Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Pillages et plagiats

Les Inrockuptibles copient Acrimed

par Mathias Reymond,

Les Inrocks (comme le baptisent les gens branchés) est un hebdomadaire qui se présente comme « le news culturel ». Anglicisme branché, publicité design, élitisme cool et provocation in sont les ingrédients de ce périodique parisien. Et nous pourrions ajouter comme condiment accessoire : le copiage innocent.

La lecture du numéro 569 (24 octobre 2006) n’inspire pas grand-chose [1]. En le feuilletant, on remarque simplement un oubli : le rectificatif prévu qui devait mentionner Acrimed n’est pas publié. Pas cool. Pourquoi l’hebdo bobo aurait-il dû évoquer Acrimed ? Et pourquoi un rectificatif, d’abord ?

Retour en arrière. Dans le n°567 des Inrockuptibles (10 octobre 2006), une « brève » intitulée « 300 articles sur Jospin », indiquait que 300, « c’est le nombre de brèves, reportages ou interviews qui ont circulé depuis un an sur le probable retour de l’ancien Premier ministre sur la scène politique. » Mais - oh, surprise ! - pas de référence, pas de source à propos de ce chiffre de 300. 1. D’où sortait-il ? 2. Comment avait-il été calculé ? Réponses : 1. D’un article d’Acrimed et 2. Par l’équipe d’Acrimed.

En effet, 11 jours plus tôt, le 29 septembre, Acrimed avait mis en ligne un article, « Le retour de Jospin : 300 articles pour rien ? », qui présentait un comptage précis des « articles, interviews, brèves, reportages » parus dans la presse nationale depuis un an sur le fameux faux-retour de l’ancien Premier ministre.

Pas rancuniers, et pensant naïvement qu’il s’agissait d’un oubli, nous avons téléphoné au directeur adjoint de la rédaction Sylvain Bourmeau, lecteur assidu d’Acrimed [2]. « Ce n’est pas moi qui suis responsable de cette brève, s’est-il dédouané. Je vais me renseigner. Je vous rappelle. » Un jour, deux jours. On rappelle. « Ah oui, je dois voir aujourd’hui la personne qui s’en est occupée. A priori, si on a oublié de vous citer, on fera un rectificatif dans le prochain numéro. » Un numéro, deux numéros. Rien.

Acrimed est une association de bénévoles militants. Les Inrockuptibles est un périodique de salariés branchés. Préparer un article comme le nôtre représente un temps considérable de comptage, de lecture, d’archivage, d’analyse et d’écriture. Les copiages façon Les Inrockuptibles prennent 5 minutes. Une partie de l’article d’Acrimed aurait pu être publié. Pas assez cool, l’article d’Acrimed ?

Bien qu’elle consacre un impressionnant espace à la publicité d’artistes à la mode (26% du numéro), l’équipe des Inrockuptibles juge sans doute que la simple mention d’une source aussi peu recommandable qu’Acrimed risque de lui faire perdre des lecteurs ! [3] Mieux vaut copier. Façon branchouille.

Mathias Reymond

 

Notes

[1Si ce n’est un grand sourire, en découvrant que le croisé Philippe Corcuff choisit ce journal éminemment « complexe » pour faire l’éloge de sa propre « complexité »... contre Noam Chomsky.

[3De même que Marianne avait omis de mentionner Le Plan B (sous la plume de Philippe Cohen).Voir ici-même, au milieu de la page, sous le titre « Secret des sources ? ».

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique