Accueil > Critiques > (...) > Travail, salaires, emploi, etc.

Élections professionnelles des TPE dans les médias : cinq millions de travailleurs passent (encore) à la trappe

par Denis Perais,

Après la faillite qu’avait constitué le traitement médiatique des élections professionnelles dans les TPE lors du scrutin de 2016/2017, nous avons voulu vérifier si le « cru » 2021 (22 mars – 6 avril) avait été de meilleure facture. A fortiori dans le contexte de la pandémie, qui mit ces travailleurs à rude épreuve. Suspense : pas vraiment.

Dans le contexte de la crise sanitaire, et comme lors du scrutin précédent, un consensus se dégage pour reconnaître que l’enjeu est d’importance. Dans La Croix (22/03), on lit que les élections professionnelles dans les TPE [1] « sont cruciales pour l’avenir du dialogue social ». Sur RTL (22/03) on entend que « l’enjeu est grand. C’est un enjeu d’autant plus grand que depuis un an, entre les confinements, le télétravail et le chômage partiel, la crise sanitaire a fait bouger les lignes du droit du travail, et notamment, dans les TPE ». Et neuf jours plus tard sur la même station : « Les enjeux sont majeurs sur le monde qui nous attend » (31/03).


Des enjeux majeurs… mais des médias majoritairement absents


Entre le 1er mars et le 7 avril, lendemain de la clôture du scrutin, les recherches effectuées à partir des moteurs de recherche des sites internet de plus de 50 médias (voir la liste en annexe 1) mettent une nouvelle fois en évidence un désintérêt total pour ce scrutin, et par ricochet, pour les conditions de travail des salariés concernés. Précisons d’emblée que le naufrage informatif que nous avons observé ne saurait être imputé à parts égales à l’ensemble du panel examiné, tant leurs moyens et leur nature sont différents. Pour cette raison, on s’intéressera davantage au traitement médiatique des grandes chaînes et radios publiques et privées, ayant une large audience, parmi laquelle un public populaire non négligeable : TF1, M6, France 2, France 3, France Info, France Inter, Europe 1, RMC et RTL.

Mais, une fois n’est pas coutume, commençons tout de même par signaler le seul média qui tire son épingle du jeu : il s’agit de France Bleu. La station se distingue par un effort significatif dans trois de ses éditions locales, avec des entretiens entièrement consacrés à la question :

- 7min42 avec le secrétaire départemental de la CGT Jean-Michel Gourgaud sur Radio Bleu Saint Etienne Loire (22/03) ;
- 5min23 avec l’avocate en droit du travail Laure Germain-Phion (23/03) sur Radio Bleu Isère ;
- 3min57 avec Sylvie Macé, directrice régionale adjointe de l’économie, de l’emploi, du travail et des solidarités (DREETS) sur Radio Bleu Normandie (1/04) [2].

La combinaison des trois intervenants, mêlant à la fois des explications circonstanciées sur les enjeux du scrutin et leur mode d’emploi permet aux auditeurs de bien les comprendre.


Un scrutin marginalisé dans les médias dominants


Un contraste saisissant avec le désintérêt que nous constatons sur les autres radios. Lorsqu’on cumule la durée des sujets/chroniques accordée à ces élections professionnelles par les principales stations (France Inter, France Info, RMC, RTL et Europe 1), on obtient un résultat édifiant : 12 minutes et 36 secondes à elles cinq et en 38 jours (voir en annexe 2).

Les grandes interviews ne sont pas des rendez-vous plus propices au traitement du sujet. Illustration exemplaire lors des entretiens avec le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, par les deux radios les plus écoutées de France, France Inter (17/03) et RTL (21/03). En 23 minutes sur France Inter, Nicolas Demorand et Léa Salamé évitent tout simplement le sujet. En 25 minutes au « Grand jury RTL-LCI-Le Figaro », le présentateur Benjamin Sportouch accorde à ces élections professionnelles... 17 secondes. Il s’agit alors du lancement – pourtant prometteur – de la conversation :

Laurent Berger, demain y a des élections syndicales dans les TPE, les très petites entreprises dans lesquelles les syndicats sont très peu présents. Et d’ailleurs, les centrales syndicales ont du mal à se faire entendre globalement dans cette période où l’impératif sanitaire semble tout écraser. Le télétravail ne s’impose pas partout, par exemple, est-ce possible d’ailleurs. Nous en parlerons, nous allons y revenir.

Mais de retour il n’y eut point…

Recevant lui aussi Laurent Berger sur France 2 (« Les 4 vérités », 1/04), Jeff Wittenberg se montre le plus « intéressé » en réservant à la fin de l’interview... une petite minute au sujet – sur les 8min30 que dure l’émission.

Si certains médias se contentent donc du minium syndical, d’autres font illusion avec un traitement quantitativement riche mais qualitativement pauvre. Ouest France, par exemple, est crédité de 17 articles sur la période. Mais cette abondance dissimule mal le travail journalistique quasi inexistant réalisé, qui se limite à résumer – succinctement – des éléments communiqués par les syndicats (16 articles) ou par le ministère du Travail (un article).

Quant à la majorité des médias dominants, ils n’y consacrent en réalité pas une ligne (voir en annexe 3). Les chaînes d’info ont fait l’impasse sur le sujet, tout comme les principaux hebdomadaires du pays (Le Point, Marianne, L’Express, Le JDD, L’Obs, Valeurs actuelles, Le 1). Il en est allé de même du côté des principaux magazines féminins, ayant pourtant (pour trois d’entre eux) recueilli récemment l’agrément de « publication d’information politique et générale ». À ce titre, ils auraient pu profiter des élections professionnelles pour mettre la lumière sur les travailleuses des TPE (voir en annexe 4). Dans les médias audiovisuels plus généralement, aucun des très nombreux magazines d’information ou de débats ne s’est penché sur ce scrutin.


Travailleurs invisibles, enquête sociale en miettes


Au-delà de l’aspect quantitatif, le principal désastre demeure l’absence de reportages mettant en lumière les conditions de travail de ces travailleurs, dont la parole est de nouveau rendue inaudible : sur France Inter et RMC (17/03 et 22/03), quelques secondes seulement sont ménagées à trois salariés d’une pharmacie parisienne ou d’une salle de sport à Chaumont-sur-Marne, à l’occasion de la visite dans ce département du secrétaire général de Force ouvrière, Yves Veyrier. Des reportages à la qualité informative quasi inexistante, tant ne sont ni évoquées les conditions de travail des salariés en question, ni explicité le rôle des futurs élus ou les éventuelles conséquences du résultat du scrutin sur la représentativité des syndicats dans ces TPE.

Il est pour le moins regrettable – quoique conforme à l’intérêt des chefferies éditoriales pour la question sociale – que la dégradation des conditions de vie et de travail engendrée par la Covid 19 n’ait eu aucune influence (à la hausse) sur le niveau de la couverture médiatique.

S’il en est ainsi dans une situation aussi exceptionnelle, pourtant a priori propice à la sortie de l’anonymat de ces travailleurs, c’est que l’absence de journalisme d’enquête sociale a des causes structurelles profondes qui le rendent de moins en moins possible (entre autres) : les réductions massives d’effectifs depuis plusieurs années dans les rédactions, le coût beaucoup plus élevé qu’il nécessite en comparaison d’une émission de plateau ou de la production à la chaîne d’articles de remplissage, son apprentissage négligé par les écoles de journalisme, préférant ajuster leurs formations aux « réalités du marché du travail » [3]

Les deux premiers aspects sont les deux jambes d’une loi d’airain financière redoutable, qui explique sans doute en grande partie que L’Humanité ait livré cette année une copie aussi insipide que ses confrères, bien loin du travail de qualité que nous avions salué lors du scrutin précédent [4].

Pour autant, la santé financière florissante d’un média n’est pas la garantie qu’il soit plus prolixe sur le sujet des élections professionnelles dans les TPE. Ainsi de Mediapart [5], où le traitement des élections reste cette année aussi minimaliste que les fois précédentes – et ce depuis la naissance du site d’information.

Dès lors, d’autres variables entrent certainement en ligne de compte de cette absence de couverture médiatique. Pensons notamment au fossé sociologique qui sépare les journalistes, issus très majoritairement des classes moyennes/supérieures (comprises les professions intellectuelles), et plus diplômés [6] de la plupart des salariés des TPE, plutôt issus des milieux ouvriers, employés ou professions intermédiaires [7]. Un fossé qui rend les premiers souvent inaptes à percevoir/comprendre les conditions de vie et de travail des seconds.

Il est évident que l’extrême faiblesse de la participation – encore en baisse par rapport au dernier scrutin [8] – ne saurait avoir pour origine première (ou même dominante) l’indigence de la couverture médiatique. En revanche, aucun des médias observés n’ébauche le moindre début d’autocritique à propos d’un tel désert. Libération (22/03) parle d’« un scrutin mal connu » tandis que Jeff Wittenberg (France 2, 1/04) déplore le fait que « les salariés ne savent pas, ils ne sont pas informés qu’il y a ces élections professionnelles ». Au Figaro encore, on débute un article en affirmant que les élections « ne passionnent pas les foules » (22/03). Mais le rôle des médias dans cette affaire n’est pas spécifiquement pointé du doigt, qui, scrutin après scrutin, invisibilisent des enjeux concernant pourtant près de cinq millions de travailleurs.

L’autocritique n’étant pas le sport favori des médias – loin s’en faut – le fiasco informatif est aussi identique à celui ayant accompagné les élections prud’homales de décembre 2008, les élections professionnelles dans la fonction publique en 2014 et en 2018, et, enfin, les scrutins dans les TPE en 2012 et en 2016.


***


Dans l’article du 9 mars 2017 consacré aux précédentes élections dans les TPE, nous concluions : « Ce désintérêt absolu à l’encontre des catégories populaires nous oblige à nous rappeler que le combat pour qu’un véritable pluralisme devienne réalité dans les médias ne se résume pas à garantir l’expression d’opinions politiques et économiques diversifiées, mais bien, et tout aussi prioritairement, à favoriser celle de la très grande majorité de la population qui en est privée depuis des années. » Un peu plus de quatre ans plus tard, la lutte pour cette revendication démocratique demeure toujours aussi nécessaire.


Denis Pérais


Annexe 1 : La liste des médias observés entre le 1er mars et le 7 avril


BFM-TV, CNews, Franceinfo, France Bleu, France 2, France 3, France 5, LCI, M6, TF1, Europe 1, France Inter, Radio Classique, RMC, RTL, Sud Radio, La Croix, Le Figaro, L’Humanité, Le Monde, Le Parisien/Aujourd’hui en France, Les Échos, Libération, L’Opinion, quelques titres de la presse quotidienne régionale, Le Journal du dimanche, Challenges, L’Express, L’Obs, Le 1, Le Point, Marianne, Paris Match, Politis, Valeurs actuelles, Causeur, Le 1, Regards, Capital, Le Monde diplomatique, Elle, Madame Figaro, Marie Claire, Vanity Fair, ainsi que les médias en ligne Atlantico, Brut, Mediapart, Rue 89, Slate et La Tribune. Les versions papier de Elle et Marie Claire ont également été examinées.


Annexe 2 : Les médias qui en « parlent »


Un décompte d’articles plus que maigrichon. De la presse…

* La Montagne (5) ; La Voix du Nord (4) ; La Provence (3) ; La Croix, Le Figaro, Les Échos, L’Humanité, Libération, Paris Normandie, et France 3 (en ligne sur les sites de ses décrochages régionaux Corse Via Stella) (2) ; Le Monde, L’Opinion, Politis, La Tribune, Challenges, Mediapart (1) [9].

… À la radio :

* France Inter (17/03) et RMC (22/03) [10] proposent deux minuscules reportages de « terrain », d’une durée respective d’1min37 et 1min24.

* Europe 1 concède une chronique d’Olivier Samain d’1min18 dans journal de 7h (« Europe matin week-end », 27/03).

* Du côté de France Info, l’investissement est tout aussi mesuré : on relève une chronique matinale à propos des élections professionnelles (« C’est mon boulot », 22/03) d’une durée de 2min30.

* RTL compte quant à elle deux interventions. Une chronique d’Anaïs Bouissou de 2min25 (« RTL Matin », 22/03) et l’éditorial économique « L’éco and You » de 3min05 (« RTL Petit Matin », 31/03).

* Quant à l’offre numérique « Outre-mer La 1ère » créée par France Télévisions, elle n’est pas plus « loquace » : deux articles ont été publiés les 24 mars et 6 avril.


Annexe 3 : Les médias qui n’en parlent pas sont les plus nombreux


Pas de reportage ou chronique à signaler sur BFM-TV, CNews, France 2, France 3, France 5, Franceinfo, LCI, M6, TF1, France Culture, Radio Classique et Sud Radio ; aucun article retrouvé en ligne pour Le Parisien-Aujourd’hui en France, L’Express, Le Figaro magazine, Le Journal du dimanche, Le Point, Le 1, L’Obs, Marianne, Paris Match et Valeurs actuelles, Capital, Causeur, Le Monde diplomatique [11], La Vie, sur les sites Atlantico, Brut, Huffpost, Rue 89 et Slate, ainsi que dans les magazines de presse féminine, Elle, Madame Figaro, Marie Claire et Vanity Fair.

Dans l’ensemble des médias examinés, nous n’avons pas trouvé non plus de dossiers, podcasts ou de vidéos en ligne spécifiquement réalisés à cette occasion.


Annexe 4 : Le flop retentissant des magazines féminins


Parce que trois d’entre eux (Elle, Marie Claire et Vanity Fair) ont reçu le titre fort convoité de publication d’information politique et générale (« IPG ») [12], une prestation sur le sujet était espérée ! Mais c’est un zéro pointé.

Ces magazines, qui claironnent depuis des années que l’émancipation des femmes est leur boussole, ont à nouveau raté l’occasion des élections professionnelles pour donner la parole aux travailleuses oubliées des TPE. Une abondante documentation existe pourtant à leur sujet, montrant combien, plus encore que dans de plus grandes entreprises, elles subissent de plein fouet les inégalités : temps partiel subi beaucoup plus souvent que par les hommes, rémunération plus faible, surreprésentation dans les emplois les plus faiblement rétribués, accès à la formation plus problématique, etc. On pense notamment aux employées travaillant dans les services à la personne, et travaillant pour les CSP+ constituant le « cœur de cible » du lectorat des magazines féminins…

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Soit dans les entreprises de moins de 11 salariés (y compris en contrat d’apprentissage) ayant 16 ans révolus à la date d’ouverture du scrutin, mais aussi dans les très petites associations (TPA) et auprès de tout particulier employeur.

[2Ces DREETS qui existent depuis le 1er avril 2021 regroupent les missions exercées jusqu’alors au niveau régional par les directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (DIRECCTE) et les services déconcentrés chargés de la cohésion sociale.

[3À ce sujet, lire notre entretien avec les des deux réalisateurs du documentaire « En Formation », tourné au CFJ. Leur travail vient rappeler la persistance de la relégation du journalisme d’investigation.

[4La situation catastrophique de L’Humanité s’était traduite en 2019 par la suppression de « 41 postes (sur un total de 157, hors pigistes) [...], dont ceux de 28 journalistes et de 13 cadres ou employés. » (SNJ)

[5Au 31 décembre 2020, Mediapart fait état d’« un résultat net de 4 millions d’euros après impôt et participation versée aux salarié·e·s » et d’une progression continue (depuis sa création) de ses effectifs, avec « l’arrivée de 26 nouveaux collaborateurs durant l’année, portant à 118 salarié·e·s [dont 69 journalistes] auxquels s’ajoutent 175 pigistes ».

[6Cette propriété sociale et scolaire se retrouve parmi les élèves des écoles de journalisme, même si parmi elles, un clivage s’opère selon le prestige des établissements. À ce sujet, voir l’ouvrage Les Diplômés du journalisme. Sociologie générale de destins (Presses universitaires de Rennes, 2019) de Géraud Lafarge (sociologue, chercheur au Centre nantais de sociologie, et enseignant dans les universités de Rennes 1 et Nantes. Voir également l’article « Aux origines sociales et scolaires des journalistes » du même auteur, Hypothèses, 2 mars 2020.

[7Le procès-verbal des opérations électorales établi par le ministère du Travail révèle que le « collège cadre » ne comptait que 532 337 inscrits (10, 89 % du total) contre 4 355 959 inscrits au « collège non cadre » (89, 11%).

[85,44 % en 2021 contre 7,35 % lors du scrutin précédent.

[9Politis glisse seulement un entrefilet de cinq lignes dans son « Écho de la semaine » (17/03). Challenges (26/03) et Mediapart (11/03) – le dernier se contentant de reprendre une dépêche AFP – ciblent la problématique de l’inscription des collaborateurs des parlementaires en tant qu’électeurs au scrutin.

[10Dans le journal de 7h30 pour le premier et dans l’émission « Apolline matin » pour le second.

[11Parce que ce mensuel publie régulièrement des enquêtes sur le monde du travail, l’absence d’article spécifique sur ces élections doit être relativisé.

[12Pour Marie Claire et Vanity Fair, cette information a été rapportée par CBNews (15/02). Quant à Elle, c’est l’éditorial du numéro du 9 avril qui apporte la bonne nouvelle.

A la une

Médias de classe, haine de classe

Un extrait du « Nouveau Monde. Tableau de la France néolibérale ».

Messi partout, journalisme nulle part

L’Équipe en pâmoison.