Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Hersant et Dassault

Dassault s’empare de l’empire Hersant : premières réactions

Le marchand d’armes Dassault a annoncé jeudi 11 mars que la plupart des héritiers de Robert Hersant ont accepté de lui vendre leurs parts du groupe de presse écrite Socpresse, ce qui permet à Dassault de devenir l’actionnaire majoritaire, à plus de 80 % du capital, de cet empire de presse comptant quelque 70 titres [1].
Début 2002, à la faveur d’une augmentation du capital, Dassault était entré dans le groupe à hauteur de 30 %, et avait ensuite prêté à la Socpresse une partie des fonds nécessaires pour racheter à Vivendi le groupe Express-Expansion-L’Etudiant.
Dassault était déjà détenteur du groupe Valmonde (Valeurs actuelles, Le Spectacle du monde, Le Journal des finances).

" Le SNJ a annoncé, jeudi, avoir demandé la réunion d’urgence du comité de groupe Socpresse, et FO a également demandé une réunion d’urgence d’un comité d’entreprise extraordinaire "afin d’examiner la nouvelle situation financière, économique et sociale du Figaro et son futur rôle au sein de la Socpresse" ", selon l’AFP (11 mars 2004). "Nous demandons d’ores et déjà les conditions d’ouverture de la clause de cession, afin qu’elle puisse être mise en œuvre dès la cession officielle", a indiqué FO.
Vendredi 12 mars, la Société des Journalistes de L’Express a déclaré que " le respect de l’indépendance de notre hebdomadaire ne peut souffrir la moindre entorse " ; et celle de L’Expansion rappelé sa " détermination à préserver l’indépendance éditoriale du magazine ", indique l’AFP [lien périmé, juin 2010], tandis que l’intersyndicale CFDT-CGT du groupe Express-Expansion a exprimé sa " très vive préoccupation ", redoutant que " le but de cette opération soit moins la recherche d’une "cohérence industrielle", financièrement profitable, que la réalisation du souhait, maintes fois exprimé par Serge Dassault, de disposer d’un groupe de presse pour relayer ses convictions politiques très marquées ".
Au Figaro, les organisations syndicales et la Société des Rédacteurs ont demandé à Yves de Chaisemartin, patron de la Socpresse, de venir exposer la situation devant le personnel.
Dans la presse régionale, selon l’AFP, le SNJ de La Voix du Nord a prévenu : " A La Voix du Nord, comme à Nord Eclair, la vigilance s’impose ". Au Dauphiné Libéré et au Progrès, une rencontre entre les syndicats et M. de Chaisemartin est prévue mardi matin à Lyon. Au pôle de l’Ouest (Courrier de l’Ouest, Maine Libre et Presse Océan), un CE est convoqué mardi à Angers.

 

Notes

[1Presse quotidienne nationale :
Le Figaro.
Presse quotidienne régionale :
Le Maine libre, Presse Océan, Le Courrier de l’Ouest, La Voix du Nord, Nord Eclair, Le Progrès, Le Dauphiné libéré, Le Bien public...
Presse magazine :
L’Express, L’Expansion, Lire, L’Entreprise, La Vie financière, L’Etudiant, Le Figaro magazine, Le Figaro madame, Classica, Maison française, Maison magazine...
Roissy Print (impression), FC Nantes (sport)...
(Lire Le groupe Hersant : l’étendue de l’empire en 2002, Le Groupe Hersant : un empire à deux têtes (2002).)

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique