Accueil > Critiques > (...) > En direct de Radio France

Quand Radio France fait la promo des économistes macroniens (communiqué)

Nous publions ci-dessous un communiqué de la CGT Radio France, concernant un projet de partenariat entre le service public radiophonique et le Cercle des économistes [1]. (Acrimed)

Pourquoi Sibyle Veil tient-elle tant à promouvoir le Cercle des économistes et ses Rencontres d’Aix ?


Le Cercle des économistes est un groupe de réflexion d’économistes dont le président, Jean-Hervé Lorenzi, et plusieurs membres en vue sont très proches d’Emmanuel Macron. Jean Pisani-Ferry, membre de ce Cercle, est même l’un des inspirateurs du programme économique de l’actuel président.

Tous les ans, le Cercle organise Les Rencontres d’Aix, une manifestation où se croisent pendant quelques jours économistes – de préférence libéraux et pro-business – grands patrons et ministres. Quelques économistes hétérodoxes sont parfois invités pour apporter un peu de contradiction dans cette bulle de consensus mais jamais au point de menacer ce qui reste le but du Cercle : professer la bonne parole économique libérale, l’acceptation des réformes douloureuses et soi-disant incontournables. On y trouve peu de remise en cause de ces dogmes.


Le Cercle des économistes est libre de faire ce qu’il veut. Mais Radio France ?


Le 27 avril, un discret communiqué de presse conjoint du Cercle des économistes et de Radio France a annoncé que les rencontres d’Aix auront lieu cette année à la Maison de Radio France, début juillet.

Plus fort encore : 3 jours plus tôt, lors d’un Conseil d’Administration, Sibyle Veil avait présenté un projet de partenariat avec le Cercle des économistes, via la création d’une association commune. Le but de cette association serait de « promouvoir » les rencontres d’Aix et de « développer la culture économique auprès d’un vaste public » en donnant aux rencontres « un large écho avec le support du rayonnement de RADIO FRANCE et la puissance de ses chaines auprès de leurs 15M d’auditeurs ».

Autrement dit, de profiter des antennes de Radio France pour inculquer aux auditeurs une certaine vision de l’économie, celle des puissants et des élites économiques.

C’est une atteinte grave à l’indépendance éditoriale de nos radios. Quel recul critique pourront avoir les journalistes de Radio France sur cette manifestation dans ces conditions ? Pourquoi Radio France ne s’associe-telle pas aussi avec Attac, avec les Économistes atterrés ou avec des économistes marxistes ?

Si on ajoute à cela que la présidente du comité d’éthique de Radio France, Françoise Benhamou, est membre du Cercle des économistes, tout comme Claire Waysand qui représentait l’État au CA de Radio France il y a peu de temps encore. Si on ajoute aussi que les membres de ce Cercle interviennent déjà très régulièrement sur nos antennes, notamment sur France Info et France Culture, cela fait beaucoup. Cela fait trop !

Radio France n’a pas à faire la promotion d’une manifestation qui n’est pas neutre. Ses antennes doivent, en toute indépendance, rendre compte aux auditeurs de la pluralité des points de vue, leur apporter un regard critique sur les dogmes économiques et sur le monde.

La CGT Radio France dénonce avec vigueur l’accueil des rencontres d’Aix et ce projet de partenariat.

La CGT Radio France va saisir le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel sur cette question.


Paris, le 06 mai 2020

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Sur les liens existant entre le Cercle des économistes, les « Rencontres économiques d’Aix-en-Provence » et les grands médias, on pourra également se reporter aux deux articles que nous publiions à l’été 2018 : « Rencontres économiques d’Aix : la fine fleur du journalisme au service des puissants » et « Rencontres économiques d’Aix dans les médias : information ou dépliant publicitaire ? ».

A la une

Actualité des médias : Macron serre la vis, médias en crise, harcèlement à France Télévisions…

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Coronavirus : les patrons de presse brocardent les postiers « déserteurs »

… alors que tant d’autres se comportent en héros. (crédit photo : Amre Ghiba)