Accueil > Critiques > (...) > Informations sur l’autre presse

Procès contre l’autre presse : A mort L’Aiguillon !

par Gérard Leray,

La preuve qu’il gêne. Au bout de 44 numéros, L’Aiguillon, mensuel (im)pertinent d’informations de l’agglomération de Chartres, est la cible de quatre procès, dont trois en diffamation

Certains s’inquiètent en effet de l’implantation réussie de ce canard associatif indépendant dans le pays chartrain (100.000 habitants), qui publie des informations irrévérencieuses sur la vie politique locale à destination d’un lectorat estimé entre 2.000 et 3.000 personnes. C’est pourquoi, aujourd’hui, ils déploient l’artillerie lourde pour tenter de le pulvériser.

Son 1er procès en diffamation lui a été signifié en avril 2004 par l’attaché parlementaire du député-maire UMP de Chartres. En février 2004, selon plusieurs témoins, celui-ci aurait assommé une Chartraine (en la jetant à terre) qui s’en prenait à sa voiture garée en stationnement interdit. Une affaire soigneusement étouffée (rien dans la presse locale officielle) mais révélée par L’Aiguillon le mois suivant, sur la base de deux témoignages directs et enregistrés au commissariat. Aucune date d’audience n’est encore fixée, comme si la partie plaignante redoutait finalement le scandale...

Le second procès lui est fait par le maire de la commune de Lucé (18.000 habitants, qui jouxte Chartres) devant le tribunal de grande instance. La date de l’audience n’est pas encore fixée. Jacques Morland, divers droite, réclame 23.500 euros pour détournement du logo de sa ville. Il s’agit simplement d’une vengeance de sa part. En mai 2003, L’Aiguillon avait révélé qu’il trempait dans une affaire de prise illégale d’intérêt (entre autres, il faisait imprimer le journal municipal dans une entreprise propriété de sa famille, dont il était lui-même salarié, et en utilisant une société écran pour camoufler la magouille). A cause de L’Aiguillon, Morland a été jugé en correctionnelle le 28 juin 2004 et condamné à huit mois de prison avec sursis, 15.000 euros d’amende et dix ans d’inéligibilité...

Le troisième procès, en diffamation, sera jugé le 6 décembre 2004. L’Aiguillon affirme régulièrement que la gestion financière de la ville de Chartres par Georges Lemoine, ancien maire PS (1977-1998) ex-secrétaire d’Etat de Mitterrand, a été catastrophique au cours de son 3ème mandat municipal (1989-1995). Du coup, rapport accablant de la Chambre régionale des comptes et surveillance préfectorale. L’homme conteste ces affirmations : il voudrait rebondir à l’occasion des échéances électorales de 2007/2008 et compte donc sur ce procès. Le comble, Lemoine réclame que le jugement - qu’il espère favorable à sa cause - soit publié dans ...Le Figaro.

Le 4ème procèsle 29 novembre 2004. Le juriste de la Ville de Lucé, recruté en mai 2004 par Jacques Morland pour remettre de l’ordre dans les affaires calamiteuses de la commune, s’estime diffamé à cause d’une brève de L’Aiguillon affirmant qu’il travaille sur les problèmes judiciaires de son patron de maire...

Gérard Leray

Article actualisé le 25 novembre 2004.

- Lire : « L’autre presse : L’Aiguillon, quatre ans, déjà toutes ses dents »

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.

Gilets jaunes : Sonia Devillers défend Radio France et élude la critique des médias

Autocritique impossible sur France Inter : rebelote.

6 juin à Paris - Médias et gilets jaunes : pour une information indépendante !

Une réunion publique organisée avec des gilets jaunes et des journalistes indépendants.