Accueil > Critiques > (...) > Christine Ockrent, reine des "ménages"

"Ménages" : Ockrent trahie en direct

par Jean Teulière,

Dimanche 19 janvier, en deuxième partie de soirée, dans " France Europe Express " (France 3), Christine Ockrent, Gilles Schneider et Serge July recevaient Alain Juppé, président de l’UMP. Un " débat " consacré pour partie à la situation du système de retraites.

Au détour d’un échange, on entendait :
Juppé - " Christian Jacob, Ministre de la Famille, a des idées, il va venir d’ailleurs les exposer à Bordeaux...
Ockrent - Toute le monde va à Bordeaux, alors...
Juppé - Oui, vous êtes venue, pour les Assises des libertés locales. " [1]

Et l’on passa à autre chose...

Lu ce même dimanche, dans une rubrique régionale du site du "Ministère de l’Equipement, des Transports, du Logement, du Tourisme et de la Mer" :

" Décentralisation : acte 2

20 ans après les lois Deferre votées sous le gouvernement Mauroy, qui ont marqué l’acte 1 de la décentralisation, c’est maintenant au tour du gouvernement Raffarin de relancer la décentralisation en organisant des assises des libertés locales dans chaque région, en vue de recueillir les préoccupations, priorités et propositions exprimées par les acteurs locaux concernés sur les thèmes généraux de la déconcentration.

Les assises régionales en Aquitaine, animées par Christine Ockrent se tiennent à Bordeaux le 16 novembre 2002 en présence de plusieurs membres du gouvernement. "

Dans le jargon de la profession, les "ménages" désignent notamment des prestations de journalistes qui mettent leur notoriété au service de l’animation de débats en tous genres, la rémunération étant en général proportionnelle à la notoriété du " professionnel ". Voir Les " ménages " des "stars" du journalisme.

N’ayant pas eu communication des chiffres, nous ne saurions affirmer ici que Mme Ockrent a " vendu ", ou plutôt " loué " sa réputation de " grande professionnelle ". Reste à savoir si sa participation active, en toute " liberté locale ", à une opération de communication du gouvernement, n’est pas contradictoire avec l’indépendance que les citoyens sont en droit d’exiger de la part de quelqu’un qui anime une des rares émissions politiques du service public de l’audiovisuel [2]. Question de déontologie.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Alain Juppé est maire UMP de Bordeaux, député de Gironde.

[2Entre autres. Voir dans la rubrique Le journalisme d’élite.

A la une

Notre-Dame : la revue de presse de France Info excommunie L’Humanité

Ou comment peut-on « à ce point passer à côté de son métier »

Une journaliste de TVBruits blessée le 13 avril à Toulouse

Un communiqué de presse de la web télévision associative TVBruits

Sortie de Médiacritique(s) n°31 : Médias et violences policières

Au sommaire, notre dossier sur la médiatisation des violences policières. Et bien d’autres articles. À commander dès aujourd’hui !