Accueil > Critiques > (...) > Journalistes et auteurs

Raphaël Enthoven : Dernières nouvelles de Saint-Germain-des-Prés

par Thibault Roques,

Au sortir de l’« affaire Moix » il y a un an à peine, on croyait en avoir fini avec les chefs-d’oeuvre annoncés – et obligés – de la rentrée littéraire, mauvais feuilletons familiaux rédigés d’une plume aussi narcissique que satisfaite. Sachons gré à Raphaël Enthoven, moraliste de notre temps, de nous gratifier à son tour d’un roman en forme d’autofiction, Le Temps gagné, dans lequel on croise une galerie de personnages trop méconnus : son père (l’éditeur Jean-Paul Enthoven), l’ami de son père (un certain Bernard-Henri Lévy), la fille de celui-ci et ex-femme de Raphaël (Justine Lévy, autrice de Rien de grave qui avait provoqué une onde de choc semblable il y a une quinzaine d’années dans le VIe arrondissement parisien), la femme de celui-ci (Arielle Dombasle), l’une des femmes de Raphaël, Carla Bruni, pour ne citer qu’eux.

Note : cet article est tiré du dernier numéro de notre revue Médiacritiques, à commander sur notre boutique en ligne, ou à retrouver en librairie.

S’il n’appartient pas à Acrimed de s’exprimer sur la qualité de l’ouvrage qui a tout d’une affaire de famille en dépit de la portée universelle vantée par son auteur, force est de constater que la tournée médiatique du chroniqueur-enseignant-philosophe-conférencier est déjà une belle réussite. Car pour les essayistes de son espèce, un bon livre est d’abord et avant tout le fruit d’un battage médiatique bien orchestré. Rien ni personne ne manquent à l’appel : la presse people, populaire et grand public n’hésite pas à jouer les intermédiaires dociles – Gala, Paris Match et Voici sont au rendez-vous. Notre romancier a aussi les honneurs de « La Grande Interview » matinale sur RTL ainsi que ceux du « Grand Matin » sur Sud Radio. Autant de médias d’ordinaire peu enclins à inviter artistes ou intellectuels mais qui, quand ils tiennent un grand livre, ou plus simplement un bon client vu à la télé, entendu à la radio, invité partout et tout le temps, se risquent sur des terrains inhabituels.

Les grands titres de la presse française ne sont pas en reste : Le Monde, via l’écrivaine Camille Laurens, recense l’ouvrage (certes qualifié de « roman-bourbier du philosophe médiatique ») ; Le Figaro frappe fort via son journaliste-humoriste-écrivain-critique-réalisateur Frédéric Beigbeder, également omniscient et bon à tout faire, surtout l’éloge de ses amis. Ainsi, dans un article où il mêle (fausse) subversion et (vraie) proximité, il ne craint pas d’encenser dos à dos père et fils pour mieux les réconcilier (on se souviendra que Jean-Paul Enthoven est l’éditeur de notre trublion chez Grasset). Beigbeder célèbre « une dynastie d’écrivains » (attendons quand même la postérité…) et situe le brûlot du fils « quelque part entre Les Mots de Sartre et Orléans de Moix ». À vous de choisir… « Peut-on aimer les deux romans de la famille Enthoven ? » s’interroge faussement Frédéric Beigbeder. « La réponse est oui », tranche le publicitaire dont le papier est retweeté derechef par notre fougueux Raphaël.

Décidément incontournable, Le Temps gagné fera aussi l’objet d’une dispute dans l’émission de France Inter « Le Masque et la Plume », dans laquelle Beigbeder – toujours lui – tentera désespérément de sauver l’opus magnum de son cadet, « un des grands livres de la rentrée », ce qui ne coûte rien sinon l’espoir d’un renvoi d’ascenseur pour une parution ultérieure…

On préférerait laisser toutes ces grandes plumes à leurs péripéties nombrilistes et au confort de l’entre-soi. Pourtant, il n’y a rien de rassurant à voir une nouvelle fois le monde des lettres s’apparenter à un monde de connivences et de complicités dans lequel la surface médiatique est le meilleur gage de la reconnaissance littéraire et où on ne sait plus vraiment qui est auteur, intermédiaire culturel ou animateur de réseaux sociaux (sur lesquels notre romancier se fait fort « d’injecter de la civilisation et de la dialectique », en toute modestie bien sûr).

C’est surtout l’état de délabrement du journalisme culturel qui inquiète, obligé de se pencher sur des oeuvres dont tout le monde finit par parler sans dire ni savoir vraiment pourquoi. Ou en ne le sachant que trop. Le service public, par l’entremise de Laure Adler, n’y résiste pas plus que les autres : « Ce soir sur France Inter Raphaël Enthoven est dans “L’Heure bleue” […] Il nous fait rire, il nous surprend, il nous agace, il nous enchante ! Raphaël Enthoven, pour son premier roman intitulé Le Temps gagné, est notre invité. »

Permanent, plus que jamais.

Si depuis Karl Kraus, tout semblait avoir été dit sur les accointances suspectes et les proximités indéfendables régnant dans l’univers médiatico-intellectuel, cela ne suffit manifestement pas à couper au « roman le plus germanopratin de l’année » selon Vanity Fair – titre qu’on ne pourra lui enlever. Courage, fuyez.


Thibault Roques

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Maux médiatiques : « Décryptage »

Une pratique d’apparence flambant neuve : le « décryptage ».

24h devant Angers Télé

Un article de « La Topette ».