Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Journalisme et politique

Un renseignement trop général pour Patricia Martin

par Michel Davesnes,

L’animatrice de France Inter préfère taire qu’un de ses invités est responsable de l’UMP.

" Nous ne sommes pas les RG ! " C’est la curieuse réponse faite par Patricia Martin à un auditeur qui intervenait en direct par téléphone au cours de son émission Alter Ego, sur France Inter (lundi 26 avril, à 10 h.). Patricia Martin n’a pas vraiment apprécié que cet auditeur veuille donner à propos de son invité quelques précisions, jugées par elle sans aucun intérêt, et même indiscrètes.

Elle avait présenté cet invité, Frédéric Bard, comme le président du Collectif Respect, fondé en 2003 au lendemain du match de football France-Algérie, au cours duquel la " Marseillaise " avait été sifflée. L’auditeur s’étonnait simplement que l’on ne signale pas que Frédéric Bard était un responsable de l’UMP (renseignements pris, il est délégué à la Culture de l’UMP-Paris) et que son association avait été créée à la demande de Jacques Chirac.

Nous laissons à cet auditeur la responsabilité de cette dernière assertion. Une visite sur le site du Collectif Respect nous apprend simplement que cette association a notamment pour but de " promouvoir le respect dû à l’autorité légitime, et en particulier aux institutions et au Président de la République ".

Il semble bien que le Collectif Respect, qui revendique autant d’adhérents que Ni Putes Ni Soumises (1500), soit le pendant à droite de cette association proche de la gauche. Les dirigeantes de Ni Putes Ni Soumises, Fadéla Amara et Loubna Méliane sont membres du PS et ne s’en cachent pas. Alors pourquoi faudrait-il taire les responsabilités politiques du président du Collectif Respect ?

Le même auditeur impertinent s’est étonné du choix de Florent Pagny, fraudeur du fisc notoire, comme tête d’affiche de la Nuit du Respect, qui se tiendra le 1er mai prochain à l’hippodrome de Vincennes, dans le cadre des " 24 heures de la Citoyenneté européenne " (sous le patronage du Collectif Respect [lien périmé, mars 2010]).

Réponse embarrassée de l’organisateur de la Nuit du Respect : " Florent Pagny a presque fini de payer ce qu’il doit aux impôts. Nous l’avons choisi parce qu’il est populaire. C’est l’un des cinq artistes les mieux placés dans le box office et il était libre ce soir là ". Sans commentaire...

Michel Davesnes

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique