Accueil > Critiques > (...) > Kosovo : sur le vif (2000-2001)

Laurent Joffrin ne sait plus ce qu’il a écrit (2)

En avril-mai 1999, Laurent Joffrin écrivait : " Le travail des médias audiovisuels dans ce conflit a jusqu’à présent été exemplaire. Les leçons de la guerre du Golfe ont été tirées : beaucoup de prudence, de doute, de distance à l’égard des sources et de volonté d’équilibre dans l’interprétation. "

(Voir Laurent Joffrin ne sait plus ce qu’il a écrit (1))

Fin janvier, 2001, sur le site du Nouvel Observateur, Laurent Joffrin, répond on line aux questions des internautes, et en particulier à celle -ci :

" Question de François : Avec le recul, comment jugez-vous la position de l’Observateur au moment de l’intervention de l’OTAN en Yougo ? Vous devrez faire un numéro spécial à ce sujet, bilan chiffré etc.

Réponse de Laurent Joffrin : L’intervention était inévitable en raison de l’intransigeance de Belgrade. Elle a contenu la guerre inter-ethnique et abouti à la chute de Milosevic. Elle n’a encore rien réglé au Kosovo et la minorité serbe est injustement maltraitée. L’OTAN a évidemment exagéré l’ampleur des massacres commis par les Serbes. Mais sans intervention, Milosevic aurait gagné au Kosovo et maintenu les Albanais sous la botte. Pourquoi les démocraties devraient-elles tolérer les exactions des dictatures à leurs portes ?

Protecteur de la rigueur journaliste, Laurent Joffrin s’interrogeait gravement dans Marianne le 10 avril 2000 : " Est-ce que ça change vraiment les choses d’annoncer 4 000 au lieu de 10 000 morts ? " (Marianne, 10/4/2000). Pour un militariste acharné : non. Pour un journaliste scrupuleux : oui. Pour les rescapés : énormémement.

A la même époque, tous ceux qui tenaient à maintenir la différence entre ces réponses étaient soupçonnés de " révisionisme ". Près d’un an plus tard, Laurent Joffrin fait preuve de plus de circonspection et concède que l’OTAN " a évidemment exagéré l’ampleur des massacres commis par les Serbes ". Encore un effort, Laurent : et il faudra bien admettre que de nombreux journalistes ont cautionné cette exagération.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

On le sait, les experts osent tout... et leur magistère ne connaît pas la crise.

Pendant la crise, pas de confinement pour la critique des médias !

Quelques pistes de réflexion sur notre activité dans la période de crise actuelle.

Assange, krach pétrolier : le complotisme bon teint du Monde

Trop de complots tuent le complot…