Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

Halte aux casseurs du journalisme !

par Acrimed,

Un communiqué d’Acrimed à la suite de l’acte XXIII des gilets jaunes. Nous remercions Serge D’Ignazio pour ses précieuses photos.



La liste ne cesse de s’allonger : à Toulouse, plusieurs journalistes ciblés par la police, blessés, et dont le matériel fut saisi. Une équipe télé délibérément visée par un canon à eau. À Paris, coups de pieds, insultes, entraves à la captation vidéo. Plusieurs journalistes attestent de blessures, visés par des tirs de LBD40, des tirs de gaz lacrymogènes, touchés par des grenades de désencerclement. Deux journalistes indépendants, couvrant les mouvements sociaux depuis des années, interpellés.

Alexis Kraland, placé 8 heures en garde-à-vue, matraqué après que des policiers l’ont sommé de lâcher sa caméra, désignée comme une « arme par destination ». Gaspard Glanz, fondateur de l’agence Taranis News, visé par une grenade, arrêté violemment place de la République. 48 heures de garde-à-vue pour outrage et « participation à un groupement en vue de commettre des violences ou des dégradations ». À sa sortie, son avocat Raphaël Kempf indique qu’il est « interdit de paraître à Paris tous les samedis et le 1er mai jusqu’à l’audience du 18 octobre ». Il sera jugé pour « outrage à personne dépositaire de l’autorité publique ».

La répression de l’État et les violences policières sont encore montées d’un cran le samedi 20 avril, lors de l’acte XXIII des gilets jaunes. Des violences qui ciblent délibérément la presse, le travail et les outils de ses acteurs, notamment indépendants, et à travers eux, la possibilité de documenter un mouvement social qui subit de plein fouet la répression, causant de nombreuses blessures graves et des mutilations depuis cinq mois. La liberté d’informer est piétinée ; les casques et brassards presse, ignorés.

Les syndicats de journalistes montent au créneau. Le SNJ appelle à « ne pas bafouer l’État de droit », le SNJ-CGT demande qu’on respecte la liberté de la presse. Photoreporters, documentaristes, cameramen, techniciens, journalistes indépendants et pigistes font affluer des témoignages sur les réseaux sociaux. Les médias indépendants s’en emparent, collectent, dénoncent. Le journaliste David Dufresne atteste désormais de 76 cas d’entraves et de violences policières contre les journalistes depuis l’acte I, que nous avons régulièrement dénoncés. Il poursuit ses signalements, relaie les témoignages qui lui parviennent, interpelle en vain le ministère de l’Intérieur.

Pendant ce temps, le préfet de Police « salue l’action efficace et professionnelle des policiers et des gendarmes ». Le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur Laurent Nuñez menace, affirmant que Gaspard Glanz « sera arrêté » s’il ne respecte pas son contrôle judiciaire et déclare qu’ « il n’y a pas de répression ». Christophe Castaner nie les violences policières.

Pendant ce temps, les tenants du journalisme de l’ordre paradent sur les plateaux. Ils traitent de « vermines » les manifestants. Ils condamnent ces derniers sans condamner de manière ferme et collective les violences que subissent leurs propres confrères. Ils s’indignent d’un slogan contre la police en oubliant les autres. Ils réduisent les violences policières à des « dérapages individuels ». Ils fabriquent de faux débats sur la carte de presse. Ils arbitrent. Ils décrètent qui est journaliste de qui ne l’est pas. Ils salissent la profession.

Combien de temps ces commentateurs aux ordres, perroquets des préfectures, vont-ils encore bénéficier de l’appui symbolique de la profession ? Combien de temps encore avant une désolidarisation massive de toutes celles et ceux dont ils polluent le travail ?

Acrimed dénonce fermement toutes ces attaques et ces entraves à la liberté d’informer et d’être informé. Notre association apporte tout son soutien aux journalistes délibérément réprimés par la police et à celles et ceux qui tentent de faire leur travail face au mépris des chefferies éditoriales, des éditocrates, face à tous ces casseurs du journalisme !


L’association Acrimed


Crédit photos : Serge D’Ignazio


 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Grève à Radio France : entretien avec Lionel Thompson (SNJ-CGT)

Retour sur la mobilisation du 18 juin à Radio France.

Les médias au prisme de l’immigration (vidéo)

Enregistrement de notre lundi d’Acrimed avec le sociologue Rodney Benson.

La Macronie sait récompenser ses serviteurs : Claude Perdriel promu officier de la légion d’honneur

A ses soutiens zélés le pouvoir reconnaissant. (crédits : Joel Saget)