Accueil > Critiques > (...) > En direct de France Info

En bref

Notre-Dame : la revue de presse de France Info excommunie L’Humanité

par Maxime Friot,

Le 16 avril, Patrice Romedenne (France Info) consacrait sa « Revue de presse » à l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, survenu la veille. Mais voilà, L’Humanité n’avait pas fait sa Une sur le sujet. Une raison suffisante pour le journaliste de prononcer l’excommunication du quotidien, coupable de passer « à côté de son métier, à côté de son époque, à côté de son histoire, à côté de son pays, à côté de son âme ».

Ce matin-là, le journaliste de France Info avait manifestement souhaité placer sa revue de presse sous le signe de la solennité. D’emblée, le ton était donné : c’est « l’âme (…) de la nation qui se meurt ».

Trop plein, ce matin, trop plein de tristesse, trop plein de rage, trop plein de sidération. Le drame de Notre-Dame de Paris fait la Une de la quasi-totalité de la presse régionale. Et c’est à cela que se devine la dimension de l’événement. Il n’est plus là question d’un monument parisien qui part en fumée mais d’une âme, celle de la nation, qui se meurt.

Et c’est avec un mépris incommensurable qu’il va prononcer l’excommunication du journal L’Humanité. La faute du quotidien ? Ne pas avoir fait sa Une sur l’incendie de la veille :

Alors je ne sais pas si c’est parce qu’ils finissent à 15h, si c’est de l’anticléricalisme primaire, si le stagiaire de 3e de L’Humanité a pris le pouvoir sur la rédaction hier, toujours est-il que la Une, ce matin, c’est ça : aucune allusion à Notre-Dame de Paris. Alors on cherche forcément en pages intérieures, on tourne, et effectivement en page 2 (...) on a ceci : une photo. Une pauvre photo. « La photo du jour » nous dit L’Humanité.

Et Patrice Romedenne de faire la leçon de journalisme :

En fait, chers confrères ce n’est pas la photo du jour, c’était l’actu du jour ! Et ce matin eh bien je me demande comment on peut à ce point passer à côté de son métier, à côté de son époque, à côté de son histoire, à côté de son pays, à côté de son âme. En fait, comment on peut être à ce point à côté de ses pompes.

Mis en cause, le quotidien n’a pas manqué de répondre à cette attaque, qu’il qualifie (à juste titre) d’ « indigne charge contre L’Humanité » [1] :

En crachant à notre visage, ce Monsieur cache ce qu’il sait pertinemment, à moins que son rôle d’animateur de la revue de presse soit usurpé : L’Humanité est malheureusement contraint de boucler très tôt aux alentours de 19h compte tenu du dispositif des imprimeries et n’a pu, techniquement, couvrir l’événement autrement que par une photo en deuxième page.

Dès la terrible nouvelle connue, le site de L’Humanité a mis en ligne un article actualisé au fil des heures ainsi que des photographies du drame. J’ai moi-même fait, dès 19h40, un petit texte que les lunettes noires ne peuvent sans doute pas lire. Mais ce donneur de leçons qui officie sur la télévision publique s’est, cette fois, surpassé en mettant en cause la probité et le statut de journalistes de la rédaction de L’Humanité, jusqu’à leur dénier tout attachement à la France, usant d’une logorrhée digne de pires heures de l’anticommunisme atavique.

Aussi est-on tenté de renvoyer à Patrice Romedenne ses propres leçons de journalisme. Avant de jeter au pilori L’Humanité, peut-être que l’animateur de la revue de presse de France Info aurait simplement pu faire son travail et s’informer sur les horaires de bouclage du quotidien.

Et quand bien même, peut-on ajouter, si L’Humanité avait choisi de ne pas faire sa Une sur l’incendie de Notre-Dame de Paris, le journal aurait-il pour autant mérité un tel bannissement ? Que s’est-il donc passé chez Patrice Romedenne pour qu’il préfère l’unanimisme au pluralisme ? C’est à se demander « comment on peut à ce point passer à côté de son métier »…


Maxime Friot

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Lire l’intégralité de l’article de Patrick Le Hyaric sur le site de L’Humanité.

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.