Accueil > Critiques > (...) > Haro sur la critique des médias : En direct de Charlie Hebdo

Une caresse de Philippe Val

par Henri Maler,

Petit extrait de la chronique de Philippe Val sur France Inter, dans le cadre de l’émission "Charivari", le 26 janvier 2004.

Titre de la chronique : « Les nouveaux philosophes ».

Passage en revue, « parodique », « décalé » et « impertinent », des philosophes de bonheur. Après « Socrate » et « Pythagore », les auditeurs ont pu entendre (et les lecteurs peuvent maintenant lire ici même), à propos de « Platon, génie universel », ceci :

« (...) Platon a inventé les vraies valeurs : l’ordre, l’obéissance et le respect du patron. Le bonheur du pauvre, selon lui, consiste à se connaître lui-même, alors que le bonheur du riche consiste à connaître les Seychelles. Platon n’est ni de gauche, ni de gauche, et les philosophes du bonheur les plus sérieux qui se réclament de lui sont très nombreux.

Parmi eux, on relève les noms prestigieux de Staline, Hitler, Pol Pot, l’Ayatollah Khomeyni, Franco, Mao Tsé Toung, Fidel Castro, ainsi que ceux de leurs admirateurs de l’observatoire des médias français (...) » (souligné par Acrimed).

Désopilant !

Il s’agit sans doute d’une version édulcorée de la politique préconisée par Philippe Corcuff, chroniqueur à Charlie Hebdo : la « politique de la caresse » [1]...

H.M.

- Pour bénéficier de toutes les caresses de Philippe Val, se reporter à notre rubrique « En direct de Charlie Hebdo ».

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1Philippe Corcuff,« Politique de la caresse », Charlie Hebdo du 29 août 2001.

A la une

Filmer la misère du journalisme politique

À propos du documentaire « Première campagne » d’Audrey Gordon (2019).

France 2 : Anti-syndicalisme primaire au 20 heures

Un communiqué du SNJ-CGT France Télévisions.

Présidentielle 2022 : Lâchez les chevaux !

Double-page centrale du Médiacritiques n°38.