Accueil > Critiques > (...) > Racisme, antisémitisme, xénophobie, homophobie

Près de 50 rédactions signent une Charte contre l’homophobie

Nous publions la Charte contre l’homophobie récemment proposée par l’Association des Journalistes Lesbiennes, gays, bis et trans (AJL) aux rédactions françaises, et signée à ce jour par près d’une cinquantaine d’entre elles. Une initiative bienvenue, qui se situe au carrefour des identités et des combats d’Acrimed : observatoire des médias, force de proposition pour une transformation des médias et association partie prenante des combats de la "gauche de gauche", entre autres les luttes contre les discriminations (Acrimed).

Charte « Les médias contre l’homophobie »

Nous, journalistes et professionnel-le-s des médias, sommes conscient-e-s du rôle que les médias peuvent jouer contre les discriminations. En cette Journée internationale de lutte contre l’homophobie et la transphobie, nous ratifions la charte d’éthique « Les médias contre l’homophobie », initiée par l’Association des Journalistes LGBT (Lesbiennes, Gays, Bis et Trans) et consacrée à la couverture juste et respectueuse des thématiques LGBT. Dans la droite lignée de la charte d’éthique professionnelle des journalistes adoptée en 1918 (amendée en 1938 et 2011), l’objectif est de garantir le droit de l’ensemble du public (LGBT compris) à une information de qualité, complète, libre, indépendante et pluraliste.

Les rédactions signataires de cette charte en cinq principes s’engagent à :

1) Traiter de manière égale les homosexuel-les, les bisexuel-les et les hétérosexuel-les
C’est-à-dire, notamment :
- Faire témoigner des personnes LGBT dans le cadre de sujets généralistes : société, économie, sports…
- S’autoriser à mentionner l’orientation sexuelle d’une personne si celle-ci en a fait état : être homo n’est pas un secret honteux.
- Aborder de la même manière la vie sentimentale et familiale des personnes LGBT et hétérosexuelles, ni plus ni moins.

2) Garantir un traitement juste et respectueux des personnes trans
C’est-à-dire, notamment :
- Veiller à respecter le genre social des personnes trans (et non s’en tenir au genre légal), notamment dans l’utilisation des pronoms personnels.
- Ne pas réduire la transidentité aux opérations chirurgicales de réassignation sexuelle.
- Éviter les clichés, les blagues de mauvais goût et le sensationnalisme qui occultent la question des discriminations sociales des personnes trans, une communauté tenue au bas de l’échelle.

3) Rendre compte de la diversité des communautés LGBT
C’est-à-dire, notamment :
- Donner la parole aux lesbiennes.
- Varier les sujets d’enquête et de reportage.
- Représenter dans les images toute la pluralité LGBT : genres, minorités visibles, âges, etc…

4) Respecter l’ensemble du public

C’est-à-dire, notamment :
-Tenir compte de la diversité de son lectorat/audience
- Ne pas présumer que les personnes interviewées sont hétérosexuelles
-Prendre en considération les remarques des associations LGBT si elles estiment un contenu problématique.

5) Assurer l’égalité entre tou-te-s les collaborateurs-trices au sein de la rédaction
C’est-à-dire, notamment :
- Permettre aux confrères et consœurs LGBT d’exprimer, si ils-elles le souhaitent, leur orientation sexuelle.
- Ne pas empêcher les journalistes ouvertement homosexuel-les, bisexuel-les et trans de traiter les questions LGBT, mais ne pas les y cantonner non plus.
- Mettre en œuvre des actions destinées à prévenir et sanctionner les discriminations envers les collaborateurs-trices LGBT.



Liste des signataires (le 17 mai) : Le Monde, L’Equipe, Libération, Les Inrockuptibles, Slate, Mediapart, Rue89, Altermondes, Basta !, Society, So Foot, Doolittle, Pédale !, Radio Nova, Ouï FM, Yagg, Têtu, Well Well Well, Jeanne Magazine, Hétéroclite, Snatch, Stylist, NEON, Causette, Psychologies, Closer, Alternatives Economiques, AlterEcoPlus, Streetpress, Brain Magazine, MadmoiZelle.com, Les Nouvelles News, Konbini, Puremedias, Purepeople, Citizen Jazz, Voxeurop, Les Tambours, Yegg Magazine, Lemilie.org, error404.fr, 94.citoyens.com, Mother Shaker, Pressenza, Aficia.info, Pagtour.net, G One Radio, bellaciao.org, Manifesto XXI

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes (Fréquence Paris Plurielle)

Samedi 18 mai, Acrimed était invité dans l’émission « l’Hebdo » sur Fréquence Paris Plurielle, pour évoquer le traitement de l’information par les médias à l’heure des gilets jaunes.
Cette émission a été (...)

Lire : Ces cons de journalistes ! d’Olivier Goujon

Dans Ces cons de journalistes ! (Max Milo, 2019), le journaliste et photoreporter Olivier Goujon revient, exemples et témoignages à l’appui, sur la détérioration des conditions de travail des journalistes.
En vingt (...)

Le Monde se transforme en dépliant publicitaire… et s’en félicite

Misère de la presse quotidienne nationale.

Le Parisien atteint par des tirs de LBD ?

Abus de titraille.