Accueil > (...) > Des livres : présentations et extraits

Bévues de presse, de Jean-Pierre Tailleur : une critique qui se substituerait à d’autres ?

Paru dans "Le Monde Diplomatique" de juillet 2002
par Henri Maler,

Les " maladies dédaignées du journalisme français ".

« Rares » sont les ouvrages qui s’attardent sur la " qualité " de la presse française, notamment quand elle se prévaut de ses enquêtes.
C’est un tel travail d’investigation qu’effectue Jean-Pierre Tailleur [1], en prenant pour objet la presse elle-même : des enquêtes faussées des " grandes institutions " aux reportages minimalistes ou bâclés des quotidiens régionaux.
Cet inventaire empirique, conforté par une comparaison internationale avec la presse espagnole et la presse anglo-saxone, permet à l’auteur de diagnostiquer avec précision certaines des " maladies dédaignées du journalisme français ".
Ce dédain explique à ses yeux l’insuffisance des thérapies proposées - qu’il s’agisse, par exemple, du " métajournalisme " pratiqué par les " médiateurs ", des émissions sur les médias ou du rôle des instances corporatives.
Mais le sombre constat des " bévues" vaut-il vraiment comme une critique qui substituerait à d’autres ? Le " maljournalisme " à la française n’est peut-être que la version française des effets de la marchandisation de l’information et du prêt-à-penser qui lui correspond.

Henri Maler

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1"Bévues de presse. L’information aux yeux bandées", de Jean-Pierre Tailleur. Editions du Félin, février 2002, 239 pages, 19,80 euros.

A la une

Lire : Dirigeants de médias. Sociologie d’un groupe patronal, de Julie Sedel

Presses universitaires de Rennes, 2021, 273 p.

Une brève histoire de Jacques Attali

Portrait d’une girouette politique et intellectuelle.

Filmer la misère du journalisme politique

À propos du documentaire « Première campagne » d’Audrey Gordon (2019).