Accueil > Critiques > (...) > Les médias et le Front National

Médias et extrême droite : la grande banalisation

par Pauline Perrenot,

La polarisation de l’agenda médiatique autour d’Éric Zemmour est une matérialisation concrète de trente années de banalisation de l’extrême droite dans et par les médias dominants.

Cet article est tiré du Médiacritiques n°41, qui vient de sortir. Une version courte avait été initialement publiée dans la revue Droits et Libertés (n°196, janv. 2022) de la Ligue des droits de l’Homme.

Le niveau de légitimation médiatique de l’extrême droite est tel que nous avons souhaité, avec Visa, organiser une grande journée publique d’information et de débats autour de cette question. Nous vous donnons rendez-vous le samedi 12 février à Paris (infos et programme ici).

Les médias ne sont pas les principaux responsables de l’enracinement de l’extrême droite en France, produit en premier lieu de différentes crises (politique, économique, sociale) et d’une configuration politique où se conjuguent, sur un temps long, l’orientation néolibérale des politiques publiques, le durcissement autoritaire de l’État, le renforcement du nationalisme et du racisme, l’assise du Front national et l’affaiblissement politique de la classe ouvrière [1]. Le préciser d’emblée ne revient ni à « atténuer » notre critique des médias, ni à sous-estimer leur rôle dans la progression de l’extrême droite. Les médias ont bien contribué à sa banalisation et à sa légitimation : il importe d’en comprendre les mécanismes.


La dépolitisation de la politique et de l’extrême droite


Le journalisme politique dominant spécule. Triture la tambouille politicienne, commente les élections comme une course de petits chevaux, disserte sur les « passes d’armes » et les « petites phrases », « décrypte » les stratégies de communication, scrute les bruits de couloirs, jongle avec les enquêtes de popularité et les sondages. Cette mise en scène médiatique des enjeux politiques – exacerbée par temps d’élections au détriment, trop souvent, de l’information sur les débats de fond – modèle depuis des décennies une vision politicienne de la politique qui profite à l’extrême droite : elle contribue à détourner de larges fractions de la population (en particulier dans les classes populaires) de la politique tout en donnant beaucoup de grain à moudre aux discours « anti-système » factices du FN et de ses affidés.

Conjointement, c’est avec cette même lorgnette que le journalisme dominant a dépolitisé et banalisé le FN et Marine Le Pen – et ce activement à partir de janvier 2011, date à laquelle cette dernière prit la présidence du parti. Le processus semble désormais abouti : en mars 2019, Nathalie Saint-Cricq (alors cheffe du service politique de France 2) la déclarait « hyper dédiabolisée », paraphrasée deux ans plus tard par sa consœur Léa Salamé face au président du RN, Jordan Bardella : « À force de vouloir banaliser votre discours, n’êtes-vous pas devenu banal ? » (France Inter, 28 sept. 2021) Jusqu’à réécrire l’histoire : « Marine Le Pen n’a jamais véritablement eu de discours radicaux […]. Moi, je n’ai jamais vu de propos racistes dans un meeting. » (Dominique Reynié, France 5, 29 sept. 2021) Une « dédiabolisation » largement performative, passée d’une prophétie médiatique oralisant la communication du parti par et sur lui-même, à une mise en pratique chronique de la part des grands médias. Avec, comme fidèles compagnons de route, les instituts de sondages.

Dans « La construction sondagière du Rassemblement national » (Politika, 3 janv.), Alexandre Dézé – maître de conférences en science politique à l’université de Montpellier – montre « à partir d’un examen critique de différents sondages produits au cours de ces dix dernières années » (et de leurs mésusages médiatiques), comment ces derniers, « devenus centraux dans le traitement médiatique du Front national/Rassemblement national, […] ont contribué à la construction d’une réalité en partie irréelle du parti, en le présentant comme une organisation renouvelée, en surévaluant de manière quasi-systématique son potentiel électoral ou encore en accentuant sa normalité au prix d’une interprétation biaisée des résultats d’enquêtes. » Ainsi un « Front national imaginaire » s’est-il fossilisé dans le « sens commun » journalistique, charriant son lot de mythologies – « premier parti de France », « premier parti des jeunes », « parti des ouvriers », etc. – véhiculées encore aujourd’hui à la faveur de pratiques professionnelles routinières et du mimétisme à l’œuvre dans le système médiatique. « En à peine quelques mois [après janvier 2011], [le Front national] aurait ainsi réussi le tour de force de “changer” […], et de devenir un parti “comme les autres”, ce qui est illusoire tant le Rassemblement national de Marine Le Pen ressemble encore aujourd’hui au Front national de Jean-Marie Le Pen, qu’il s’agisse de ses orientations programmatiques, des modalités de sa stratégie, de son organisation ou encore de la sociologie de son électorat et de ses militants. »



Extrapolations sondagières, lunettes déformantes, dramaturgie et défaut de rigueur sont au cœur du même traitement superficiel et inconséquent qui, depuis septembre 2021, balise la route d’un candidat néo-fasciste, Éric Zemmour, sans que ce dernier n’ait eu besoin d’officialiser la moindre candidature avant le 30 novembre. Trois mois de course au « scoop ». Trois mois de boursicotages autour de sa place dans les sondages et de spéculations sur les bascules et autres « siphonnages » d’intentions de vote. Bref, trois mois au cours desquels les chefferies médiatiques ont créé « l’événement-Zemmour » et placé ce non-candidat sous existence artificielle, faisant de leur propre artéfact… le centre de gravité du débat public. Jusqu’à tancer les responsables politiques qui refusent de se prêter au jeu du commentaire. Jusqu’à infléchir le temps de la campagne présidentielle, en faisant pression sur les stratégies et processus représentatifs d’autres partis, ou en questionnant les électeurs de gauche, plus de sept mois avant les élections, sur leur volonté de « faire barrage » à l’extrême droite, quand la prescription du « vote utile » n’est pas déjà de mise. Le tout sans la moindre réaction publique des sociétés de journalistes.

L’autre versant de cette dépolitisation ? La récupération, par les médias d’information générale, d’angles et de sujets intimistes d’ordinaire cantonnés à la presse « people ». Depuis des années, les chaînes d’info rivalisent de « sagas » sur la famille Le Pen, France Inter parle de la relation de la candidate à ses chats, Paris Match loue les mœurs gastronomiques de Jordan Bardella, et de RTL au Progrès en passant par Le Parisien ou Le Figaro, on débriefe la prestation de Marine Le Pen sur le divan de Karine Lemarchand. Normalisées, ce sont ces routines et leur continuité qui expliquent l’explosion de séquences réactionnaires « exceptionnelles » : rappelons qu’il y a tout juste un an, les grands médias « peopolisaient » l’ex-chef d’état-major des armées, Pierre de Villiers, et s’armaient de sondages pour plébisciter sa candidature en 2022.


La construction des cibles de la peur


La promotion des thématiques fétiches de l’extrême droite dans l’agenda médiatique renforce cette banalisation. En plus de bien souvent occuper la Une, ces sujets sont assortis d’effets de cadrage à sens (quasi) unique, qui délimitent le périmètre dans lequel il est possible de penser les questions de l’insécurité – durcir la répression de la délinquance dans les quartiers populaires –, de l’immigration – menace à endiguer –, de l’autorité – nécessité de restaurer tous les pouvoirs déclinants –, et de l’islam – un ennemi intérieur à combattre. La doxa supplée le simple « discours » par voie de normalisation : dans la quasi-totalité des médias, les « diagnostics » historiques de l’extrême droite ne sont plus questionnés mais considérés comme des acquis. En conséquence, seules varient les « solutions », dont le spectre médiatique acceptable va généralement de la droite à l’extrême droite. Le reste n’est voué qu’au discrédit : « Je voulais vous entendre sur l’immigration, vous avez des positions assez dures, loin de l’angélisme de la gauche sur le sujet. […] Est-ce que vous pensez qu’il y a trop d’immigrés en France ? » (L. Salamé à A. Montebourg, France 2, 18 sept.).

Le phénomène ne date pas d’hier. Il a tout à voir avec la droitisation du champ politique au cours des décennies 1980 et 1990 d’une part, et d’autre part, avec la reconfiguration du champ médiatique, qui s’est progressivement aligné sur une course aux revenus publicitaires (donc à l’audimat) et sur un mode de traitement de l’information (spectacle) importé de la télévision. Les pratiques sont éculées : exciter la peur de l’islam, notamment à coups de Unes obsessionnelles dans la presse hebdo ; tayloriser la production de magazines alarmistes, où la parole est majoritairement captée par les élus et les institutions coercitives (police, gendarmerie, justice) [2] ; accumuler et monter en épingle les faits divers sur fond de « journalisme de préfecture » ; enchaîner les reportages préfabriqués sur « la-banlieue », reproduisant les stéréotypes qui stigmatisent inlassablement les habitants des quartiers populaires [3], etc. Autant de pratiques par lesquelles les médias contribuent à modeler les imaginaires, agissant sur le réel comme de véritables loupes déformantes. Jusqu’à « l’ensauvagement » : rappelons que dans les quatre mois ayant précédé le second tour de l’élection présidentielle de 2002, les JT ont consacré « 18 766 sujets aux crimes, agressions sexuelles, braquages, ou aux interventions des forces de police et de gendarmerie, soit 987 par semaine. […] La presse écrite y avait contribué à hauteur de 25,6 %. » [4]

Une tendance de fond depuis, redoublée à partir de 2015 par des campagnes médiatico-politiques ultraréactionnaires, amplifiées à travers tous les canaux d’information, transformant les médias en un rouleau compresseur excluant toute voix dissidente. Ce fut, en 2015, le front des éditorialistes-faucons prêchant le « Avec nous, ou avec les terroristes ». Ce fut, en 2019, l’acharnement contre la manifestation contre l’islamophobie. Ce fut, en 2020, la chasse aux « islamo-gauchistes » après l’assassinat de Samuel Paty. C’est, depuis 2021, la cabale contre l’université et les sciences sociales, « rongé[es] » par la « peste intersectionnelle » selon le lexique fascisant de… Raphaël Enthoven. C’est, aujourd’hui, le combat contre le « wokisme », nouvel épouvantail idéologique fourre-tout de la droite identitaire, dégainé par des médias à la remorque de la même croisade politique, portée (notamment) par le gouvernement en la personne de Jean-Michel Blanquer. Une excitation du confusionnisme et du grand n’importe quoi, quitte à ravager plus encore la sphère intellectuelle.

Ces emballements médiatiques, outre qu’ils déforment le réel, font diversion, marginalisant dans l’agenda la crise sociale, l’insécurité des travailleurs, l’accroissement de la pauvreté et des inégalités. Et les médias qui relaient ces campagnes en forme de croisade morale accompagnent et promeuvent – plus ou moins consciemment selon les cas – l’agenda d’acteurs politiques poursuivant une réelle contre-révolution : à la fois autoritaire, anti-intellectualiste et anti-égalitaire.


L’info low cost et le règne du tout-opinion


À l’ère de « l’actu à chaud », le formatage à bas coût du « débat » médiatique offre une caisse de résonnance d’autant plus forte à ces obsessions. Un débat éditorialisé, structuré par la « polémique », le « clash » viriliste, et entretenu par les chaînes d’info où se concentre le gratin des fast thinkers discutant de tout n’importe comment. Parle-t-on d’immigration ? Des présentateurs revendiquent « se foutre des chiffres ». Parle-t-on d’« insécurité » ? Des éditorialistes affirment que « ce qui compte, c’est la perception des Français ». Il ne s’agit pas de faire du journalisme, mais de construire le récit d’une actualité chaotique « télégénique » en piétinant la recherche et la littérature scientifique, court-circuitées par les éternels mêmes éditorialistes/experts, bons clients aux propriétés médiatico-compatibles – la pensée toute faite étant l’une des plus valorisées. C’est sur ce type de journalisme-comptoir que prospèrent les intervenants d’extrême droite, ayant toujours fait du scandale et de la provocation une stratégie politique. Le résultat ? Pas une semaine ne passe sans que des propos racistes et réactionnaires ponctuent le « débat public », la plupart du temps, sans contradiction.

Car s’il est un délit, il y a bien longtemps que les chefferies médiatiques tolèrent le racisme, auquel elles confèrent le statut d’opinion. La surexposition d’Éric Zemmour en est un symptôme en soi et sa banalisation, un accélérateur. En septembre 2021, France Info peut encore réaliser un portrait de l’agitateur sans que le mot « raciste » ne soit prononcé une seule fois et sans évoquer ses condamnations pour provocation à la haine – parlant à la place de « propos controversés » et de « polémiques » [5]. Dans la même veine, présentateurs et éditorialistes continuent de soumettre le racisme de Zemmour à l’opinion des élus : « Est-ce qu’il est raciste Éric Zemmour ? » (J.-B. Boursier face à C. Jacob, BFM-TV, 26 sept.) ; « Quand on provoque à la haine raciale, est-ce qu’on est raciste ? » (É. Martichoux et Y. Thréard face à É. Ciotti, LCP, 27 sept.) Et la dégringolade se fait à vitesse grand V : aujourd’hui, le service public met à l’agenda la question du « grand remplacement » (France 2, « Élysée 2022 », 23 sept.), légitimant de fait une fumisterie raciste naguère cantonnée aux tréfonds de la fachosphère – et à l’émission d’Alain Finkielkraut sur France Culture.

L’emprise des logiques marchandes et commerciales dans le champ journalistique accélère inexorablement la tendance. À l’origine de la dégradation des conditions du travail journalistique, elles frappent l’audiovisuel de plein fouet – la presse écrite est loin d’être épargnée – et sacralisent les modèles low cost qui appauvrissent l’information : micro-sujets, « bâtonnage », instantanéité, mimétisme, dépendance accrue aux sources institutionnelles… Dans le circuit journalistique, tout concourt à la marginalisation du temps long, de l’enquête et du reportage, dont profite largement l’extrême droite [6]. Et à la production d’un « journalisme du raccourci » – pour reprendre l’expression du sociologue Jérôme Berthaut à propos des pratiques de la rédaction du « 20h » de France 2 [7] – qui parasite un réel travail de terrain, autant qu’il entrave les procédés déontologiques de base : vérifications, recoupements, mise en perspective, etc. C’est ainsi que les médias ventilent inlassablement « l’air du temps », amplifiant – sans guère de contradiction – les discours réactionnaires véhiculés par le champ politique autour de l’immigration, l’islam ou l’ « insécurité ».


Mutilation des débats et pluralisme en berne


Si l’extrême droite est en croisière, c’est aussi qu’elle dispose de nombreux porte-parole, « bons clients » et salariés des grands médias, en plus de leurs propres titres et canaux sur le web. À cet égard, la complaisance des directions médiatiques vis-à-vis de Zemmour ne saurait cacher la forêt : la surexposition de journalistes réactionnaires et d’extrême droite (blogueurs de la fachosphère inclus), « intellectuels » et philosophes médiatiques racistes adeptes du « on-ne-peut-plus-rien-dire », sans oublier le rôle des militants de « l’extrême centre », qui partagent (et alimentent) partie des obsessions de l’extrême droite. Leur point commun ? Un solide capital médiatique, et d’amples connexions avec la bourgeoisie politique et économique, dont la trajectoire de Valeurs actuelles constitue un exemple exemplaire.

Rentrée après rentrée, les « mercatos » médiatiques favorisent ces mouvances réactionnaires12, marginalisant toujours plus les personnalités à l’opposé de l’échiquier politique : journalistes (en particulier indépendants), acteurs issus de la sphère politique, associative ou intellectuelle en capacité d’apporter une contradiction étayée aux thèses sécuritaires et xénophobes, militants antifascistes et antiracistes, ou simplement les personnes régulièrement visées par les matraquages islamophobes et racistes. Rappelons qu’en 2019, au moment où Julien Odoul (RN) agresse verbalement une mère de famille portant le voile en plein conseil régional, les 4 chaînes d’info ont consacré 85 débats sur ce sujet : 286 intervenants, aucune femme portant le voile (Libération, 17 oct. 2019).

Et l’anémie du pluralisme est structurelle : en dehors des périodes d’hystérie sécuritaire, où les grands médias n’ont d’yeux que pour les « spécialistes de l’ordre », la mutilation des débats frappe tous les sujets selon des oppositions souvent binaires (« pro » versus « anti »), qui profitent à l’extrême droite depuis des décennies. A fortiori lorsque les catégorisations journalistiques sont biaisées… Le traitement des questions économiques en est sans doute le meilleur exemple. L’hégémonie de la doxa libérale dans les grands médias – dont les rouages et symptômes sont multiples [8] – est du pain béni pour l’extrême droite, qui a dès lors beau jeu de se présenter comme une alternative à la pensée unique, véhiculée tant par la droite que la gauche de gouvernement. Mystification d’autant plus aisée que toutes les variantes de l’hétérodoxie économique, qui sont très majoritairement « de gauche », sont inexistantes médiatiquement, et que les grands médias réussissent le tour de force de les rabattre politiquement sur les positions… du Rassemblement national !



En ressassant, par exemple, la vulgate d’un « cercle de la raison libérale » contre « les-populismes » en un seul mot (entendre La France insoumise et le Rassemblement national), formidablement résumée dans un dessin de Plantu (L’Express, 19 janv. 2011). Jusqu’à faire passer des combats historiques de la gauche pour des propositions… du RN. Ainsi de cet échange entre un journaliste de France Info et Sandrine Rousseau (candidate à la primaire EELV) : « Vous êtes pour la retraite à 60 ans ? [Oui.] Comme Marine Le Pen. C’est un constat hein, c’est un fait. » (21 sept. 2021). Et les schématisations biaisées de se répéter, inlassablement : « “Pour” ou “contre” l’euro (que ce soit pour l’abandonner ou le refonder), “pour” ou “contre” des formes de protectionnisme (qu’il soit national ou européen)… Tels sont les choix présentés qui, tels qu’ils sont communément présentés, légitiment le libéralisme et le monétarisme éco-nomiques dominants et transforment, dans les discours médiatiques en vogue, tous les opposants en partenaires malgré eux du Front national ! »

Omniprésente dans le commentaire d’actualité, écrasante en période électorale, la construction médiatique de la « convergence des extrêmes », autant que celle d’un « second-tour » (en un seul mot là encore) Macron-Le Pen, rejouée à l’infini depuis 2017, sont autant de mises en scène d’où la gauche radicale et critique sort systématiquement invisibilisée… ou discréditée [9]. Discrédit auquel auront contribué, enfin, les vingt-cinq dernières années de casse médiatique des mouvements sociaux – notre récent ouvrage, Les médias contre la rue (éditions Adespote), en dresse le bilan – dont l’extrême droite aura sans doute, là encore, récolté quelques fruits…


Pour une réappropriation démocratique des médias


La prédation capitaliste sur l’information aggrave l’ensemble de ces processus. Alors que la concentration générale des médias s’intensifie, l’empire de Vincent Bolloré, en particulier, s’accroît dans l’indifférence totale des pouvoirs publics et du CSA. Éclosent ainsi des canaux de la haine, CNews en tête, où se conjuguent management ultra-autoritaire, ligne éditoriale en soutien à Zemmour et politique de réduction des déficits. Un business du racisme et de la xénophobie, en somme, que Bolloré n’est pas le seul à faire « fructifier » [10].

Loin d’être inéluctable, ce mouvement de fond est le résultat d’une configuration spécifique du champ médiatique. Un système assujetti aux contraintes capitalistes et aux rapports de concurrence commerciale, dans lequel des dirigeants socialement homogènes concentrent l’essentiel du pouvoir éditorial. Un système saigné par des politiques d’austérité qui ne font qu’appauvrir l’information, renforcent les dépendances des journalistes à l’égard des institutions, sacralisent les dispositifs médiocres et le commentaire au détriment de l’enquête ou du reportage. C’est précisément parce qu’il n’est pas inéluctable qu’il peut – et doit – être combattu : notre association lutte depuis 1996 pour une transformation radicale des médias et pour poser, à nouveau et enfin, les questions de l’information et de la culture comme des questions démocratiques et politiques de premier plan.


Pauline Perrenot

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Ugo Palheta, La possibilité du fascisme. France, la trajectoire du désastre, La Découverte, 2018.

[2Laurent Bonelli, La France a peur. Une histoire sociale de l’ « insécurité », La Découverte, 2008.

[3Jérôme Berthaut, La banlieue du « 20 heures ». Ethnographie de la production d’un lieu commun journalistique, Agone, 2013.

[4Jacques Terral, L’insécurité au journal télévisé. La campagne présidentielle de 2002, L’Harmattan, 2004.

[5« Éric Zemmour, du journaliste au polémiste », « Retour vers l’info », France Info et INA, 16 sept. 2021.

[6Hormis quelques (bons) contre-exemples dans la presse, force est de constater que les meilleures enquêtes de fond sur l’extrême droite proviennent de médias indépendants : La Horde, Rue89Lyon, Streetpress, Mediapart, etc.

[7Jérôme Berthaut, op. cit.

[8Par exemple : le deux poids deux mesures systématique dans les interviews de représentants syndicaux de patrons/salariés, la dépendance structurelle des journalistes aux sources patronales, le monopole des chroniqueurs libéraux sur le pôle des journalistes économiques… Lire « Médias et travail », Médiacritiques n°40, oct.-déc. 2021.

[9Pensons récemment à la célébration médiatique de la victoire de Yannick Jadot lors de la primaire EELV, « camp de la raison » face à « l’extrême » et « radicale » Sandrine Rousseau. Autant de campagnes médiatiques disqualifiantes contre la gauche, resucées et déjà vues depuis (au moins) 2012. Lire « Les éditocrates contre Jean-Luc Mélenchon », avr. 2012.

[10Lire la contribution d’Acrimed au rapport annuel 2020 de la CNCDH sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie, disponible en ligne.

A la une

Le « gourou » de LFI et son « cheptel de militantes » : calomnies sur Public Sénat

Brice Couturier dans ses œuvres, toutes en délicatesses sociologiques et féministes.

Journalisme obséquieux chez « Quotidien »

« Y a pas des graines ? »

Fusion TF1/M6 avortée : les regrets de François Lenglet

Journalisme ou lobbying ?