Accueil > Critiques > (...) > Patrons et salariés de l’AFP et autres agences

« Plan de départs volontaires » à l’AFP : en route vers la privatisation

En octobre 2018, dans notre étude du « plan média » de Fabrice Fries pour l’AFP, nous suggérions que l’objectif premier de ce « parfait » représentant de l’oligarchie, passé de dégraisseur d’effectifs à promoteur immobilier, semblait être, à terme, la privatisation de l’agence de presse. Depuis, le PDG de l’AFP poursuit son travail de sape. Alors que le Comité social et économique (CSE) a exposé le 27 mai son « plan de départs volontaires », la CGT AFP, le SNJ AFP et SUD-AFP ont publié des communiqués que nous reproduisons ci-dessous pour expliquer leur rejet de ce plan. (Acrimed)

« Plan de départs volontaires » à l’AFP : En route vers la privatisation (CGT AFP)


Après plusieurs semaines de réunions à marche forcée, la procédure d’information-consultation du Comité social et économique (CSE) sur le plan de départs volontaires (PDV) a pris fin ce 27 mai.

L’ensemble des 19 élus du CSE a rejeté ce plan en votant 3 avis :

- sur le volet social du plan de transformation « Livre I »
- sur les incidences éventuelles du projet, en matière de santé, sécurité et conditions de travail
- sur le volet économique et organisationnel « Livre II ».
Pourquoi nous rejetons ce plan

« L’AFP devra montrer que son plan de transformation la remet sur de bons rails au point qu’un investisseur privé pourrait en théorie être intéressé de monter à son capital » – Fabrice Fries

Outre le fait que la CGT n’a pas signé et ne signera jamais un plan de suppression de postes, nous considérons que celui-ci est une première étape vers la privatisation et la fin du statut protégeant notre indépendance rédactionnelle et économique. Ce plan contient tous les indices d’une transformation destructrice pour l’accomplissement des missions de l’agence, préfigure son devenir et pourrait s’avérer fatidique : travailler plus avec moins c’est, de fait, déserter le terrain et des zones