Accueil > Critiques > (...) > Le Monde persévère... (2002-2004)

Quand Le Monde s’insurge contre la connivence

Quand Nicolas Weill souligne "la connivence" que révèle le dernier livre d’Anne Sinclair.

Dans Le Monde des livres daté du vendredi 27 septembre 2002, page IX, un petit article signé Nicolas Weill sur le livre d’Anne Sinclair, Caméra subjective, sorte de journal de campagne (présidentielle) publié ces jours-ci par Grasset.
Il faut saluer, en l’occurrence, la lucidité de Nicolas Weill [1]. Après avoir résumé les "explications" d’Anne Sinclair sur la défaite de Lionel Jospin, il conclut :

"Une autre cause de rejet de la classe politique et médiatique provient de la connivence révélée par ces pages. Que tout le monde ait l’air d’être du même monde rend moins difficile de comprendre le sentiment d’exclusion de ceux qui n’en font pas partie".

On ne remerciera jamais assez Le Monde de cette innovation : sa participation, discrète, très discrète, mais sûrement efficace, à la critique sans complaisance contre toutes les formes de connivence entre les puissants !

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1A qui PLPL a décerné l’une des ses " laisses d’or ", attribuées aux journalistes " les plus serviles ".

A la une

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017.

Appel à dons : le compte n’y est pas… Acrimed a encore besoin de vous !

Le 9 mars dernier, nous vous alertions sur nos faibles ressources financières et lancions un appel à dons afin de poursuivre nos activités, nos publications et nos interventions publiques. (...)

Christophe Barbier, ou les leçons de journalisme d’un éditocrate militant

Christophe Barbier ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.