet !

Le titre (et le titre seulement…) de l’article sur l’Allemagne qui s’affiche ainsi en première page du Monde diplomatique de novembre 2019 mérita quelques tweets du très important Jean Quatremer : deux tweets pour détester et deux autres pour pontifier.



Deux tweets pour détester



Ainsi, un premier tweet dénonce « l’ignominie » de Mélenchon et du Diplo, et la commente dans un deuxième message, en prenant à partie (sans les nommer) les auteurs de l’article… et Acrimed.

« L’un », Pierre Rimbert n’a jamais été le patron du Diplo et donc ce patron qui aurait « accéléré » (mazette !) la prétendue « dérive » que Quatremer, devenu clinicien des médias, a diagnostiquée.

« L’autre », Rachel Knaebel, est une journaliste qui depuis Berlin publie des articles sur divers sujets et particulièrement sur l’Allemagne [1].

Spécialiste des spécialistes et spécialiste omniscient, Quatremer qui entend réserver analyses et enquêtes aux experts en expertises de son acabit, sait qu’ils ne sont « en aucun cas des spécialistes de l’ex-RDA » (à la différence, sans doute, de ceux que les auteurs citent abondamment dans leur article).

Et Quatremer sait aussi que cet « ancien patron » du Diplo qui ne le fut jamais est le « créateur d’Acrimed » alors qu’il ne l’a jamais été, bien que nous partagions une même critique des médias.

Peu importe à Quatremer : l’occasion était trop belle de fustiger « un site où la haine des médias s’étale sans complexe ». Règle d’or et langue de bois : remplacer – « sans complexe » - « critique des médias » par « haine des médias ». Et hop !

Minable…


Et deux autres pour pontifier


Mais Quatremer n’a pas fini d’étaler son méprisable mépris et sa satisfaite suffisance. Deux interlocuteurs osent dire posément que critiquer un article en s’arrêtant à son titre est, pour le moins désinvolte, Jean Quatremer « accélère » ses propres « dérives » [2]. Arrogance garantie !



Tant de bêtises hargneuses en quelques tweets, trois fausses informations en vingt-six mots, c’est une prouesse.


Henri Maler

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Elle publie des articles pour le CADTM (Comité pour l’abolition des dettes illégitimes), pour l’« Observatoire des multinationales », pour Basta ! et Politis. Et sur l’Allemagne de l’Est… dans Le Monde Diplomatique : « Spirale du vide dans l’Est de l’Allemagne » (juin 2018), « Comment l’extrême droite mène la bataille des idées » (juillet 2017), En Allemagne, main basse sur les terres de l’Est (septembre 2015).

[2Il était pourtant possible de rendre compte de l’article du Monde Diplomatique avec probité. Ce que fit sur France Inter, dans sa revue de presse, Claude Askolovitch.

A la une

Réunification de l’Allemagne : Un résumé pamphlétaire sur France Info

Patrice Romedenne dresse un mur contre le « Monde diplomatique ».

Nouveau : Nicolas Demorand accueille avec enthousiasme les critiques !

L’éditocrate aurait-il changé ?

Islamophobie : la surenchère complice des médias dominants

Un tract pour la « Marche nationale contre l’islamophobie » (10/11 à Paris)