Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

Gilets jaunes : Hé oh, Le Parisien, on se calme ?

par Pauline Perrenot,

C’est en chiens de garde exemplaires que se sont comportés les haut-gradés de la rédaction du Parisien depuis le début du mouvement des gilets jaunes [1]. Après une revue de Unes d’un peu plus d’un mois, le quotidien de Bernard Arnault est déclaré grand vainqueur du bingo de la démobilisation sociale. Avec, à la clé, des prix dans de nombreuses catégories…


Meilleurs décors anxiogènes :

25/11/2018

2/12/2018

7/12/2018

8/12/2018

Meilleur porte-parole de la préfecture :

9/12/2018

15/12/2018

Meilleur partenaire social :

25/11/2018

4/12/2018

26/11/2018

Meilleur ORL :

28/11/2018

Meilleur ventriloque :

5/12/2018

10/12/2018

11/12/2018

Meilleur enquêteur :

18/12/2018

13/12/2018

8/12/2018

Meilleur prophète (de malheur) :

16/12/2018

17/12/2018

19/11/2018

18/11/2018

21/11/2018

24/11/2018

Meilleur assureur tout risque :

19/12/2018

21/12/2018

8/12/2018

Meilleur soutien psychologique du quartier de l’Étoile :


3/12/2018

13/12/2018

30/11/2018

11/12/2018

27/11/2018

4/12/2018

10/12/2018


Rideau !


***


Notre question en titre s’adresse donc aux rédacteurs en chef du Parisien, en écho à l’injonction mémorable que ces derniers avait faite aux manifestants contre la « Loi Travail » (en Une de leur édition du 27 mai 2016), et qui se résumait en ces quelques mots doux :



Il est vrai que Le Parisien nous a habitués à un traitement parfaitement équilibré des mouvements sociaux [2], et à des couvertures reflétant tout le meilleur du journalisme politique. En ce sens, son traitement actuel du mouvement des gilets jaunes n’a rien de surprenant. Cependant, mises bout à bout, les nombreuses Unes que le quotidien lui consacre en disent long sur la partialité, l’absence de pluralisme et le degré de suivisme vis-à-vis du gouvernement et de la police qui animent toute bonne presse dominante, obéissant – calmement (ou non) – aux ordres.


Pauline Perrenot


Annexe : montage de unes du Parisien pendant la Loi Travail 2016


 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Nous pourrons retrouver quelques exemples d’éditos de maintien de l’ordre dans l’article « Panique médiatique face aux gilets jaunes ».

[2En guise de deuxième archive, et en annexe, on pourra retrouver le montage que nous avions par exemple réalisé au moment des mobilisations contre la « Loi Travail » de 2016.

A la une

Gilets jaunes : Sonia Devillers défend Radio France et élude la critique des médias

Autocritique impossible sur France Inter : rebelote.

6 juin à Paris - Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

Une réunion publique organisée avec des gilets jaunes et des journalistes indépendants.

Lire : Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée, de Karim Souanef

Karim Souanef publie Le journalisme sportif. Sociologie d’une spécialité dominée aux Presses universitaires de Rennes (2019). En s’appuyant notamment sur un travail d’archives et sur une enquête (...)