Accueil > (...) > Des livres : présentations et extraits

Bévues de presse, de Jean-Pierre Tailleur : une critique qui se substituerait à d’autres ?

Paru dans "Le Monde Diplomatique" de juillet 2002
par Henri Maler,

Les " maladies dédaignées du journalisme français ".

« Rares » sont les ouvrages qui s’attardent sur la " qualité " de la presse française, notamment quand elle se prévaut de ses enquêtes.
C’est un tel travail d’investigation qu’effectue Jean-Pierre Tailleur [1], en prenant pour objet la presse elle-même : des enquêtes faussées des " grandes institutions " aux reportages minimalistes ou bâclés des quotidiens régionaux.
Cet inventaire empirique, conforté par une comparaison internationale avec la presse espagnole et la presse anglo-saxone, permet à l’auteur de diagnostiquer avec précision certaines des " maladies dédaignées du journalisme français ".
Ce dédain explique à ses yeux l’insuffisance des thérapies proposées - qu’il s’agisse, par exemple, du " métajournalisme " pratiqué par les " médiateurs ", des émissions sur les médias ou du rôle des instances corporatives.
Mais le sombre constat des " bévues" vaut-il vraiment comme une critique qui substituerait à d’autres ? Le " maljournalisme " à la française n’est peut-être que la version française des effets de la marchandisation de l’information et du prêt-à-penser qui lui correspond.

Henri Maler

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1"Bévues de presse. L’information aux yeux bandées", de Jean-Pierre Tailleur. Editions du Félin, février 2002, 239 pages, 19,80 euros.

A la une

Appel pour les marches des libertés samedi 28 novembre partout en France

Un appel commun contre la loi « Sécurité globale ».

Appel à dons : 20 000 euros pour préparer 2021 !

Sans les moyens de Bolloré ou Niel, nous avons (encore) besoin de vous pour continuer !

Loi « Sécurité globale » : BFM-TV et LCI désinforment par omissions

Un « cas d’école » : les mobilisations du 21 novembre contre les mises en cause du droit d’informer.