Accueil > (...) > Des mardis aux jeudis de 1996 à 2002

Jeudi d’Acrimed : 14 novembre 2002

L’information à l’épreuve du conflit israélo-palestinien

Avec Denis Sieffert, coauteur de "La guerre israélienne de l’information", de J. Dray et D. Sieffert (La Découverte).
par Acrimed,

Comment la presse a-t-elle été perméable à cette désinformation ?

Débat autour de "La guerre israélienne de l’information", de Joss Dray et Denis Sieffert, éditions La Découverte.

Depuis l’échec de Camp David, en juillet 2000, les mots et les images par lesquels passe l’information est au centre d’une bataille qui, loin d’être secondaire, a préparé la victoire d’Ariel Sharon, puis justifié la violence de la répression. Un récit idéologisé de la négociation de Camp David a tout d’abord déligitimé Arafat comme "partenaire de la paix", et constitué le socle de la politique de Sharon. La presse a-t-elle été perméable à cette désinformation ? Par quels canaux celle-ci a-t-elle été diffusée ? Avec quelles images et quels mots ? Quelle est la part des mécanismes de l’information dans cette diffusion ? En quoi des techniques d’écriture ou de prise d’image peuvent rendre l’information perméable à un discours idéologique ? Telles sont les questions qui se posent après ces deux années tragiques qui devraient au moins inviter la presse à réfléchir sur elle-même et certaines de ses méthodes.

Extraits du livre.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Quand la presse portait Macron au pinacle – et au pouvoir

Extrait de notre livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! » qui revient sur l’entre-deux-tours de l’élection présidentielle 2017.

Appel à dons : le compte n’y est pas… Acrimed a encore besoin de vous !

Le 9 mars dernier, nous vous alertions sur nos faibles ressources financières et lancions un appel à dons afin de poursuivre nos activités, nos publications et nos interventions publiques. (...)

Christophe Barbier, ou les leçons de journalisme d’un éditocrate militant

Christophe Barbier ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît.