Accueil > (...) > Les jeudis de 2003 à 2014

« Jeudi d’Acrimed », 16 juin 2011 : « Le journalisme d’investigation », avec Denis Robert

On en parle beaucoup, on le pratique peu. Il porte un costume d’apparat, mais qui dissimule souvent des loques et des hardes. Qui est-ce ? « Le journalisme d’investigation ». Pour le présenter et le mettre en débat, Acrimed a invité Denis Robert, non pour parler de son enquête sur Clearstream, mais à la lumière de celle-ci, des variétés, des modalités et de difficultés dudit journalisme d’investigation.

« Jeudi d’Acrimed »
jeudi 16 juin 2011, à 19 heures,
à la Bourse du travail de Paris
3, rue du Château-d’Eau, Paris 10e</center

Avec Denis Robert, auteur notamment de Révélation$ (2001), La Boîte noire (2002), Clearstream, l’enquête (2006) et de Tout Clearstream (éd. Les Arènes, 2011).

Denis Robert a été « blanchi pour avoir dit que Clearstream blanchissait » [1] par arrêt de la Cour de cassation du 3 février 2011. Lire ici même : « Dix ans et toutes mes dents », par Denis Robert. Et voir : une vidéo mise en ligne par des libraires



En guise de présentation du débat

Qu’est-ce que le journalisme d’investigation ? Sous cette dénomination, on se contente souvent de ranger un journalisme de révélation qui se borne généralement à porter à la connaissance du public, après les avoir en principe vérifiés et recoupés, des documents secrets ou discrets, transmis par des sources diverses. Le Canard enchaîné multiplie ces révélations, comme l’a fait Le Monde sous le règne d’Edwy Plenel ou comme Wikileaks permet de le faire à grande échelle aujourd’hui. Ou encore comme Médiapart le cultive, ainsi qu’on a pu le vérifier avec la publication d’enregistrements dans « l’affaire Bettencourt » ou « l’affaire des quotas ». Le journalisme d’investigation proprement dit, même quand il repose sur des révélations ou cherche à percer des secrets en se fondant sur les documents qui les attestent, repose sur une enquête autonome qui multiplie les entretiens, cherche les documents et les croise. Encore ce journalisme d’enquête vise-t-il le plus souvent à percer des secrets politiques, économiques ou judiciaires. Il est plus rarement un journalisme d’enquête sociale que l’on ne peut pas placer sur le même plan que les précédents. Ces variétés se recoupent, certes. Mais quels sont leurs mérites et leurs limites respectifs ? Quelles en sont les contraintes déontologiques et les modalités pratiques ? [H.M]

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Pour reprendre le titre d’un article Rue 89.

A la une

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017.

Appel à dons : le compte n’y est pas… Acrimed a encore besoin de vous !

Le 9 mars dernier, nous vous alertions sur nos faibles ressources financières et lancions un appel à dons afin de poursuivre nos activités, nos publications et nos interventions publiques. (...)

Christophe Barbier, ou les leçons de journalisme d’un éditocrate militant

Christophe Barbier ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.