Accueil > Critiques > (...) > L’exercice du droit de réponse

Droit de réponse... sans réponse

Quand Le Monde scrute le mouvement social

Où l’on voir avec célérité, rigueur et précision, "Le Monde" aidé de son médiateur - rectifie et répond...

Alors que plusieurs organisations appelaient à une manisfestation contre le chômage pour le 16 octobre 1999, la presse publiait un appel pour l’autonomie du mouvement social. Le Monde a cru bon de titrer : " Une centaine de personnes signent un appel refusant la manifestation du PCF ", alors qu’il n’est nullement question de la manifestation dans cet appel et que certains de ses signataires la soutenaient publiquement.

Un membre de notre association a adressé au médiateur du Monde la lettre suivante...

" Un titre page 10 du Monde daté 15 octobre 1999 énonce que " Une centaine de personnes signent un appel refusant la manifestation du PCF ". Or, dans l’article qui suit, aucun extrait de l’appel évoqué n’évoque la manifestation en question. Et pour cause, cet appel a été diffusé dans les milieux militants bien avant l’initiative du PCF ! (étant militant syndical et associatif, j’en ai en effet eu connaisance, il y a plusieurs semaines).
A contrario, l’article, dans ses dernières lignes, rapporte que certains des signataires de cet appel appellent aussi à la manifestation du 16 octobre. Le titre de cet article, à deux jours de la manifestation en question, est donc manifestement de parti-pris et malhonnête.
Votre récent papier sur le " juste titre " me semble donc largement insuffisant.
Je vous prie de croire, Monsieur le Médiateur, à l’expression de ma considération respectueuse. "

... Il n’ a pas reçu de réponse.

Aline Pailler, mise en cause personnellement, a demandé à exercer son droit de réponse...

Elle a reçu, du médiateur, la lettre suivante... datée du 1er décembre 1999.

" Chère amie,
Je m’en veux de n’avoir pas répondu tout de suite à votre lettre sur la manifestation du 16 octobre. Sans doute m’embarrassait-elle un peu.
Merci d’avoir pris la peine de m’écrire, et pardon pour ce silence.
Bien cordialement. "

Faut-il commenter ?

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

La grève du 5 décembre au 20h de France 2 : quatre jours de propagande

Misère de l’information sociale sur le service public.

Le mépris des médias : une raison de plus pour se mobiliser !

Un tract pour les manifestations « contre le projet de réforme des retraites » (05/12).