Accueil > Critiques > (...) > Le groupe Le Monde

Un tract du SNJ Midi libre

Le Monde crée l’ "effervescence dans un comptoir du Midi"

La conquête à la hussarde par Le Monde des Publications de la Vie Catholique (lire Le Groupe Le Monde) a connu un précédent dans la presse régionale avec la mainmise sur Le Midi libre (lire Les coulisses de la conquête du Monde), devenu selon le SNJ Midi libre un simple " comptoir " [1] de l’empire colombanien. Et là aussi, en matière sociale, les nouveaux propriétaires n’ont pas tardé à jeter le masque... (Acrimed)

Effervescence dans un comptoir du Midi

Mercredi 11 février 2004, en questions diverses du Comité de groupe [2] Le Monde, notre confrère de Centre Presse s’est inquiété des nombreuses atteintes au droit et à la dignité que subissent les journalistes de ce titre. Déqualifications, mutations arbitraires, climat de suspicion général, autant d’ingrédients conflagratoires dans une rédaction historiquement consensuelle.
Certes, la personnalité taillée à la serpe des dirigeants ruthénois et leur mode de gestion très tendance Budapest 56 voire Prague 68, ont nourri le malaise latent jusqu’à l’aviver en traumatisme patent.
Un gâchis souligné dans une motion signée des trois-quarts de cette rédaction et envoyée aux plus hautes instances du groupe.
Mais, au delà de ces spasmes directoriaux, se profile un raidissement social concerté dont les effets ne se limitent pas aux seuls "comptoirs du Midi", si Libres soient-ils. Ils se font déjà sentir acidement dans bien d’autres titres de la galaxie Le Monde. Et en son centre aussi.
Procès et instances judiciaires à foison, négation d’accords, coins systématiquement enfoncés dans l’application du droit, extension de la précarité et redéploiements de personnels laissant en friche les sites ponctionnés : voilà trop de faits à charge pour croire à des coïncidences.

UNE VOLONTÉ EST A L’ŒUVRE.

Celle de regagner sur le travail, le coût des jongleries du capital. Celle de rééquilibrer, dans l’urgence, des comptes mis à mal par trop d’assurance et une expansion frénétique. Celle de cajoler l’actionnaire extérieur quitte à mettre dans l’étau la communauté de travail (au demeurant actionnaire majoritaire).
Calme et méthodique, sereine face à l’inaction, cette volonté n’est que velléité dès lors qu’on lui oppose ce qu’elle génère : un refus.

Nous disons NON.
NON au discours lénifiant qui maquille de promesses doucereuses chaque acte d’agression ;
NON à l’obsession rentable qui détruit tant d’équilibres fragilement ciselés,
NON à la dégradation du climat social qui délite la confiance et vérole les énergies.
NON. Ferme et encore poli…
Le groupe Le Monde-La Vie-Midi Libre ne mérite pas tels expédients.

Aussi l’effervescence d’un comptoir du Midi ne doit-elle pas être prise à la légère. Elle traduit l’incompréhension d’objectifs proposés et des décisions prises dans les rédactions. Elle exprime le malaise devant l’absence de ligne directrice et de conduite, claires et honnêtes.
Elle appelle la restauration de toutes les valeurs qui rendent un journal précieux à son lecteur et emportent sa fidélité. Qui le rendent précieux aussi aux journalistes qui le créent.
Ils ont besoin de vision et d’assurances, de respect et de liberté d’esprit. Bref, de sens.

La confiance est un moteur extraordinaire et rare qui mérite des soins.
Avec des actes justes et des mots justes.
La réussite d’un énorme pari économique est à ce prix.
C’est le sens de notre NON.

Une sorte de prévenance avant action.
UNE VOLONTÉ A PIED D’ŒUVRE.
Egalement.

Le bureau syndical de Midi Libre

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Agence de commerce d’une nation en pays étranger (Petit Larousse).

[2Equivalent pour un groupe du Comité d’entreprise, instance de représentation des salariés (note d’Acrimed).

A la une

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.

Gilets jaunes : Sonia Devillers défend Radio France et élude la critique des médias

Autocritique impossible sur France Inter : rebelote.

6 juin à Paris - Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

Une réunion publique organisée avec des gilets jaunes et des journalistes indépendants.