Accueil > Critiques > (...) > Le Monde persévère... (2002-2004)

Zuccarelli : " c’est Le Monde qui m’a viré du ministère "

par Patrick Lemaire,

Interrogé par VSD (23/10/03), Emile Zuccarelli, ancien ministre de la Fonction publique dans le gouvernement Jospin, et élu corse opposé au projet Jospin pour l’île (les " Accords de Matignon "), s’en prend au Monde [1].

" Pourquoi Emile Zuccarelli n’est-il jamais interviewé dans le journal Le Monde ?
- Je suis en profond désaccord avec la direction de ce quotidien et notamment avec Jean-Marie Colombani, qui est lui-même corse.
Que lui reprochez-vous ?
- De s’être comporté en militant plus qu’en journaliste pour défendre les accords de Matignon. Il y a aussi le fait que Le Monde ouvre très largement ses colonnes aux nationalistes, au mépris de toute déontologie. Mais il y a pire.
Que voulez-vous dire ?
- Quand j’étais ministre, c’est Le Monde qui m’a viré ! Et ce n’est pas une formule : les dirigeants du Monde ont réclamé ma tête de ministre à Jospin... et ils l’ont eue. J’ai été remercié en mars 2000 après trois années passées au ministère de la Fonction publique.
C’est vrai que Lionel Jospin vous a "démissionné" en deux minutes ?
- Oui, par téléphone. Viré comme un malpropre. Le Monde venait d’écrire qu’un remaniement s’imposait si tous les membres du gouvernement ne soutenaient pas les accords de Matignon. "

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Information signalée dans L’actualité des médias n°12 (note d’Acrimed).

A la une

Dessine-moi les médias : gilets jaunes et mépris médiatique

Médias et gilets jaunes, par Mathieu Colloghan

Le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes (Fréquence Paris Plurielle)

Samedi 18 mai, Acrimed était invité sur Fréquence Paris Plurielle.

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.