Accueil > Critiques > (...) > Christine Ockrent, reine des "ménages"

"Ménages" : Ockrent pour 18 000 euros la demi-journée

Dans le jargon des médias, les " ménages " désignent des prestations " free lance " de " professionnels ". Ils interviennent dans des " événements " en tous genres (congrès, conventions, séminaires, etc.), contre une rémunération en général proportionnelle à leur notoriété [1].

Lu dans Nos délits d’initiés de Guy Birenbaum [2].

" Référencé comme elle, bien que je ne sois pas journaliste, dans une agence qui accueille les - nombreux - journalistes soucieux d’améliorer leurs fins de mois (l’agence encaisse une commission), j’ai réussi à me procurer le tarif des prestations de Christine Ockrent. Pour ma part, lorsque j’effectue l’un de ces services, je gagne environ 1 500 euros par jour et je trouve cela très correct. En ce qui concerne Christine Ockrent, le tarif proposé par cette agence, qui présente volontiers le curriculum vitae de l’intéressée à ses clients, est de 18 000 euros (plus un assistant à prévoir) "pour l’animation d’une réunion d’une demi-journée".
La journaliste, qui donna - on l’espère - son image à Reporters sans frontières dans le cadre d’une spectaculaire campagne sur la liberté de la presse (cherchez l’erreur), est coutumière du fait. "

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[2Stock, 2003, 18 euros.

A la une

Protéger les journalistes rémunéré.e.s à la pige, quoi qu’il en coûte

Un communiqué intersyndical, co-signé par de nombreux collectifs et associations de journalistes et pigistes

Confinement : Le Parisien coiffe le képi et surveille les quartiers populaires

Journalisme de préfecture au beau fixe.

Covid 19 : les éditocrates serrent les rangs derrière Macron

... et balaient d’un revers de main les critiques.