Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Le journalisme d’élite

EN BREF

19 novembre 2015 : le jour où Patrick Cohen a découvert qu’il était journaliste

par Benjamin Lagues,

Tout arrive ! Les lecteurs d’Acrimed connaissent bien Patrick Cohen, le Monsieur loyal du cirque médiatique, l’arrogant avec la gauche de gauche ou encore le rebelle narcissique.

Mais sous le masque de ce clown facétieux, sommeille un autre Patrick Cohen. Le 19 novembre au matin, les auditeurs de France Inter ont dû se pincer pour être sûrs d’être bien réveillés. Et on les comprend : Patrick Cohen y exerçait avec talent le métier de… journaliste ! L’animateur de la matinale de France Inter a en effet interrogé Marine Le Pen avec une inhabituelle pugnacité.




Tellement de pugnacité d’ailleurs que Marine Le Pen a quitté le plateau ulcérée après que Patrick Cohen a mis en évidence, preuve à l’appui, que ses propos étaient mensongers [1].

Un journalisme d’une rare audace… qu’on aimerait voir plus souvent. Dès 2016, tous les jours avec tous ses invités ?


Benjamin Lagues

 

Notes

[1On notera ici, comme l’a relevé Arrêt sur images, que les erreurs de Marine Le Pen font écho à des erreurs commises par des confrères de Patrick Cohen. Ce dernier signalera-t-il la part de responsabilité de ses confrères ?

A la une

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »

Bruno Jeudy traque les « faux » gilets jaunes (BFM-TV)

L’éditorialiste distribue les rôles de bons et mauvais gilets jaunes

Manifestation des gilets jaunes : les éditocrates sont-ils « raisonnables » ?

Quand les éditorialistes condamnent « l’irresponsabilité » des manifestants pour mieux passer sous silence la responsabilité des autorités.