Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

L’irrésistible ascension médiatique de Benjamin Cauchy

par Jean Pérès,

Dès ses débuts, le mouvement des gilets jaunes s’est en partie distingué d’autres mobilisations sociales par son hostilité envers toute forme de hiérarchie et sa réticence à désigner en son sein des représentants ou des porte-parole. Une telle attitude ne fait pas du tout l’affaire des médias audiovisuels, qui conçoivent en grande partie l’information sur les mouvements sociaux sous la forme rituelle d’interviews de leurs représentants-vedettes, habitués des plateaux. Et si le mouvement social ne produit pas de tels clients, ou pas ceux qui leur conviennent, les médias se chargent eux-mêmes de rectifier le tir [1], avec l’éventuelle complicité active de quelque candidat en quête de notoriété.

L’histoire médiatique toute récente (et pas encore terminée) de Benjamin Cauchy, pseudo porte-parole des gilets jaunes, illustre bien ce phénomène, qui n’est autre qu’un des « pouvoirs des médias » : celui de co-construire puis de promouvoir la visibilité publique de ceux qui seront désignés aptes et légitimes à s’exprimer « au nom de »…

Benjamin Cauchy est partout. Dans la recension effectuée du 25 novembre au 6 décembre par le service CheckNews du journal Libération (soit 12 jours), il apparaît en 2e position des gilets jaunes les plus médiatisés avec un total de 91 apparitions, dont 88 sur BFM-TV et parmi celles-ci, 72 rediffusions. Depuis plus d’un mois, ce cadre commercial dans les assurances est devenu, à la faveur du mouvement des gilets jaunes, une personnalité familière des auditeurs et des téléspectateurs, au point qu’il peut paraître légitime de se demander pourquoi et comment.


Montage réalisé par Acrimed

L’élu des médias

C’est avec une clarté méritoire que Benjamin Cauchy explique lui-même, au cours d’une des multiples interviews qu’il a accordées, les raisons de son succès médiatique.

Europe 1, matinale du 21 novembre, avec Nikos Aliagas :

- Céline Da Costa : Vous recevez ce matin le porte-parole des gilets jaunes à Toulouse, Benjamin Cauchy.
- Nikos Aliagas : Bonjour Benjamin Cauchy.
- Benjamin Cauchy : Bonjour.
- NA : Vous êtes en direct de Toulouse ce matin, on vous présente comme l’un des porte-parole, on vous voit dans les médias, porte-parole des gilets jaunes de Haute-Garonne. Comment devient-on porte-parole ? Vous avez été élu ? Vous vous êtes autoproclamé ? Vous avez juste pris la parole ?
- BC : Ni l’un ni l’autre, effectivement, Monsieur Aliagas, j’ai pris la parole ; vos confrères ont souhaité à plusieurs reprises me solliciter et désormais, à l’échelle nationale, nous sommes une petite poignée de porte-parole qui avons été identifiés et, du coup, nous avons désormais plus de facilité vis-à-vis de vous pour porter nos revendications et la colère du peuple français.
- NA : J’entends, car il n’y a pas de hiérarchie officielle, il n’y a pas de procédure de désignation de représentants, mais est-ce qu’il y a un chef des gilets jaunes aujourd’hui, après six jours de manifestation ? [2]


Dès l’amorce du dialogue, Nikos Aliagas dévoile ainsi la seule raison de son invitation : « On vous voit dans les médias ». L’animateur n’a pas vérifié à l’avance si Benjamin Cauchy avait été désigné ou élu par un groupe local comme porte-parole : « On vous présente comme… » et « On vous voit dans les médias » sont visiblement deux arguments suffisants. Et Benjamin Cauchy ne s’y trompe pas, confirmant qu’il a « pris la parole », que des journalistes l’ont à ce titre « sollicité » à plusieurs reprises, qu’il est désormais « identifié » et que « du coup », cette identification est un tremplin : il aura dorénavant plus de facilité à être invité dans les médias.

Bref, il est l’élu des médias… selon une logique toute particulière : plus tu es invité, plus tu seras invité. Tu seras même intronisé porte-parole d’un mouvement qui n’a pas de porte-parole, puisque l’on répète partout que tu es un porte-parole.


Le non-choisi par les gilets jaunes

La carrière médiatique de Benjamin Cauchy commence véritablement au lendemain de la première journée de blocage du 17 novembre, qui inaugure les actions collectives des gilets jaunes. La veille, le 16 novembre [3], il est présenté dans une interview sur Franceinfo comme « le porte-parole du groupe Facebook qui appelle à bloquer la ville de Toulouse dans le cadre du mouvement du 17 novembre ». Le 18 novembre, on le retrouve sur une vidéo régionale d’un blocage. Et le 19 novembre, c’est la consécration : le voici chez Bourdin, présenté comme « porte-parole national des gilets jaunes » (belle et rapide promotion !), avant d’enchaîner l’après-midi du même jour, toujours sur RMC auprès d’Éric Brunet, puis chez Aliagas sur Europe 1 (cf. plus haut) etc., toujours désigné comme « porte-parole des gilets jaunes » (nous y reviendrons).

Mais le 21 novembre, une enquête de France 3 révèle que Benjamin Cauchy est plutôt marqué politiquement : leader dans sa jeunesse du syndicat de droite UNI, ex-élu municipal UMP, suspecté d’entretenir des relations avec l’Union Corporative pour le Défense et l’Entraide Languedocienne (UCODEL), groupuscule de l’ultra droite, il est aussi encarté, selon cette enquête, au parti Debout la France, qui fut l’allié du Front national au second tour de la dernière élection présidentielle. Une autre source, issue du site d’« Information Anti-Autoritaire Toulouse et Alentours », confirme ses liens avec ce parti.

Cela n’empêche pas notre homme de continuer à accumuler les apparitions à l’écran les jours suivants, sans que les journalistes s’intéressent davantage à son parcours [4] ou daignent même faire mention, afin de situer le personnage, de l’enquête de leurs confrères de France 3 [5]. Par exemple, Léa Salamé n’a pas jugé nécessaire de l’évoquer avant de laisser la parole à Benjamin Cauchy lors de « L’émission spéciale gilets jaunes » de France 2, le 2 décembre [6].



Las ! le 26 novembre, alors que les gilets jaunes choisissent pour la première fois des porte-parole, la candidature de Cauchy n’est pas retenue parmi les huit choisies, justement à cause de son pedigree jugé incompatible avec le mouvement, mais aussi en raison de son omniprésence dans les médias [7].

Ni une ni deux, il se précipite chez Yves Calvi, qui accueille à bras ouverts un Benjamin Cauchy dépité par cette décision, accusant les gilets jaunes de ne pas accorder de « droit de cité », dit-il, à « des personnes qui ont des convictions politiques qui sont à droite de l’extrême gauche » [Ça fait du monde ! ndlr]. Yves Calvi ne se tient plus : « Il y a un problème de démocratie au sein des gilets jaunes, dites-moi la vérité ! ». Monsieur Cauchy ne se fait pas prier : « Il n’y a pas de démocratie, il n’y a pas de démocratie… » La démocratie, c’est quand les médias le choisissent, sans doute…


Des « Citrons » aux « Gilets jaunes libres »

Dans la foulée, au cours de cette interview, il annonce qu’il a créé avec d’autres un nouveau mouvement, subtilement intitulé « les Citrons » [8], qui ne fera pas long feu et deviendra par la suite le collectif « Les gilets jaunes libres ». Surfant sur le tir groupé médiatico-politique contre « les violences » du samedi 1er décembre, les « gilets jaunes libres » vont rapidement représenter la tendance modérée du mouvement des gilets jaunes, invitant à « ne pas manifester [à Paris] le samedi 7 décembre », et surtout, à « accepter la main tendue du gouvernement ». Il n’en fallait pas plus au JDD, hebdomadaire de Lagardère, pour publier l’appel du collectif titré « Nous voulons être les porte-parole d’une colère constructive » le 2 décembre, dans lequel les signataires demandent à être reçus par le président de la République. Ce ne sera que le Premier ministre, la veille de la manifestation du samedi 8 novembre.

Une étape de plus dans ce processus de légitimation médiatique, qui contribuera à faire exister publiquement ce collectif, de coloration très droitière, comme une tendance forte du mouvement, sans que les médias en question n’apportent jamais la preuve de sa représentativité ni de son poids réel [9].

Et l’on peut dire que ce processus a porté ses fruits : s’il n’est certes pas le seul, Benjamin Cauchy continue depuis de multiplier les passages médiatiques dans de très nombreuses télévisions, radios et journaux nationaux ou locaux [10]. Dernière consécration en date : il était le 15 décembre l’un des deux invités politiques de l’émission (à forte audience) « On n’est pas couché » sur France 2. À notre connaissance, Laurent Ruquier n’a reçu aucun autre « gilet jaune » sur son plateau que Benjamin Cauchy, qui était convié à… un dialogue avec un député LREM [11].


La personnalisation des luttes : une obsession médiatique

Rabâchée au fil de ses apparitions médiatiques, l’étiquette de « porte-parole » que les médias accolent à Benjamin Cauchy a au moins deux conséquences : celle de gonfler l’importance de l’invité aux yeux d’un public supposé peu informé pour donner du crédit à ses paroles (ce que le concerné accepte volontiers, sans vaines protestations) ; et celle d’entretenir la démarche de grands médias qui n’ont de cesse de vouloir personnaliser les luttes collectives. Il y a plus d’une décennie, lors des mobilisations contre le CPE en 2006, nous constations déjà :

En concentrant sur [quelques personnalités emblématiques] l’essentiel de leur attention, les médias dominants les font apparaître comme les seules voix légitimes de la contestation. Ce faisant, ils leur octroient finalement le privilège d’exprimer seules le sens public d’un ensemble d’actions diverses, voire éparses, conduites par des milliers - voire des centaines de milliers - de personnes, comme si la question de la légitimité des porte-parole devait échapper aux acteurs eux-mêmes. Ce phénomène s’explique en partie par la tendance des médias à rendre compte des mouvements sociaux de la même manière qu’ils traitent de la politique, en la réduisant à l’action des professionnels de la politique, c’est-à-dire en se focalisant quasi exclusivement sur l’activité de quelques personnes auxquels ils attribuent la fonction et l’étiquette de « leaders », et dont il s’agirait de déchiffrer les stratégies, les coups et les enjeux. [12]

Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette « routine-du-commentaire-de-stratégie-de-professionnels » ne se sera pas faite attendre :




Montage réalisé par Acrimed


Datant de 2006, ces constats s’appliquent à la virgule près aux personnalisations médiatiques actuelles. Ajoutons que depuis le début du mouvement des « gilets jaunes », les grands médias sont en quête de « sorties de crise » et outrepassent de très loin leur rôle de journalistes en allant jusqu’à construire leurs plateaux de télévision comme des réunions de « dialogue » à l’Élysée. Cette participation active dans la structuration (et donc dans l’évolution) du mouvement nécessite des interlocuteurs jouant le rôle de « représentants officiels » : qui d’autre qu’un « porte-parole » pourrait en effet participer au « dialogue social » avec le gouvernement afin que se dessine une « sortie de crise » ?

Et il se trouve que dans ce grand jeu, Benjamin Cauchy était le parfait candidat. On aura par exemple entendu des intervieweurs demander à leurs invités s’ils étaient des gilets jaunes « raisonnables » (entendez modérés). « Raisonnable », Benjamin Cauchy l’est, assurément. Et même plus… il est le client médiatique par excellence : disponible à toute heure, verbe facile, habitué des plateaux, modéré sur le fond, prompt à dénoncer spontanément, avant même qu’on le lui demande, « les violences », empressé au dialogue et aux négociations avec le gouvernement, prêt à dénoncer les dérives jusqu’au-boutistes d’autres gilets jaunes, et, last but not least, favorable à « se structurer », ce qu’il n’a pas manqué de faire très vite, comme nous l’avons vu, et qui n’est évidemment pas passé inaperçu auprès des grands médias…


***


Si Benjamin Cauchy est loin d’être la seule figure que les médias dominants auront promue publiquement tout au long de la mobilisation des gilets jaunes (qui n’est pas terminée), son cas est emblématique, à plus d’un titre, de la participation des grands médias à l’émergence et à la construction du « porte-parolat » dans le débat public : son positionnement comme ses « qualités » de « bon client » pour plateau télévisé répondent idéalement aux besoins et aux contraintes – professionnels et sans doute aussi idéologiques – des chefferies éditoriales.

Évidemment, la tendance modérée, dont Benjamin Cauchy est désormais un fer de lance (mais non le seul), a toutes les faveurs des éditorialistes qui ne cessent d’invectiver les « casseurs » et d’appeler au retour à l’ordre. Les invitations et les commentaires fusent pour les « Gilets jaunes libres », mis en relief par leur rencontre avec le chef du gouvernement, qui ne demandait pas mieux que de mettre en avant ceux qui souhaitent collaborer avec lui.

Le jeu a donc changé : dans un premier temps, et à la faveur d’un mouvement social de grande ampleur et quelque peu désordonné, Benjamin Cauchy a pu se faire passer, par médias interposés, pour un porte-parole de la nébuleuse des gilets jaunes. Dans un deuxième temps, désavoué par le mouvement, il s’y est opposé en créant son propre collectif, les « Gilets jaunes libres » dont il est assurément un représentant légitime, même si le représentativité du collectif lui-même semble problématique [13]. Il s’est ainsi émancipé de sa condition précaire de pure créature médiatique pour devenir un interlocuteur breveté.

Mais déjà, selon Libération, les Gilets jaunes libres se déchirent entre eux et leur existence est menacée. Que va devenir Benjamin Cauchy ? Selon l’article de Libération, il envisagerait une (seconde) carrière politique : « Et une vie dans la politique, y pense-t-il ? "C’est une option que je n’exclue (sic) pas." », a-t-il répondu.

On s’en serait douté.


Jean Pérès avec Pauline Perrenot

 

Notes

[1En choisissant par exemple Olivier Besancenot en lieu et place de Philippe Poutou, ou encore à un endroit du film de Damien Doignot, « José Bové ou le cirque médiatique » recensé ici par Acrimed, où on voit les journalistes s’obstiner à s’adresser à José Bové alors que la Confédération paysanne a choisi d’autres porte-parole.

[2On notera la logique de la question, à savoir s’il y a un chef dans un mouvement sans hiérarchie...

[3Nous n’avons pas cherché en-deçà.

[4Par exemple : 21-11 : Actu-fr Occitanie, 23-11 BFM-TV, 25-11 : 20 Minutes :, 26-11 : BFM encore et toujours, 24H Pujadas sur LCI, mais aussi des apparitions dans les JT de TF1 et de France2.

[5Notons que Benjamin Cauchy a démenti les faits rapportés par l’enquête de France 3 sur le plateau des « Grandes Gueules » le 23 novembre, et menacé de déposer une plainte en diffamation contre la radio.

[6Mais toutes les sympathies partisanes ne sont pas logées à la même enseigne dans les grands médias : comme nous le relevions dans un précédent article, Bruno Jeudy n’hésitait pas à qualifier Christophe Couderc de « faux gilet jaune » en l’accusant de « parler comme un militant politique » dès lors que son discours et ses revendications outrepassaient la bienséance politique (selon les médias dominants).

[7« Sur le terrain, Benjamin Cauchy était contesté depuis plusieurs jours, certains lui reprochant d’être trop attiré par les sirènes médiatiques. Depuis dix jours, on l’avait vu sur de nombreuses radios et télé nationales et régionales… » (actu.fr-Toulouse, 26/11). Tiens donc !

[8« Les Citrons parce qu’on en a marre d’être pressés, parce qu’on est jaunes et que nous, on n’a pas envie de pépins ».

[9Créé par Benjamin Cauchy et deux autres gilets jaunes historiques, Jacline Mouraud et Cédric Guémy, le collectif des Gilets jaunes libres est composé des dix signataires de l’appel diffusé par le JDD. Le 2 décembre, « Arrêt sur images » revenait sur l’homogénéité très droitière, voire d’extrême-droite, de ces signataires.

[10Tant est si bien qu’il est quasiment impossible pour notre association (sans outils appropriés) d’en faire une recension exhaustive.

[11Précisons qu’une fois encore, même si Ruquier fait un sous-entendu au cours de l’émission en prétendant « avoir le dossier [politique] » de Benjamin Cauchy, l’animateur ne prendra jamais la peine d’ouvrir ledit dossier...

[13Ainsi, alors que le 26 novembre, Benjamin Cauchy annonçait à Yves Calvi la création des « Citrons » parce que les gilets jaunes n’étaient « pas démocratiques » (voir plus haut), 15 jours plus tard, le 11 décembre, au même Yves Calvi qui lui demande : « … vous faites partie d’une scission des gilets jaunes qui s’intitule désormais Gilets jaunes libres », il répond, avec un certain aplomb, tout autre chose, voire l’inverse : « La scission, c’est une vue de l’esprit, je dirais plutôt que nous sommes complémentaires. Ne cherchez pas à diviser les Français entre eux, il y a déjà suffisamment de crispation sociale. » Douterait-il de la représentativité des Gilets jaunes libres ?

A la une

Jean Quatremer, grand pourvoyeur de « fake news » sur les gilets jaunes

Mépris de classe et fausses informations

Gilets jaunes : une journée de matraquage médiatique sur BFM-TV

La chaîne célèbre la victoire des forces de l’ordre face au péril jaune