Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Patrons et salariés de l’AFP et autres agences

Le PDG de l’AFP Fabrice Fries : un destin de dégraisseur d’effectifs et de promoteur immobilier

par Denis Souchon,

La privatisation de l’AFP est en marche (suite).

Le 12 avril 2018 Fabrice Fries, un spécimen de la noblesse d’État, était « élu » à la présidence de l’AFP. Le 21 juin, soit deux mois à peine cette « élection » dont nous avons exposé les ressorts dignes d’une république « benalla-ienne », on pouvait lire dans un article paru dans La Lettre A et titré « Et si Fabrice Fries faisait déménager l’AFP... » :

Une vente de l’immeuble historique de la place de la Bourse ou un déménagement ? « Tout est possible », il n’y a « aucun tabou », a reconnu Fabrice Fries, PDG de l’Agence France Presse (AFP), devant la Société des journalistes de l’agence, le 12 juin. Si le dossier immobilier n’était pas mentionné dans le projet initial qu’il a présenté lors de son élection à la tête de l’agence en avril (LLA du 18/04/18), celui-ci est bien désormais sur son bureau. Un déménagement pourrait s’avérer un levier majeur en termes d’économies, à côté d’une rationalisation des effectifs notamment demandée par un récent rapport de la Cour des comptes (LLA du 28/05/18).


Sont présents dans cet article, et en partie dans ceux recensés ci-après, les cinq « éléments de langage » que tous les membres de la classe dominante utilisent presque mécaniquement pour justifier leurs pratiques de prédateurs : parce-qu’« il-faut-faire-des-économies-pour-sauver-l’-entreprise », il est inéluctable de « vendre-des-actifs-générant-du-cash-vital-pour-l’-entreprise » (en l’occurrence, le siège de l’AFP) et de « rationnaliser-les-effectifs » (en sous-texte : les réduire). Et parce que ces mesures reposent sur des « rapports-rationnels-d’-experts » (en l’occurrence, la Cour des comptes), elles relèvent d’une « vérité-qui-brise-les-tabous » et qui ne peut être contestée.

Loin d’interroger ce que recouvre réellement un tel discours, les grands médias ont plutôt tendance à en reproduire la structure, participant de ce fait activement à la perpétuation de l’idéologie dominante. Et quand les journalistes ne reprennent pas à leur compte les « arguments » du patron de l’AFP, ils lui cèdent tout simplement la parole, parfois de manière exclusive, passant ainsi sous silence les critiques que peuvent formuler les salariés eux-mêmes (et au nom desquels Fabrice Fries prétend s’exprimer.) [1]

Ainsi qu’on peut le voir dans un article de l’AFP daté du 12 juillet, titré « AFP : le nouveau PDG vise 30 M EUR de nouvelles recettes en 5 ans », Fabrice Fries mobilise les arguments des « économies » pour justifier « le scénario d’une cession du siège » et, in fine, sa propre « stratégie » :

Le nouveau PDG de l’AFP Fabrice Fries a présenté jeudi sa « feuille de route » au conseil d’administration de l’agence (…) [L’AFP] doit aussi faire des efforts pour trouver des économies, et à ce titre, [Fabrice Fries] a mis à l’étude le scénario d’une cession du siège historique de l’AFP, situé au cœur de Paris, dans le IIe arrondissement, au profit de l’achat ou de la construction d’un nouveau site dans la capitale ou à proximité. Un déménagement ne sera toutefois acté que s’il permet d’une part de regrouper dans un même bâtiment les services rédactionnels de l’Agence, actuellement répartis dans deux immeubles, et de dégager une importante plus-value. Des décisions sur ce point et sur la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie devraient être prises d’ici la fin de l’année, notamment lors d’un conseil d’administration prévu le 5 octobre.


Le 18 juillet, c’est au tour du Figaro de rapporter des propos de Fabrice Fries dans l’article « L’AFP envisage de vendre son siège parisien pour financer sa relance », permettant à la petite musique du dégraisseur/promoteur d’aller bon train :

Autre axe de travail : faire des économies. La cession du siège historique place de la Bourse à Paris et le déménagement des salariés sur un seul site font partie des pistes envisagées. « Nous vendrons si nous sommes capables de dégager une plus-value substantielle et ainsi de nous désendetter et financer notre plan de développement », explique Fabrice Fries, qui ajoute que les équipes parisiennes, actuellement réparties sur deux sites, verraient d’un bon œil d’être réunies. Mais d’autres économies devront être trouvées. Si les charges de personnel ont été stabilisées l’an passé, à 215,6 millions d’euros, des réductions d’effectifs au siège sont probables. « Je crois que les salariés ont pris conscience des enjeux, estime Fabrice Fries. Ils sont capables d’entendre un discours de vérité. La grande majorité veut que les choses changent. Et rien ne se fera sans dialogue avec les partenaires sociaux. »

C’est ainsi que, sans grande surprise, Le Figaro relaye la « vision » des dominants dans ses colonnes : en se contentant de Fabrice Fries pour seul interlocuteur, invité à commenter ses propres décisions. Plus grave peut-être : les journalistes ne semblent nullement s’inquiéter du fait que ce « manager » – qui ne fait même pas semblant d’avoir compris l’histoire et les missions de l’AFP – prévoie de « gérer » la première agence de presse du pays, qui remplit des missions relevant d’un service public de l’information, comme s’il dirigeait un fonds d’investissement ou une boîte de com’.

Il serait d’intérêt public de rappeler, pour chaque mention du « visionnaire » Fabrice Fries, ce que nous relevions le 27 avril à propos de son parcours : à savoir qu’il aura fallu « attendre Le Canard enchaîné du 18 avril 2018 pour connaître ses exploits à la tête de Publicis Consultant France. Sous sa présidence de 2008 à 2016 en effet :
- le chiffre d’affaire est passé de 88,2 à 36,8 millions d’euros, soit une baisse de 58,3 % ;
- l’effectif est passé de 400 à 170 personnes, soit une baisse de 57,5 % ;
- la société enregistre un déficit de 4,5 millions d’euros en 2016.
« Tout travail mérite salaire » : le palmipède nous apprend que Fabrice Fries a touché 360 000 euros au titre d’une transaction de départ, et 180 000 euros lors des 6 derniers mois, alors que son sort était scellé ! »

Et ce n’est pas fini. Toujours dans son article du 21 juin, La Lettre A nous apprend que « le nouveau PDG de l’AFP a été refroidi par son expérience de déménagement à Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, alors qu’il présidait Publicis consultants. L’agence de communication avait finalement opéré, quelques années plus tard, un retour dans le 2e arrondissement parisien, après une perte significative de clients. »

En d’autres termes, Fabrice Fries envisage d’appliquer à l’AFP la même série de mesures qui s’étaient soldées par des échecs cinglants quand il dirigeait Publicis consultants [2] !


***


Il est dorénavant évident que Fabrice Fries a été mis à la tête de l’AFP par le pouvoir macronien pour lui appliquer une « politique de la faillite ». Une politique qui contribuera à qualifier d’« inéluctable » la privatisation de cette agence, dont les missions sont d’intérêt général, et dont la défense devra passer par une forte et large mobilisation de ses salariés et des usagers des médias.


Denis Souchon

 

Souscription 2018Souscription 2018

Notes

[1Notons que ces considérations sont très régulièrement valables dès lors que les grands médias rendent compte des actions des dominants, en particulier dans le cas de bouleversements et de conflits dans les entreprises : la parole des salariés se trouvant alors sous-représentée (et délégitimée) – voire tout simplement niée – au profit de l’exposition de la « stratégie » du dirigeant et de son « équipe ».

[2Le Monde du 03/12/2013 écrivait : « Si le projet de déménagement a été mal pensé, le retour de flamme peut être brutal. Le retour en centre-ville de sociétés implantées en banlieue n’est pas rare. L’agence de communication Publicis Consultants, par exemple, après être passée des Champs-Elysées à Suresnes (Hauts-de-Seine), a rétropédalé quelques mois plus tard pour s’installer dans le 2e arrondissement. »

A la une

Un plateau de LCI se paye Jean-Luc Mélenchon

Absence de pluralisme et partis-pris.

Reworld Media, un groupe de presse contre le journalisme

Le stade terminal de la financiarisation des médias.

En cherchant à discréditer Bourdieu, Natacha Polony démontre l’étendue de son ignorance

Éditorialiste, patronne de presse, fabuliste et faussaire de la vie intellectuelle.