Accueil > Critiques > (...) > Mobilisation contre la réforme des retraites (2019)

En bref

Sur LCI, Daniel Cohn-Bendit invente des agressions physiques

par Mathias Reymond,

Depuis deux mois, les commentateurs médiatiques combattent, avec un acharnement sans limite, le mouvement social contre la réforme des retraites. Quitte à diffuser des fake-news ? Quitte à diffuser des fake-news.

C’est dans l’air du temps : le commentateur prime sur le reporter, l’opinion sur le fait et l’information instantanée a pris le dessus sur l’analyse. Une vidéo (non certifiée), une anecdote (non confirmée) ou une déclaration (non vérifiée) peuvent rapidement occuper les médias une demi-journée – faisant ainsi le « buzz » – avant de s’effondrer, au soleil couchant. La vraie nouvelle du matin se révèle souvent fausse le soir, comme le confirme le désormais célèbre dicton de Christophe Barbier : « La vérité de 6h50 n’est pas celle de midi ».

Un exemple parmi d’autres.

Le 19 janvier 2020, dans l’émission « Le duel » diffusée sur LCI, Daniel Cohn-Bendit et Luc Ferry s’ébrouent avec tendresse. D’accord sur (presque) tout, ils n’hésitent pas à tomber dans la surenchère pour contester les mobilisations sociales, minimiser les violences policières et encourager Emmanuel Macron dans ses réformes. Et ce que LCI fait chaque semaine, en érigeant deux commentateurs/hommes politiques au rang d’éditorialistes.

Dans l’une de ses saillies, celui qui était aux côtés de ceux qui jetaient des pavés sur les CRS en 1968 s’emporte :

Clermont-Ferrand. Les vœux du candidat de La République en marche. Ils font les vœux et lancent leur campagne électorale. Une cinquantaine ou une quarantaine de militants : LFI, la CGT… et la candidate LFI attaquent le siège, cassent les vitres, commencent à cogner ceux qui sont dedans, c’est ça le problème.

Pourtant, l’histoire ne s’est pas passée comme cela. Il aurait fallu que Cohn-Bendit prenne un peu de temps pour lire la presse locale (La Montagne) présente au moment des faits :

Ce samedi, à Clermont-Ferrand, une soixantaine de manifestants […] ont tenté de s’inviter à la cérémonie des vœux du candidat « La République en Marche » (LREM) aux prochaines élections municipales clermontoises, Eric Faidy. Mais ils n’ont pu pénétrer dans son local de campagne, situé 2 place Gaillard, dont l’accès était barré par un cordon d’une douzaine de policiers. […]

Les manifestants ont déployé plusieurs banderoles devant la permanence de campagne d’Eric Faidy, avant de tenter, vers 11 h 30, de pénétrer de force dans le local. Les policiers se sont aussitôt interposés. Après quelques minutes de tension et de brèves bousculades, le calme est rapidement revenu. […]

Quelques œufs ont ensuite été lancés en direction de la permanence, tandis que les participants à la cérémonie des vœux d’Eric Faidy qui quittaient les lieux étaient systématiquement hués par les manifestants.

Il n’y a pas eu d’« attaque ». Pas de « vitres cassées ». Et encore moins de personnes qui ont été « cognées ».

Puis le 19 janvier au soir, quelques heures après l’intervention de Cohn-Bendit, le site de La Montagne réagit : « Force est de constater que nous sommes loin des agressions physiques imputées aux militants LFI et de la CGT par Daniel Cohn-Bendit. Le 16 janvier, lors d’une manifestation contre la réforme des retraites, les vitres de la permanence du candidat avait [sic] également été recouvertes de nombreux autocollants syndicaux, mais une nouvelle fois, aucune vitre n’avait été brisée. »

Le lendemain matin, l’ex-député européen reprend la parole à ce sujet dans l’émission « Audrey and Co. » également sur LCI. Certainement à la demande de la chaîne, il va faire un rectificatif – comme l’a demandé la candidate LFI, Marianne Maximi, directement mise en cause par Daniel Cohn-Bendit (« LFI, la CGT… et la candidate LFI attaquent le siège »)… En fait non. Il récidive avec un deuxième coup de matraque :

Prenez l’exemple à Clermont-Ferrand : le groupe La République en marche veut faire ses vœux et lance la campagne municipale. Il y a une quarantaine de personnes : dont certains Insoumis, CGT, cheminots, je sais pas, Gilets jaunes et tout ça… qui cassent, qui rentrent, qui veulent les empêcher de faire leurs vœux.

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose » doit penser Daniel Cohn-Bendit, mais cette histoire n’est pas anecdotique. On se rappelle les emballements médiatiques autour de « l’intrusion » de gilets jaunes dans l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière ou du délire journalistique au moment de la prétendue arrestation de Xavier Dupont de Ligonnès. Chaque jour compte désormais son lot de fausses nouvelles. Fake-news et idées reçues seraient-elles les deux mamelles des médias modernes ?


Mathias Reymond

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Matinale de France Inter : parlez, parlez, mais de grâce, parlez dans les clous !

Des nouvelles de la parole « acceptable » en temps de crise.

Docteur Cymès et mister Michel, experts médiatiques en coronavirus

On le sait, les experts osent tout... et leur magistère ne connaît pas la crise.