Accueil > Critiques > (...) > Les retraites, la sécu, l’hôpital

Retraites : ces médias qui dissolvent le Parlement et dispersent les manifestations

par Henri Maler,

Ces médias qui savaient que la réforme des retraites était « urgente, unique, inévitable » et avaient décrété que les Français étaient « résignés » à la subir ont découvert qu’il suffisait qu’un ministre, le 16 juin 2010, annonce un projet de réforme pour que celui-ci soit adopté,

… Avant même d’être présenté au gouvernement, même s’il est probable que celui-ci, le 13 juillet, le confirmera, à quelques aménagements près.

… Avant même que le Parlement ne l’examine en septembre, même si sa composition laisse penser qu’il l’adoptera. À moins que…

Des grèves et des manifestations sont d’ores et déjà prévues contre ce projet, et cela dès le 24 juin prochain. Qui sait si elles resteront sans effet ?

Il n’empêche : le journalisme d’anticipation a accompagné la communication gouvernementale.

Les titreurs, rédacteurs et commentateurs de la planète « Médias » ne se sont pas embarrassés de précautions : ils ont déjà entériné la réforme [1].

- Le 16 juin 2010, à 8h17, Le Parisien.fr le sait déjà : « Le gouvernement sonne la fin de la retraite à 60 ans. D’ici à 2018, l’âge légal de départ à la retraite sera porté à 62 ans » (16.06.2010, 8h17, mise à jour 11h05 – sous le titre « Retraites à 62 ans : les points clés de la réforme »).

- À 8h26, Le Point.fr annonce (c’est le titre) : « Retraites - L’âge légal repoussé à 62 ans d’ici à 2018 » (publié le 16.06.2010 à 8h26, modifié le 16.06.2010) et confirme : « Fin du suspense. L’âge légal de la retraite sera porté à 62 ans en 2018 contre 60 ». Mais, tenant compte de la proposition de papotage du ministre, il ajoute, non sans contorsions : « [...] Les mesures annoncées par Éric Woerth ne sont toutefois pas définitives. »

- « Jusqu’à dix heures nous allons commenter la fin de la retraite à 60 ans » annonce Nicolas Poincaré à 9h. sur France Info (édition spéciale, 16 juin 2010), et de relancer, quelques minutes plus tard, l’ « édition spéciale sur la fin de la retraite à 60 ans » (9h10, le 16 juin 2010).

- Grillé par la concurrence ? Europe 1.fr à 8h36 savait déjà :

Car, voyez-vous, « c’est officiel ». C’est du moins ce que Le Monde, cette référence déontologique et démocratique que les Martiens nous envient, proclame (sous le titre… « Gauche et syndicats cherchent la réplique au plan rigoureux de réforme des retraites ») : « C’est officiel. La retraite à 60 ans, cet "acquis" du premier septennat de François Mitterrand, a vécu. La retraite à 62 ans sera effective pour (presque) tous en 2018. » (Le Monde du 16 juin en ligne, édition imprimée du 17).

- Le Figaro lui aussi savait :

Pourtant, même si l’on peut espérer ou craindre que ce projet soit adopté par le Parlement, ce n’est qu’un projet et même un avant-projet tant qu’il n’a pas été adopté par le gouvernement.

… Et par présomption de démocratie (comme on parle de présomption d’innocence), les médias, qui se présentent comme les gardiens scrupuleux d’icelle aurait pu s’en souvenir. Mais ils se sont « résignés » à servir la soupe aux gouvernants…

Un jour plus tard, ces mêmes médias savaient déjà tout.

- 20 Minutes, avec un jour de retard :

- « Tout pour comprendre la réforme des retraites », titrait dès 8h46 France Soir.fr qui précisait, tout en nuances : «  La réforme des retraites suscite encore quelques interrogations : Qui va payer ? Et combien ? À quel âge partira-t-on à la retraite ?  », etc.

- Ou encore, Aujourd’hui en France  :

***

Nos valeureux médias n’ont pas la puissance à laquelle ils prétendent et que, parfois, on leur attribue. Mais, suivant leur exemple, nous aussi nous avons opté pour un titre « choc » destiné à souligner la fonction que, volontairement ou en toute inconscience (et parfois, malgré eux), ils remplissent, en l’occurrence : avaliser la communication du gouvernement et anticiper sur ce que celui-ci escompte. Ce journalisme d’anticipation n’a guère d’autre pouvoir qu’un pouvoir de légitimation dont les effets sont difficilement mesurables. Mais c’est déjà trop.

Henri Maler

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1À la différence de AFP, par exemple, qui titre sa dépêche : « Le gouvernement veut repousser l’âge de la retraite à 62 ans ».

A la une

Une partie de la rédaction se désolidarise d’un éditorial du Parisien

Communiqué intersyndical, de la SDJ et du collectif des femmes du Parisien

Spectre, une nouvelle plateforme de podcasts critiques

Pour « tracer collectivement des routes vers l’égalité et la justice ».