Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

Gilets jaunes : Hé oh, Le Parisien, on se calme ?

par Pauline Perrenot,

C’est en chiens de garde exemplaires que se sont comportés les haut-gradés de la rédaction du Parisien depuis le début du mouvement des gilets jaunes [1]. Après une revue de Unes d’un peu plus d’un mois, le quotidien de Bernard Arnault est déclaré grand vainqueur du bingo de la démobilisation sociale. Avec, à la clé, des prix dans de nombreuses catégories…


Meilleurs décors anxiogènes :

25/11/2018

2/12/2018

7/12/2018

8/12/2018

Meilleur porte-parole de la préfecture :

9/12/2018

15/12/2018

Meilleur partenaire social :

25/11/2018

4/12/2018

26/11/2018

Meilleur ORL :

28/11/2018

Meilleur ventriloque :

5/12/2018

10/12/2018

11/12/2018

Meilleur enquêteur :

18/12/2018

13/12/2018

8/12/2018

Meilleur prophète (de malheur) :

16/12/2018

17/12/2018

19/11/2018

18/11/2018

21/11/2018

24/11/2018

Meilleur assureur tout risque :

19/12/2018

21/12/2018

8/12/2018

Meilleur soutien psychologique du quartier de l’Étoile :


3/12/2018

13/12/2018

30/11/2018

11/12/2018

27/11/2018

4/12/2018

10/12/2018


Rideau !


***


Notre question en titre s’adresse donc aux rédacteurs en chef du Parisien, en écho à l’injonction mémorable que ces derniers avait faite aux manifestants contre la « Loi Travail » (en Une de leur édition du 27 mai 2016), et qui se résumait en ces quelques mots doux :



Il est vrai que Le Parisien nous a habitués à un traitement parfaitement équilibré des mouvements sociaux [2], et à des couvertures reflétant tout le meilleur du journalisme politique. En ce sens, son traitement actuel du mouvement des gilets jaunes n’a rien de surprenant. Cependant, mises bout à bout, les nombreuses Unes que le quotidien lui consacre en disent long sur la partialité, l’absence de pluralisme et le degré de suivisme vis-à-vis du gouvernement et de la police qui animent toute bonne presse dominante, obéissant – calmement (ou non) – aux ordres.


Pauline Perrenot


Annexe : montage de unes du Parisien pendant la Loi Travail 2016


 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Nous pourrons retrouver quelques exemples d’éditos de maintien de l’ordre dans l’article « Panique médiatique face aux gilets jaunes ».

[2En guise de deuxième archive, et en annexe, on pourra retrouver le montage que nous avions par exemple réalisé au moment des mobilisations contre la « Loi Travail » de 2016.

A la une

Les médias au prisme de l’immigration (vidéo)

Enregistrement de notre lundi d’Acrimed avec le sociologue Rodney Benson.

La Macronie sait récompenser ses serviteurs : Claude Perdriel promu officier de la légion d’honneur

A ses soutiens zélés le pouvoir reconnaissant. (crédits : Joel Saget)

Importante victoire des salariés de Mondadori France

Un communiqué de l’intersyndicale de Mondadori France, célébrant une première victoire contre le projet de revente du groupe de presse à Reworld Media.