Accueil > Critiques > (...) > Télévisions publiques : Sous le règne d’Emmanuel Macron

Des médias soutiennent « Complément d’enquête » et « Envoyé spécial »

Nous publions ci-dessous un texte signé par Arrêt sur image, Basta, Causette, L’Accent bourguignon, Marsactu, Mediapart, Politis, Reporterre, ou encore Street Press, réagissant contre le sombre projet de la direction de France Télévisions d’asphyxier budgétairement et, partant, éditorialement, les émissions de reportage et d’investigation de France 2. Pour consternante qu’elle soit, cette nouvelle attaque contre le secteur public audiovisuel, qui viendrait se surajouter aux réformes draconiennes envisagées par le gouvernement, n’est que « la poursuite de la lente asphyxie de France Télévisions » que nous décrivions il y a quelques semaines, opérée par « un management qui prétend faire mieux avec moins ». En s’attaquant à ces émissions, la direction menace les journalistes et obère toute chance que le secteur public audiovisuel devienne un véritable service public

C’est avec stupéfaction que nous avons appris que la direction de France Télévisions a l’intention de réduire drastiquement les budgets et le nombre des journalistes des deux émissions d’investigation, « Complément d’enquête » et « Envoyé spécial ».

Ce projet, qui vise les très rares lieux sur les chaînes de télévision où un journalisme soucieux de l’intérêt général et indépendant des pouvoirs peut pleinement assurer sa mission d’information, est un mauvais coup porté à la démocratie.

Nous, médias indépendants et journalistes libres, assurons les équipes de « Complément d’enquête » et d’« Envoyé spécial » de notre soutien, et exigeons le retrait du projet de réduire leurs moyens de travail.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Enquête du Monde sur les violences policières : allô les confrères ?

Comment une enquête de qualité sur les violences policières contraste avec le pire du journalisme de préfecture.

Google et compagnie : main basse sur l’information

Retour sur les nouvelles formes de collusion entre géants du numérique et médias.

Droit d’informer : Nous ne devons pas nous habituer aux intimidations, aux gardes à vue et aux poursuites judiciaires

Une tribune de Rapports de force en soutien au journaliste Guillaume Bernard.