Accueil > Critiques > (...) > France 2, la rivale de TF1

Au JT de France 2

Transitions et amalgames ou comment rappprocher tout de n’importe quoi

par Henri Maler,

Ceci nous amène à cela...

Vendredi 9 novembre 2002. Journal de 20 heures de France 2. Présentation de Béatrice Schoenberg.

Après la présentation du vote de la résolution sur l’Irak par le Conseil de Sécurité des nations unies, un reportage sur les réactions à Bagdad, annoncé ainsi : " Dans les mosquées de la ville, les imams lancent des appels à la guerre Sainte contre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ". Qu’importe si rien dans le reportage qui suit ne vient conforter cette affirmation, Béatrice Schoenberg est déjà passée à l’information suivante : la présentation du calendrier prévu par la résolution de l’ONU.

Suit alors cet enchaînement d’une perspicacité consternante : " Ceci nous amène [sic] aux interpellations effectuées en France ces derniers jours. " De quoi s’agit-il ? Des arrestations liées à l’attentat contre la synagogue de Djerba en Tunisie dont - précise Béatrice Schonberg - Sarkozy affirme qu’elles sont liées à El Qaida.

Quel rapport entre l’Irak et ces interpellations ? Aucun. Mais ce ceci nous a amené à cela…

Un bien bel amalgame de proximité, discrètement assumé.

Et comme un " sujet " en " amène " un autre, Béatrice Schoenberg peut alors allègrement enchaîner sur les menaces d’attentats terroristes à Londres, puis sur les étrangers sans papiers qui se réfugient à Calais.

Un bien bel amalgame par contiguïté, innocemment constitué.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Médias et élections présidentielles, par Mathias Reymond (vidéo)

Présentation et débat autour du livre « Au nom de la démocratie, votez bien ! »

Apologies médiatiques : Bienvenue chez Moix

Passe-droits et connivences dans le landerneau médiatique.

Salaires des profs : le grand n’importe quoi médiatique

Retour sur un cas exemplaire d’instrumentalisation de chiffres « officiels »