Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations des gilets jaunes (2018)

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Acrimed cosigne cette tribune, parue sur le site Rapports de force. Elle fait suite à l’interpellation et à la convocation en justice du journaliste indépendant Guillaume Bernard, qui couvrait une manifestation des gilets jaunes à Toulouse [1].

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires


Le journaliste Guillaume Bernard qui écrit pour les sites d’information Rapports de force, EcomNews, et le magazine Sans Transition, a rejoint la longue liste des journalistes inquiétés cette année par les forces de l’ordre. Pour son 48e samedi de couverture des manifestations des gilets jaunes à Toulouse où il diffuse A Rebrousse Poil, un petit journal papier gratuit, notre collègue a été arrêté par des policiers. Ceux-ci l’ont accusé de jets de projectile sur les forces de l’ordre. Une accusation évidemment infondée.

Pourtant Guillaume Bernard, en plus d’être empêché de poursuivre son travail de couverture de la manifestation du 12 octobre, a dû subir une garde à vue de 24 h, prolongée d’encore quelques heures, avant que le parquet ne décide d’abandonner les charges incongrues de jets de projectile. Malgré tout, il est ressorti du commissariat avec une convocation devant le tribunal correctionnel de Toulouse pour le vendredi 18 octobre. Il devra y répondre de l’accusation farfelue de rébellion. La version policière est contestée par un témoin décrivant une arrestation dans le calme, et contredite par une vidéo montrant le journaliste embarqué sans opposer de résistance par les forces de l’ordre.

Ce n’est pas parce que le nombre de journalistes entravés dans leur métier d’informer, interpellés, voir même placés en garde à vue ou poursuivis ne cesse d’augmenter que nous devons nous habituer à ces intimidations. Nous observons ces derniers mois de trop nombreuses entraves à la liberté d’informer. La convocation de trois journalistes et du directeur de publication de Mediapart lundi 14 octobre par le parquet de Paris pour un article sur l’affaire Benalla en est une énième illustration.

Il est inacceptable que les pouvoirs publics limitent ou empêchent les journalistes d’informer le public. C’est pourquoi nous réclamons la relaxe pure et simple de Guillaume Bernard. Une condamnation ne serait en l’espèce que l’octroi d’un permis d’empêcher les journalistes de faire leur métier.


Premiers signataires


Rédactions : Acrimed, Bastamag, Fakir, Mensuel Le Ravi, Radio GI.NE, Rapports de force, Rue89 Lyon, Sans Transition, Street Press, Street Politics, La Mule du pape, Alternative libertaire, L’Anticapitaliste hebdo


Journalistes : Pouria Amirshahi (directeur de publication de Politis), Syrine Attia, Nathalie Auphant (Actualités Sociales), Maxime Bayce, Asma Benazouz, Ingrid Bergo, Jonathan Bondelet (Actualités Sociales), Sarah Bos (Actualités Sociales), Magali Chouvion (Sans Transition), Jean Constance (cofondateur Radio GI·NE), Maïa Courtois (Actualités Sociales), Guillaume Davranche, Élise Denjean (Europe 1), Camille Desmaison-Fernandez, Solène de Larquier, David Dufresne, Ivan du Roy (Bastamag), Marion Esquerré, Elsa Gambin, Martin Goillandeau (CNN International), Raphaël Guillet, Eléonore Hughes, Antoine Jégat, Alexis Kraland, Didier Labertrandie, Samuel Lacroix (Philosophie magazine), Maëlle Lecointre, Lorrie Le Gac (cofondatrice Radio GI.NE), Emeline Le Naour, Quentin Lepoutre, Victor Mallétroit (France 2), Maxime Martinez, Nicolas Mayart, Edwy Plenel (Mediapart), Stéphane Ortega (Rapports de force), Antoine Piel, Clothilde Ravel (Afrique intelligence), Maxime Ricard (Actualités Sociales), Emmanuel Riondé, Jean Baptiste Rivoire (Canal+), Mathilde Saliou (Mind Fintech), Nesrine Slaoui, Léo Tixador, Stéphane Trouille (reporter vidéaste indépendant), Stan Vignon, Lucas Wicky, Gilles Wullus (Politis), Sarah Younan (Radio Gi.ne)


Collectifs/organisations : Les Amis du Monde diplomatique Toulouse, Collectif Ricochets, SNJ- Solidaires, SNJ-CGT, Université populaire de Toulouse, Fondation Copernic 31, Union syndicale Solidaires, Union communiste libertaire


Citoyen.ne.s : Frédéric Delarue (Historien des médias), Jean-Jacques Gandini (coordinateur Legal Team LDH Montpellier), David Guenot, Corentin Lecourt (réalisateur), Jean François Mignard (président d’honneur LDH Toulouse), François Ruffin (député de la Somme, réalisateur et rédac’chef de Fakir), Pascal Gassiot (Fondation Copernic Toulouse), Gilles Daré (Fondation Copernic Toulouse), Annie-France Mistral, Stella Montbello (Fondation Copernic Toulouse), Framboise Morandat (MSF Suisse et MDM France), Marie-Claude Saliceti (psychologue clinicienne), Victor Vauquois (scénariste), Vincent Verzat (Partagez c’est sympa), Samuel Zobrist

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Lire aussi le communiqué du SNJ et du SNJ-CGT.

A la une

Réunification de l’Allemagne : Un résumé pamphlétaire sur France Info

Patrice Romedenne dresse un mur contre le « Monde diplomatique ».

Nouveau : Nicolas Demorand accueille avec enthousiasme les critiques !

L’éditocrate aurait-il changé ?

Islamophobie : la surenchère complice des médias dominants

Un tract pour la « Marche nationale contre l’islamophobie » (10/11 à Paris)