Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Où va la presse écrite ?

Tribune : soutenir les kiosquiers

par Danielle Simonnet,

Nous publions, sous forme de tribune [1] un texte et une vidéo mis en ligne le 14 janvier, sur son blog, par Danielle Simonnet, élue du Parti de Gauche (PG) au Conseil de Paris. Une initiative salutaire qui attire l’attention sur le métier difficile et méconnu de kiosquier et qui n’implique - faut-il le souligner ? - aucun soutien général de notre part au Parti de Gauche (Acrimed).

Ce matin, nombreux étaient celles et ceux qui faisaient la queue devant leur kiosque à journaux pour tenter d’acheter Charlie Hebdo, après avoir manifesté massivement dimanche pour exprimer leur attachement à la liberté d’expression, la liberté de conscience et la liberté de la presse.

C’est le moment de prendre aussi conscience que cette liberté de la presse est étroitement liée aux conditions de sa distribution. Au bout de la chaine, les travailleurs indépendants que sont les kiosquiers, gagnent à peine 3€/heure en travaillant 6 jours/7 et près de 12h par jour.

Il n’y a aucune fatalité à cela. Les kiosques sont gérés par Médiakiosk, une filiale de JC Decaux dans le cadre d’une délégation de service public avec la Ville de Paris. Médiakiosk encaisse également les recettes publicitaires des kiosques via une convention d’occupation du domaine public contractée avec la Ville. Ces deux contrats arrivent à échéance en décembre 2015.

Il est donc possible et nécessaire de repenser un autre modèle permettant aux kiosquiers de gagner au moins le SMIC horaire.

C’est ce que les kiosquiers expriment dans cette vidéo à l’occasion de la « fête annuelle » des kiosquiers célébrée en grande pompe par Mediakiosk et la Ville de Paris :

 

Notes

[1Les articles publiés sous forme de « tribune » n’engagent pas collectivement l’Association Acrimed, mais seulement leurs auteurs dont nous ne partageons pas nécessairement toutes les positions.

A la une

Jeudi d’Acrimed avec Serge Halimi et Pierre Rimbert : « Histoire d’une critique radicale et sardonique des médias »

Le 29 novembre, à la Bourse du travail de Paris. Avec Serge Halimi, Pierre Rimbert (« Monde Diplomatique »), et Mathias Reymond pour Acrimed.

La fait-diversion de l’actualité

Un extrait d’« Une histoire populaire de la France », Gérard Noiriel, Agone, 2018.

In memoriam 1914-1918 : quatre années de presse aux ordres

Quand la presse se vautrait dans les bras des généraux.

Lu : Les écoles du journalisme, d’Ivan Chupin

Le politiste Ivan Chupin publie aux Presses Universitaires de Rennes Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018).
Dans son ouvrage, Ivan Chupin revient sur l’émergence et les (...)