Accueil > Critiques > (...) > « Indépendance » ? Pressions, censures et collusions

En Bref

Silence de La Dépêche sur la mise en examen de son propriétaire, Jean-Michel Baylet

par Jérémie Fabre,

Le 1er avril 2014, le président du Parti radical de gauche (PRG) Jean-Michel Baylet est mis en examen pour une affaire de frais de bouche remontant à 2004. Une information relayée par la plupart des médias grand public [1].

Or que trouve-t-on sur le site de La Dépêche, propriété de Jean-Michel Baylet ? Rien… ou presque.

Le dernier article publié sur le sujet remonte en effet au 29 avril… 2013 ! Son titre a au moins le mérite d’être clair : « Jean-Michel Baylet attaque l’État pour "faute lourde" ». L’article nous offre en effet la version des faits de Jean-Michel Baylet, sans qu’il soit fait mention une seule fois de sa position au sein du journal.

Ce silence de La Dépêche sur les mésaventures de son propriétaire est d’autant plus cocasse lorsqu’il est comparé au déchaînement d’articles à propos de celles de Serge Dassault, lui aussi homme politique et propriétaire du Figaro (18 articles, rien que pour le mois de février !).

Une méthode qui n’a d’ailleurs rien à envier à celle du quotidien de Dassault, comme nous l’avions relevé en septembre 2013.

Un exemple de plus de l’influence néfaste des propriétaires de médias sur l’indépendance des rédactions, et, par extension, sur la qualité de l’information ?

Jérémie Fabre

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Voir par exemple sur les sites du Nouvel Observateur, du Monde d’Ouest-France ou de L’Express.

A la une

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »

L’ode au « pragmatisme », dans les médias dominants US

Vous avez dit pragmatisme ?

« Les Informés » (France Info) : le triomphe de la communication en huis-clos

Journalisme et communication : deux métiers interchangeables ?