Accueil > Critiques > (...) > Christine Ockrent, reine des "ménages"

Féminisme - 8 mars

Christine Ockrent défend ses paires : les « femmes de »

Dans le quotidien gratuit Metro du 5 mars, Christine Ockrent se penche dans sa chronique [1] sur la condition féminine, à l’occasion de « la corvée de célébrer la Journée internationale de la femme - alors que nous mériterions d’être fêtées tous les jours ! ».

« Quitte à irriter les féministes intransigeantes, lance courageusement notre éditorialiste, intéressons-nous donc à celles qui payent à leur statut le plus lourd tribut. »

A cet endroit, vous pensez mères divorcées, RMIstes, caissières d’hypermarché, chômeuses de 50 ans ? Pas du tout, nous révèle cette femme de ménages [2].

« ... Celles qui payent à leur statut le plus lourd tribut : les épouses des hommes publics. Plus encore que les autres, ne révèlent-elles pas du conjoint le pire et le meilleur ? »

La suite de l’article n’est consacrée qu’aux épouses des deux candidats à l’élection présidentielle américaine. De rapides portraits de Laura Bush et Teresa Heinz Kerry y sont dressés, avec une phrase sur les Clinton. Un sujet que Christine Ockrent connaît bien, puisqu’elle a publié une biographie de Hillary Clinton [3], livre qui fut taxé de plagiat par le mensuel Entrevue dans un article fourni, comparant plusieurs pages avec celles d’un livre américain sur le même sujet.

Après une interrogation sur l’épouse de John Kerry, « Vont-ils aimer Teresa au point de voter pour elle ? », Christine Ockrent finit par ces mots : « En politique comme ailleurs, on peut toujours juger un homme par sa compagne. »

Chacun jugera de la profondeur de cette maxime, de la part d’une éditorialiste au féminisme pour le moins « transigeant ».

En tout état de cause, on peut se demander s’il n’y a pas là un message subliminal : et si les Français, ou ses pairs du Parti socialiste, prenaient enfin conscience des immenses qualités de Bernard Kouchner, pourvu d’une si parfaite compagne ?

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1" La preuve par les femmes ", Metro 5/03/04, page 6.

[3La double vie de Hillary Clinton, éditions Robert Laffont, 2001.

A la une

Dessine-moi les médias : gilets jaunes et mépris médiatique

Médias et gilets jaunes, par Mathieu Colloghan

Le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes (Fréquence Paris Plurielle)

Samedi 18 mai, Acrimed était invité sur Fréquence Paris Plurielle.

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.