Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Publicité : dépendances économiques et éditoriales

Comment vendre une contre-manifestation de papier à EDF

par ColMar,

Un « publi-reportage » en guise de réplique à une manifestation contre le nucléaire.

Samedi 17 mars 2007. Cinq manifestations ont lieu à Rennes, Lyon, Lille, Toulouse et Strasbourg contre la nouvelle génération de réacteurs nucléaires EPR. Le lendemain, Les Dernières Nouvelles d’Alsace (DNA) rendent compte de la manifestation de Strasbourg : une photographie en « une » sous le titre « Les antinucléaires se mobilisent » et un article qui occupe la première page du « Cahier Région ».

Sur cette même page, on peut découvrir un encadré en haut à droite qui dit : « EDF a le plaisir de vous offrir un supplément "Spécial" à l’occasion des 30 ans de la centrale nucléaire de Fessenheim. »

Ce voisinage entre un article d’information et l’annonce d’une publicité est déjà une variété peu banale d’équilibre éditorial...

Mais, au moins le lecteur est averti du cadeau publicitaire offert par EDF. Sans cet avertissement, en effet, il faut se munir d’une loupe pour remarquer la minuscule mention « Publi-reportage » qui figure en « Une » du luxueux cahier de 4 pages en quadrichromie inséré dans le numéro des DNA du dimanche 18 mars, au lendemain même de la manifestation !

Il semble que des lecteurs s’en soient inquiétés auprès du Journal.

Qu’EDF réponde à une manifestation par une publicité en dit long sur l’état du service public. Mais nous laisserons aux antinucléaires le soin de commenter cette indécente publicité financée, bien malgré eux, comme le nucléaire lui-même, par l’argent des abonnés à EDF.

En revanche, que les DNA se prêtent à cette contre-manifestation de papier et se fassent payer pour cela, est une démonstration éloquente de l’indépendance de ce journal et de la conception qu’il se fait du pluralisme et de la démocratie.

Comme nous le fait remarquer un correspondant (Nicolas, de Strasbourg) si l’entreprise de presse a le droit de réaliser un journal rempli de publicités, elle a également le droit, pour des raisons éditoriales, de refuser certaines d’entre elles ou de revendiquer ouvertement le choix politique de répondre à une information sur une manifestation... par un « publi-reportage ».

Les Dernières Nouvelles d’Alsace auxiliaires de la vie démocratique en Alsace ? S’il fallait une raison supplémentaire d’en douter, le choix d’offrir à EDF, au tarif de la publicité, ces 4 pages ce jour-là le confirme : le droit d’informer est d’abord garanti pour les entreprises, publiques ou privées, qui peuvent s’offrir 4 pages entières, richement mises en valeur et richement... payées. Quant à ceux qui les contestent, ils peuvent toujours manifester : il arrivera que Les Dernières Nouvelles d’Alsace fassent état de leurs manifestations.

Les DNA, complices des choix énergétiques d’EDF ? Vous n’y pensez pas... Ce n’était qu’une publicité...

ColMar

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique