Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Mouvements de 2004 à 2006

Ouest-France contre les syndicalistes rouges d’EDF (2)

par Henri Maler,

Avant que, le 19 juin 2004, François-Régis Hutin ne pleure tout son saoul contre les délits d’atteintes à... l’égalité, perpétrés par les syndicalistes d’EDF (lire : « Ouest-France contre les syndicalistes rouges d’EDF »), il s’était trouvé un autre éditorialiste d’Ouest France - Paul Burel - pour administrer une leçon de bienséance libérale aux salariés en lutte.

L’éditorial (qu’on lira ci-dessous) est paru le mercredi 16 juin 2004 [1]. Brève revue des poncifs habituels de cette prose indigente et dominante, parue sous le titre subtil « La tête et les jambes ».

Au nom de l’opinion publique

Qu’on se le dise : la CGT « peut difficilement continuer à ignorer une opinion publique assez peu réceptive à son message, perçu le plus souvent comme un repli catégoriel et immobiliste ».

On admirera cet oracle qui parvient à faire parler l’opinion publique, surtout quand elle est muette, afin de pouvoir parler en son nom.

Haro sur les syndicalistes

Sans doute est-ce cette opinion publique dont notre bon éditorialiste se fait l’interprète dans les couplets habituels qu’il entonne pour couvrir la voix des salariés.

Premier couplet : le mépris englobant contre toute forme de contestation qui n’a pas reçu l’aval du donneur de leçons du grand ouest : « Les contestataires radicaux d’EDF [...] semblent avoir pris des cours chez les intermittents  » [2].

Deuxième couplet : l’imputation habituelle aux syndicalistes de motifs étrangers à ceux qu’ils invoquent. Des motifs, on s’en doute, revanchards, corporatistes et boutiquiers : la CGT ne serait pas «  mécontente de prendre sa revanche après l’échec de la contestation contre les réformes des retraites et de l’assurance maladie. Et de continuer à capitaliser de nouveaux militants, notamment au détriment d’une CFDT jugée trop molle, trop complaisante » [3].

Troisième couplet : c’est la faute à la base (les « jambes »), privée de la raison qui gagne les cerveaux dirigeants (la « tête ») : « Il importe (sic) aussi de rappeler (re-sic) que chez les électriciens cégétistes, il y a souvent un problème de court-circuit entre la tête dirigeante - teintée de réformisme sans le dire - et les jambes, la forte fraction militante immobiliste, arc-boutée au statu quo sans le revendiquer.  »

... Que l’on distinguera (voir plus loin) de tout « gréviste normalement constitué (sic) du privé.  »

Vive Sarkozy !

« La CGT peut d’autant moins faire la fine bouche que Nicolas Sarkozy s’est montré généreux  » ... Sarkosy dont Burel nous apprend quelques lignes plus loin, après avoir dressé le « catalogue de ses concessions [qui] ferait rêver tout gréviste normalement constitué du privé » qu’il s’agit d’un « ministre prodigue ».

Ce qui est moderne, c’est l’inévitable (et réciproquement) !

D’un bout à l’autre, l’argumentaire néo-libéral bat son plein. Mais la conclusion vaut son pesant de fatalité très moderne : « Quoi qu’il en soit aucune politique de l’autruche ne saurait aujourd’hui se justifier. Dans le contexte de la libéralisation massive et inévitable du marché de l’énergie, le statu quo serait suicidaire. Face à des concurrents agressifs et sans entraves, EDF n’a que le choix de se moderniser pour lutter à armes égales. A chances égales. Tous combat corporatiste d’arrière-garde ne pourrait qu’affaiblir un fleuron que beaucoup de pays nous envient » [4].

C’était un éditorial, donc un libre commentaire. Question : qui dispose dans le Grand Ouest des moyens équivalents de faire entendre une autre voix ?


 
  • Enregistrer au format PDF

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Merci à Alex qui nous l’a transmis.

[2Voir Le mouvement des intermittents du spectacle (note d’Acrimed).

[3Voir Contre-réformes et mobilisations de 2003 (note d’Acrimed).

[4Les passages soulignés le sont par nous-mêmes.

A la une

Jeudi d’Acrimed avec Monique Pinçon-Charlot (vidéo)

Dominants, médias dominants et médiatisation de la pensée dominante.

Les jeux d’été d’Acrimed (3) : Brunet or not Brunet ?

Pour ce troisième et dernier volet des jeux d’été d’Acrimed, nous vous proposons de démêler le faux du vrai ! D’abord, parmi des annonces d’émissions d’Éric Brunet et ensuite, parmi des questions dont les (...)