Accueil > Critiques > (...) > 2002 : Le Forum social européen de Florence

Dossier : les médias et le Forum social européen

Peur sur la ville, forum sans forum et manifestation festive

par Henri Maler,

Une équipe de valeureux " envoyés spéciaux ", dépêchés par Acrimed sur le front des petits écrans et de la grande presse (avec quelques incursions dans les stations de radio) a prélevé des échantillons du journalisme d’enquête et d’investigation à l’œuvre pendant le Forum Social Européen de Florence.

Des échantillons qui, à défaut d’être totalement représentatifs, sont parfaitement significatifs. Il est toujours surprenant de constater à quel point certains constats sont sans surprise. A commencer par celui-ci : à de rares exceptions près, la pluralité des organes d’informations se traduit par une consternante uniformité et une affligeante vacuité.

Florence ? Une ville en danger

A l’approche du Forum et lors de la première journée, une " question " étouffe toutes les autres : comment prévenir des " débordements " et protéger la " ville-musée " ?

Question légitime, sans doute, mais dont la formulation même révèle - comment dire ? - un certain regard …

Question angoissée, qui fait trembler les plumes et tressaillir les voix des commentateurs, au point de minorer, voire de supprimer toute information sur les objectifs du Forum.

Question, surtout, qui permet de parler - encore et encore - de la " sécurité ", d’adopter sur les " risques " le point de vue de la police, avec - il est vrai - quelques remarques de ci de là (dans quelques journaux) sur le rôle fort peu " protecteur " qui fut le sien à Gênes.

Des débats ? Silence, on enquête…

A en juger par les tendances les plus lourdes, à peine social et fort peu européen, le Forum n’exista guère : on se demande encore en quoi ce fut un Forum Social Européen.

Un Forum ? S’il arriva que l’on fasse état de débats, rares - très rares - sont les médias qui rendirent compte, ne fût-ce que partiellement de leur contenu ;

Un Forum Social ? S’il arriva que l’on fasse état de la dimension sociale de ce Forum, en soulignant par exemple par participation plus importante des syndicats, plus alléchants pour les journalistes furent les passages éclairs et les prestations de quelques responsables politiques français ;

Un Forum Européen ? S’il arriva que l’on mentionne la dimension européenne de ce Forum, la plupart des comptes-rendus (quand ils existèrent…) se concentrèrent sur la participation française.

Et pourtant…. Pourtant, les grands parrains du journalisme ne cessent de répéter que les médias dominants sont indispensables aux débats publics. Mais il ne s’agit jamais que des débats pour médias, orchestrés et arbitrés par les médias. Ces débats que l’on ne peut esquiver ou refuser que si, disent-ils, on est un adversaire de la démocratie. Des débats où les " peu nombreux " qui y sont conviés, parmi les " toujours présents " qui sont incontournables vous diront ce qu’il faut penser … des débats dont la plupart des médias ne disent rien ou si peu : ceux de Porto Alegre ou … de Florence, par exemple.

Que le Forum social européen soit un espace démocratique (ou un segment de l’espace démocratique dans son ensemble), n’intéresse pas les tenanciers de l’espace médiatique. C’est bien connu : c’est l’espace médiatique qui est (par nature, par vocation, par destin) l’espace démocratique lui-même.

Une manifestation ? Vive la marée !

La veille de la manifestation, la plupart des médias redoublent leurs mises en gardes policières …

… avant de faire partager ou de feindre, après la manifestation, le soulagement et la surprise.

Et la plupart des médias d’insister sur l’absence d’incidents, de souligner l’importance " inattendue " de la " marée humaine ", valoriser son " ambiance " unanimement qualifiée de " festive " et d’informer sur son opposition à la guerre en Irak, en répétant comme un slogan que ce fut son slogan.

Quant aux motifs à la fois précis et divers de cette opposition, vous apprendrez au mieux … qu’ils sont divers. D’une diversité qui, en ce cas, est plus hétéroclite que démocratique.

Sans doute ces tendances lourdes - très lourdes - de l’information se combinent-elles avec la multiplication des petites - très petites - différences. Nous les avons relevées, comme nous avons relevé les différences effectives.

Elles suffiront peut-être aux Tartuffe du pluralisme et aux Don Quichotte de la complexité, toujours prêts à découvrir un arc-en-ciel démocratique dans les diverses nuances de gris.

Comme si nous n’avions définitivement le choix qu’entre le gris monochrome (ou le noir) des régimes monolithiques et la grisaille d’une démocratie médiatiquement chasse gardée.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Renaud Camus & Finkielkraut : les dissonances cognitives du Monde

D’une enquête à un « Forum philo » complaisant : cherchez l’erreur.

Macron contre le journalisme

Les attaques contre la liberté d’informer s’accumulent.

Réunification de l’Allemagne : Un résumé pamphlétaire sur France Info

Patrice Romedenne dresse un mur contre le « Monde diplomatique ».