Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

Les violences policières mal traitées dans les médias dominants

par Frédéric Lemaire, Pauline Perrenot,

Il a fallu près de deux mois pour que les médias dominants se saisissent (au moins partiellement) de la question des violences policières, d’une ampleur pourtant sans précédent depuis le début du mouvement des gilets jaunes [1]. Et quand bien même elles intègrent l’agenda médiatique, ces violences font l’objet d’un traitement biaisé : fausse objectivité, langage orienté, mise en avant des versions policières… Autant de travers, bien connus, du « journalisme de préfecture ».

Les biais qui caractérisent le traitement médiatique des violences policières sont peu ou prou les mêmes, dans la couverture d’événements impliquant l’intervention des « forces de l’ordre » : que l’on pense aux mobilisations contre les « lois travail », dans les quartiers populaires (comme récemment à Grenoble) ou en défense des ZAD (Notre-Dame-des-Landes, Bure, etc.), les occupations d’usines, de lieux de travail, de lycées ou d’universités. La couverture des mobilisations sociales récentes a été particulièrement symptomatique de ces travers médiatiques. Nous proposons ici un tour d’horizon des types de biais observés au cours des derniers mois.


Une fausse objectivité dans le choix des mots et la mise en contexte


Dans leurs articles et reportages, les journalistes ont recours à différents types de formulations pour « décrire » les mobilisations sociales et les rapports de force opposant les manifestants aux policiers. Bien que revendiquant l’« objectivité », ils trahissent en réalité, par leur langage, un certain point de vue. Et force est de constater que, dans les médias dominants, ce point de vue épouse bien souvent celui de la police. En témoignent ces quelques exemples, qui font écho au lexique que nous avions constitué au moment de la Loi Travail en 2016 [2] :

- « La manifestation a finalement fait trois blessés samedi soir à Albi, dont deux évacués par les pompiers. » (La Dépêche, 02/12/18)

- « Dans la capitale, les violences dans le sillage des "Gilets jaunes" ont fait 133 blessés et conduit au placement en garde à vue de 412 personnes, selon un bilan de la préfecture de police dimanche 2 décembre 2018. » (La Dépêche, 02/12/18)

- « Un incident suite auquel un manifestant a perdu ses doigts. » (Ruth Elkrief, BFM-TV, 11/02/19)

- « Les LBD sont accusés d’avoir fait de nombreux blessés pendant les manifestations des "gilets jaunes". » (France Info, 16/01/19)

- « Les LBD, pour lanceurs de balles de défense, sont suspectés de faire de nombreux blessés lors des opérations de maintien de l’ordre. » (Le Républicain lorrain, 17/01/19)

En omettant de nommer les policiers comme étant à l’origine des coups qu’ils portent, le récit des grands médias atténue leur responsabilité dans ces violences, blessures et mutilations.

Loin de rendre compte du conflit de manière « objective », les journalistes euphémisent, par le choix de leurs mots, les violences policières et évacuent le débat qui devrait avoir cours sur le rapport des forces en présence, les niveaux de répression, la légitimité des usages de la violence, etc. C’est également le constat fait par Arrêt sur images, qui a recensé quelques tournures de phrases journalistiques utilisées dans les JT pour décrire les charges des policiers : on parle ainsi de manifestants « maîtrisés », ou encore d’« interventions musclées » pour évoquer des tabassages en règle.

C’est le cas y compris dans des situations on ne peut plus claires, comme dans le cas du commandant Andrieux, le « boxeur » de la police filmé en train de frapper violemment, entre autres, un manifestant menotté. Les journalistes ont usé, pour traiter de cet épisode, de précautions de langage qui ne sont jamais employées pour évoquer la violence des manifestants.

En témoigne le titre du reportage du JT de France 2 du 7 janvier :



Les journalistes ont également pris le soin d’évoquer, dans le récit des faits, la version du policier en question :



Si la mise en avant des versions contradictoires n’est évidemment pas répréhensible du point de vue du travail journalistique – c’est même un de ses fondements – il serait bon qu’elle soit la règle. Or force est de constater que les « versions des faits » portées par les manifestants, ou les collectifs de victimes de violences policières, font l’objet de bien moins de scrupules journalistiques, voire sont méprisées et parfois allègrement ignorées [3].

Un autre article d’Arrêt sur images revient sur la couverture médiatique de la mort de deux jeunes grenoblois, samedi 2 mars, à l’issue d’une course-poursuite avec les forces de l’ordre. Verdict : de nombreux médias s’en sont tenus, au moins dans un premier temps, aux versions des policiers ou du procureur, sans les questionner. En conséquence, ils ont livré des versions erronées ou tronquées de l’événement. Le lendemain des faits, le JT de France 3 affirme ainsi que la police aurait « perdu la trace » des deux jeunes avant l’accident... ce qui s’est avéré faux.

La presse locale n’est pas en reste. Dans son premier article sur l’événement, le Dauphiné Libéré ne mentionne pas l’implication de la police dans l’accident. Son auteur reconnaît s’en tenir à ses sources (policières) ou à la version « officielle », qu’il ne cherche pas à mettre en balance avec celle des habitants - avec qui il entretient de très mauvais rapports. « Ce que pensent les gens ne m’intéresse pas sur le plan factuel » explique-t-il, « pour le moment , les seuls éléments concrets m’ont été apportés par le procureur ». Ce témoignage corrobore les dires du reporter Taha Bouhafs, également cité dans l’article d’Arrêt sur images, pour qui les journaux locaux « prennent la version policière comme si elle était factuelle ».

Même constat dans la presse nationale. Le premier article de Libération affirme que le scooter roulait « sans phares »... ce qui s’est également avéré faux [4]. Toujours selon Arrêt sur images, le correspondant local de Libération reconnaît, pour son premier article, « n’avoir pas mené une investigation plus poussée avant de relayer la version du procureur ». D’autres journaux, comme Le Monde, s’en sont tenus à citer des dépêches AFP... qui citent le Dauphine Libéré. La boucle est bouclée.

D’autres mécanismes et reflexes journalistiques contribuent à relativiser les violences policières dans leur contextualisation. Lorsqu’elles sont évoquées, ces violences sont mises en balance, en évoquant des « violences des deux côtés » ou en sous-entendant – voire en affirmant – que les policiers ne feraient toujours que répondre à une violence initiale. Dans le cas du commandant Andrieux, les violences, indéniables, ont par ailleurs été qualifiées, sur certains plateaux télévisés, de dérive individuelle, marginale voire accidentelle. Une manière de les rendre anecdotiques, de l’ordre du fait divers, et qui empêche également de penser le caractère structurel de ces violences ou de réfléchir aux responsabilités des donneurs d’ordre.


Une coproduction du récit médiatique avec la police et le gouvernement


Le suivisme des médias à l’égard de la communication « officielle » peut les conduire à une véritable co-production du récit médiatique avec les autorités. En témoignent les cadrages des sujets journalistiques qui, là encore, suivent le point de vue policier (« Extrême-violence des manifestants » ; « Quel dispositif prévoir pour éviter les violences ? » ; « Quelle politique face aux casseurs ? » etc.).

Autre exemple de coproduction du discours médiatique avec les autorités : la surmédiatisation d’images tournées par la gendarmerie elle-même. Le 3 décembre par exemple, Le Parisien s’est procuré auprès de la police « des images filmées en caméra embarquée » lors de la manifestation du premier janvier sous l’Arc de triomphe. Des images qui ont circulé sur toutes les chaînes la semaine suivante.




Le résultat : le récit des mobilisations sociales est co-construit entre les médias, la police et le gouvernement. La couverture de la manifestation du 8 décembre a été, à ce titre, particulièrement révélatrice [5]. Les éléments de langage outranciers du gouvernement (qui annonçait des manifestants venant « pour casser et pour tuer ») ont été largement repris par les chaînes d’information en continu en amont des manifestations. BFM-TV et CNews, entre autres, ont ainsi construit « en partenariat » avec les autorités un récit médiatique anxiogène, venant légitimer par avance un dispositif et une brutalité dans la répression sans précédent [6].

À cet accompagnement du discours sécuritaire des autorités, s’ajoute la couverture des manifestations le jour même : les téléspectateurs de BFM-TV ont assisté à un mélange de « journalisme-spectacle » et de « journalisme de préfecture » [7], avec à la clé, toujours la même recette : des images spectaculaires de « casse » et de « débordements » de manifestants que les équipes de la chaîne étaient venues guetter dès le matin, diffusées en boucle tout au long de la journée.

Le suivisme des médias à l’égard de la communication de la police peut aussi conduire à la propagation de fausses informations. Nous l’avons déjà évoqué à propos de la mort des deux jeunes grenoblois (avec les fausses informations évoquant un scooter « roulant sans phares » et dont la police « aurait perdu la trace »). On peut également citer le cas des « gants plombés » dont aurait été muni Christophe Dettinger, le « boxeur » gilet jaune du 6 janvier. Une fausse information relayée par France Inter et par France 2 sur la foi de sources policières – et qui n’a pas fait l’objet du moindre rectificatif [8]

Autre forme de coproduction du récit médiatique : la reprise systématique des « chiffres officiels » pour qualifier la participation aux manifestations (qui serait en « reflux » perpétuel).



(article du site du Monde daté du 9 mars)


Et même lorsque ces chiffres sont (timidement) remis en cause, il semble impossible de questionner la bonne foi du ministère. En témoignent ces propos du « spécialiste » de BFM-TV, Dominique Rizet :

Quand on relayait les chiffres qui nous étaient donnés par le ministère de l’Intérieur, on a toujours bien compris qu’il y avait beaucoup plus de monde que cela (NDR : dommage de ne pas l’avoir toujours bien précisé...). Et ce n’est peut-être pas forcément une volonté du ministère de l’intérieur de chiffrer un peu moins de monde, mais que c’était peut-être difficile de comptabiliser les gens qui manifestaient, les gens qui étaient sur les ronds-points (NDR : rassurons-nous, le ministère communique donc des chiffres sous-estimés, mais en toute bonne foi). Mais bon, à l’évidence, il y avait beaucoup plus de personnes. [9]


Un discours policier et sécuritaire servi sur tous les plateaux


Un des biais majeurs dans le débat médiatique sur les violences policières sur les chaînes d’information en continu a trait à la composition de leurs plateaux. Ceux-ci sont souvent très déséquilibrés, avec des éditorialistes, des « experts police/justice », des « spécialistes en sécurité » et des représentants des « forces de l’ordre » qui resservent tous le même discours policier. Ajoutons à cela la présence de députés LREM ou de membres du gouvernement, et la boucle est bouclée.

Quelques exemples tirés d’émissions de BFM-TV :

- Dans « Priorité au décryptage », animé par Philippe Gaudin le 16/12, le plateau est composé de : Dominique Rizet, consultant police-justice de BFMTV ; Driss Aït Youssef, président de l’institut Leonard de Vinci, spécialiste questions de sécurité ; Thierry Arnaud, éditorialiste politique de BFMTV ; Paula Forteza, députée LREM des Français de l’étranger. Face à eux, Jean-Louis, gilet jaune, parait bien isolé (il est d’ailleurs le seul à être présenté par son seul prénom).

- Dans « 7 jours BFM », animé par Thomas Misrachi le 22/12, le plateau est composé de : Dominique Rizet, consultant police-justice de BFMTV ; Pascal Bitot-Panelli, spécialiste des questions de sécurité ;Natalia Pouzyreff, députée LREM des Yvelines ; Yves Lefebvre, syndicat Unité-SGP Police FO. Et c’est à Hayk Shahinyan, cofondateur de l’association « Gilets Jaunes Le Mouvement », de leur apporter la contradiction…

Vous avez dit pluralisme ?

On pourrait également mentionner, en particulier en décembre, le temps d’antenne écrasant – dont de nombreuses interviews « seul à seul » – accordé à des représentants de la police, et en particulier au préfet de police de Paris Michel Delpuech. Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, Laurent Nuñez (ex-patron de la DGSI), a également fait le tour des plateaux :


Sources : CNews (19/11) ; France 2 (8/12) ; BFM (22/12) ; RTL (1/02) ; France Inter (12/12) ; LCI (27/01) ; France Info (11/02) ; BFM (20/01) [10]

Sur le fond, depuis le début du mouvement des gilets jaunes, on assiste à une escalade et à une surenchère dans les propos ultra-sécuritaires. Il faut dire que les plateaux télévisés y sont particulièrement propices, quadrillés par des éditorialistes et des « experts » appliqués à relayer le point de vue du ministère de l’Intérieur, à rejeter la responsabilité des violences sur les manifestants, voire à appeler à plus de répression. Dans certains cas, les éditocrates ne se sont pas contentés de taire les violences policières : ils ont contribué à les justifier par avance [11].

Leur virulence est d’autant plus grande dès lors qu’il devient impossible, pour les grands médias pour lesquels ils travaillent, de faire l’impasse sur les violences émanant de la police. Nous avions, à cet égard, relevé la manière dont les humiliations et les violences policières infligées aux lycéens de Mantes-la-Jolie avaient été relativisées et légitimées sur certains plateaux télévisés [12].

On peut également citer les propos de Luc Ferry sur Radio Classique le 7 janvier, appelant les policiers « à se servir de leurs armes une bonne fois ». Des propos sur lesquels est revenu Jean-Michel Aphatie le 2 février dans « C l’hebdo » (France 5), avec une complaisance témoignant d’un sens de l’indignation à géométrie variable. Après avoir rappelé que les propos de l’ancien ministre avaient été certes condamnés massivement, Jean-Michel Aphatie, le sourire aux lèvres et l’air badin, qualifiait ce moment de « petit dérapage ». Il faut dire que l’éditocrate n’a pas exprimé non plus la sympathie la plus franche à l’égard du mouvement des gilets jaunes.

Comme pour nombre d’autres sujets, ces plateaux conduisent, sans surprise, à des débats indigents. Et si de nouvelles questions (comme celle de l’usage des LBD) arrivent bel et bien sur la table, elles sont traitées sans le sérieux qu’elles méritent et finissent par être inévitablement caricaturées [13]. Dans d’autres cas, comme lorsque la violence des manifestants est évoquée, il est impossible pour les gardiens de l’ordre présents en plateau d’entendre une parole qui s’éloigne un tant soit peu des sempiternelles condamnations - rappels à l’ordre :



***


Les différents biais évoqués dans cet article montrent l’absence de recul vis-à-vis de la communication de la police ou de la gendarmerie, qui est à l’oeuvre dans les médias dominants. Ils montrent comment la violence des « forces de l’ordre » peut être occultée, puis minorée, euphémisée ou systématiquement présentée comme légitime. Comment la seule version des faits présentée comme « objective » est la version « officielle » – quand bien même elle serait biaisée, voire mensongère. Et comment la production médiatique peut se retrouver, ainsi, en contradiction totale avec le vécu des personnes « de l’autre côté de la matraque » [14]. Pourquoi une telle absence de recul vis-à-vis de la communication des autorités ? Nous tenterons de répondre à cette question dans le prochain et dernier article de notre série sur le traitement médiatique des violences policières.


Pauline Perrenot et Frédéric Lemaire

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Nous y sommes revenus dans notre précédent article : « Comment les violences policières ont (difficilement) percé le mur médiatique ».

[3Ce fut le cas, par exemple, dans le sujet du JT de France 2 à propos de la mort d’Adama Traoré.

[4Le second article de Libération, qui recueille la parole des proches des victimes, contredit d’ailleurs cette version.

[5Elle s’explique, en partie, par les violences du 1er décembre, auxquelles d’aucuns ont répété que les « forces de l’ordre » n’étaient pas préparées.

[8Comme l’explique cet article de Checknews.

[10Ce recensement est loin d’être exhaustif !

[13Sur la suppression des LBD et des GLI-F4 par exemple, voir le débat haut en couleur ayant opposé Luc Ferry et Daniel Cohn-Bendit sur LCI le 9 février, rapporté par Samuel Gontier.

[14Nous l’évoquions dans un précédent article : « Violences policières : la préfecture vous informe ».

A la une

Halte à la répression contre les journalistes (SNJ-CGT)

Un communiqué du SNJ-CGT.

Renaud Camus & Finkielkraut : les dissonances cognitives du Monde

D’une enquête à un « Forum philo » complaisant : cherchez l’erreur.

Macron contre le journalisme

Les attaques contre la liberté d’informer s’accumulent.