Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Où va la presse écrite ?

Petite histoire de la distribution de la presse (1/3) : les origines de Presstalis

par Jean Pérès,

Il ne suffit pas que la liberté de la presse soit garantie par la loi pour exister dans la pratique : encore faut-il que les moyens matériels de cette liberté en assurent l’effectivité. Parmi ces moyens, la distribution dite "vente au numéro" qui permet de transporter chaque jour les journaux dans les points de vente, marchands de journaux où viendront les acheter les particuliers, est, en France, essentielle. Or la baisse constante de la diffusion de la presse écrite, depuis plusieurs décennies, provoque une crise chronique de ce système de distribution, dont l’opérateur principal, Presstalis [1] se trouve dans une situation très difficile en 2017, avec 350 millions d’euros de fonds propres négatifs [2]. La chute de Presstalis provoquerait des bouleversements dans toute l’organisation en place depuis la fin de la guerre qui était censée garantir – en principe du moins – une certaine solidarité entre les titres afin de préserver le pluralisme et de garantir le droit à l’information : c’est dire que les enjeux de cette situation sont tout autant économiques que démocratiques. Ce premier article qui présentera la loi Bichet régulant le secteur, ainsi que deux de ses acteurs incontournables (Hachette et le Syndicat du Livre), permettra de situer la genèse de la crise actuelle. Dans un deuxième article, nous verrons comment la distribution de la presse a suivi les évolutions de la presse elle-même, avant de conclure, avec un troisième article, sur la situation actuelle.

Pour comprendre cette crise, il nous a paru d’abord nécessaire de faire un retour sur les conditions d’adoption de la loi Bichet [3], qui organise depuis plus de 70 ans la distribution des quotidiens et des magazines. Dans la suite de l’article, nous évoquerons le rôle important du syndicat du Livre.


La loi Bichet : l’option privée l’emporte

De 1864 à 2011, année de son retrait de Presstalis, la société Hachette a régné sur la distribution des journaux et des livres [4] sans interruption, à l’exception d’un bref intervalle de deux ans (1945-1947). Intervalle qui nous intéresse ici particulièrement, puisque c’est celui au cours duquel sont nées les NMPP, devenues Presstalis.

Le 1er septembre 1945, les messageries de la presse de Hachette – en pleine prospérité, y compris pendant l’occupation allemande – sont mises sous séquestre pour fait de collaboration avec l’ennemi, et ses locaux et matériels de la rue Réaumur, à Paris, réquisitionnés. Une nouvelle société est créée sous la forme d’une coopérative, les Messageries françaises de presse (MFP), par les journaux issus de la résistance qui prennent en main la distribution. Hachette ne s’avoue pas vaincue pour autant. Grâce à un concours substantiel des banques [5], elle acquiert une petite société de distribution en difficulté, l’Expéditive, et fait une concurrence farouche aux MFP, débauchant ses salariés et certains de ses journaux les plus prospères (France-soir, Combat, le Populaire, le Parisien libéré) grâce à des salaires et des tarifs de distribution plus attractifs.

Le parti communiste, alors premier parti de France (28,8 % des voix aux élections législatives de novembre 1946), s’oppose vigoureusement au trust Hachette [6]. Deux projets sont alors en concurrence au Parlement. Un projet de nationalisation et de service public de la distribution des journaux, présenté par le socialiste Albert Gazier et soutenu surtout par le PCF et les socialistes [7] et un autre projet dit Bichet, qui confie cette distribution au secteur privé (en fait aux éditeurs) défendu principalement par le MRP (Mouvement républicain populaire), parti centriste démocrate chrétien.

Le contexte de la distribution publique par les MFP – alors marqué par de sérieuses difficultés financières et de nombreuses grèves (un mois entier en février-mars 1947) – fait pencher les débats du côté de l’option privée, ratifiée par le Parlement avec le vote de la loi du 2 avril 1947 dite Loi Bichet, du nom de son auteur [8]. Ainsi, contrairement à une idée très répandue dans les médias selon laquelle la loi Bichet serait une application directe du programme du Conseil national de la Résistance, celle-ci est bien plutôt une régression par rapport à ce programme, qui prévoyait notamment « la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État, des puissances d’argent ». La nationalisation de la distribution de la presse, dotée d’un statut qui la préserve de l’emprise de l’État et l’établissement d’un véritable service public de la distribution, dont le projet Gazier était proche, eussent été, assurément, dans la droite ligne de ce programme. Car in fine, la loi Bichet livre en réalité la distribution de la presse à Hachette, quand bien même ses promoteurs juraient d’en finir avec la Librairie. C’est que Monsieur Bichet avait un certain sens de la mesure : « Nationaliser Hachette aurait été un peu gros », déclarait-il alors. Pas pour tout le monde.

Cela dit, bien que l’option privée l’ait emporté sur l’option publique, la loi Bichet, amendée par ses opposants, est restée largement marquée par l’esprit de la Résistance.


La loi Bichet et la Résistance : esprit, es-tu là ?

Certes, dans son premier article, cette loi établit une liberté de distribution qui semble marquée du sceau du plus pur libéralisme [9]. Mais cette disposition doit être comprise comme une réaction aux années de guerre où la presse était étroitement contrôlée, et surtout comme le maintien, pour les journaux de la PQR (presse quotidienne régionale), de la possibilité de se distribuer eux-mêmes, comme avant-guerre, en raison du périmètre réduit de leur zone de vente [10]. Ce qui n’est pas le cas des journaux et périodiques ayant vocation à être distribués dans tout le pays et à l’étranger : pour organiser leur distribution, ceux-là sont plus ou moins contraints de se grouper, pour d’évidentes raisons d’économies d’échelle.

La loi Bichet définit les conditions de ces regroupements dans son article 2 [11] et leur impose une forme de société, la coopérative. Autrement dit, si plusieurs éditeurs souhaitent s’associer (« groupage ») pour distribuer leurs journaux, ils sont obligés par la loi de se constituer en société coopérative. Cette obligation a pour objectif d’empêcher un ou plusieurs de ces éditeurs, mieux dotés en capital que les autres et/ou détenteurs de plusieurs journaux, d’utiliser la distribution à leur profit [12]. En effet, les sociétés coopératives fonctionnent selon le principe « un associé = une voix », quelle que soit la part de capital de l’associé dans la coopérative [13]. En 1947, la plupart des journaux étant issus de la Résistance, ce fonctionnement démocratique ne pouvait que leur être favorable. D’ailleurs, les Messageries lyonnaises de presse, antérieures à la loi Bichet, fonctionnaient déjà sur le modèle coopératif.

En revanche, contrairement à ce qui est souvent affirmé trop rapidement dans les médias, Presstalis n’est pas elle-même une coopérative, mais une SARL jusqu’en 2011, et depuis, une « société par actions simplifiée » (SAS), c’est-à-dire une société privée commerciale classique. Sa spécificité tient au fait que son capital doit être détenu majoritairement, selon la loi Bichet, par des coopératives de presse [14]. Durant le plus clair de son existence, NMPP-Presstalis fut ainsi la propriété de cinq, puis de huit coopératives pour 51% de son capital, et de la société Hachette, qui n’a rien d’une coopérative, pour les 49% restants. Depuis 2011, date à laquelle Hachette abandonna Presstalis, cette dernière est la propriété de deux coopératives, la Coopérative de distribution des quotidiens (25%) et la Coopérative de distribution des magazines (75%).

Inversement, les MLP sont une coopérative gérant directement la distribution. Cette différence n’est pas sans conséquences. La formule Presstalis permet certainement aux coopérateurs de se dispenser de la gestion quotidienne de la distribution, mais par ailleurs, en plus du coût important généré par une structure supplémentaire, elle confère à la distribution une grande autonomie par rapport aux membres des coopératives. Autonomie qui peut conduire à des dérives, surtout lorsque la même société, Hachette, pour ne pas la nommer, en tient les rênes pendant 64 ans.

On est loin, très loin alors, de « l’esprit de la Résistance ». À la fin des années 1960, la gestion d’Hachette fut par exemple vivement contestée par les éditeurs, menés par Émilien Amaury (Le Parisien libéré) et Jacques Sauvageot (Le Monde), en raison de ses prix excessifs et de l’opacité de sa gestion. – une opacité qui demeure malgré le départ de Hachette [15]. Par contre, il semble qu’aux MLP, la démocratie coopérative fonctionne mieux. En 2016, une révolte des petits éditeurs éclate contre la politique du CA, trop favorable, à leur goût, aux gros éditeurs. Alors mis en minorité, ce CA a dû démissionner collectivement, et un autre a été élu, faisant une meilleure part aux petits éditeurs. Depuis, les MLP semblent bien se porter [16].

« L’esprit de la Résistance » transparaît surtout dans l’article 6 de la loi Bichet, inchangé jusqu’à ce jour : « Devra être obligatoirement admis dans la société coopérative tout journal ou périodique qui offrira de conclure avec la société un contrat de transport (ou de groupage et de distribution) sur la base du barème des tarifs visé à l’article 12 ci-après. » Ainsi, chaque journal, chaque magazine peut (doit) être distribué par le réseau des NMPP-Presstalis, quel que soit son tirage, selon les mêmes tarifs. C’est un droit effectif à la distribution qui est instauré, notamment pour les petits éditeurs qui n’auraient pas les moyens de se distribuer eux-mêmes. Véritable appel d’air après les années de restrictions de la guerre, cette mesure a favorisé la création de nombreuses publications, notamment de magazines, même si, à l’époque, elle visait surtout à promouvoir le pluralisme de l’information politique, majoritairement porté par les quotidiens.

En définitive, c’est essentiellement la porte laissée ouverte par l’article 4 au retour en force de la Librairie Hachette qui écarte la loi Bichet de ce que l’on peut appeler « l’esprit de la Résistance », en favorisant l’arrivée d’un trust, qui plus est de sinistre mémoire, à la direction des messageries.


Le triomphe de Hachette

Le compromis issu de la loi Bichet est tout à l’avantage de la Librairie Hachette, point sur lequel nous insistions dans notre compte-rendu du livre de Jean-Yves Mollier :

Une société de gestion des messageries de presse est constituée, dans laquelle Hachette est formellement minoritaire avec 49% des parts contre 51% à cinq coopératives de presse ; mais en réalité, après avoir acheté France soir, Paris presse, France dimanche, Le Journal du dimanche, Elle, Hachette est en fait majoritaire. De plus, c’est elle qui est chargée statutairement de nommer le directeur des Messageries.

Et de fait, aucun changement notable ne viendra modifier cette organisation jusqu’en 2011.

Pour Hachette, l’affaire est en effet très bénéfique. En nommant le directeur des Messageries, évidemment toujours parmi les cadres de sa direction [17], elle garde la haute main sur leur organisation. Cela n’est pas anodin pour un groupe qui pèse également dans le milieu de l’édition, propriétaire de quelques journaux au départ, et qui deviendra au début des années 1980 le premier éditeur de magazines en France (et aussi dans le monde) [18]. Le groupe est également présent au niveau de la diffusion, grâce à son réseau de Relais H, puis Relay, petites boutiques qui essaiment dans les gares, stations de métros, aéroports et autres lieux de transit, proposant journaux, best-sellers, sandwichs et autres utilités pour voyageurs [19]. Éditeur majeur, assurant le pilotage du système de distribution et diffuseur de premier plan, Hachette devenait ainsi un acteur central à chaque étape du processus de production et de mise en circulation de la presse écrite. On peut donc supposer, sans grand risque de se tromper, que l’éditeur Hachette fut bien distribué par le distributeur Hachette chez les diffuseurs Hachette.

Cerise sur le gâteau, pour « la mise à disposition des locaux de la rue Réaumur et du matériel », Hachette percevra chaque année une somme forfaitaire à partir de 1946, et à partir de 1951 « 1 % du chiffre d’affaires » des NMPP [20] Ajoutons à tout cela qu’en tant que distributeur, Hachette disposait chaque jour d’une quantité faramineuse de liquidités issues des ventes des journaux (plusieurs millions d’euros par jour), qui lui permettaient nombre d’opérations et asseyaient la confiance des banques [21].

On peut s’étonner que le rôle d’Hachette dans l’histoire des NMPP-Presstalis soit si peu évoqué dans les journaux traitant cette question ; le dossier de l’hebdomadaire Le 1, fort intéressant par ailleurs, ne le mentionne pas, pas plus que la plupart des articles de presse consacrés à cette question ; quant au rapport Schwartz [22], il ne le cite que « pour mémoire » dans la période de création de la messagerie. Pourtant, bien qu’Hachette se soit retirée de la direction de Presstalis en 2011 (il y a à peine huit ans et après tout de même 64 ans de pilotage de la distribution de la presse), la société de Lagardère est toujours bien présente dans la diffusion (Relay), chez les éditeurs (son représentant à Presstalis, Richard Lenormand, préside la coopérative des magazines), et dans la distribution – la nouvelle présidente de Presstalis, Michèle Benbunan, vient de ses rangs [23], de même que la précédente, Anne-Marie Couderc. Il serait pour toutes ces raisons difficile de lui dénier une quelconque responsabilité dans la crise actuelle de Presstalis, nous y reviendrons.

Avant d’en venir à la période récente, il nous faut, pour achever de planter le décor, revenir sur l’histoire d’un autre acteur qui, situé à l’opposé du pôle contrôlé par Hachette, va marquer l’histoire des NMPP-Presstalis : le SGLCE-CGT, Syndicat du livre et de la communication écrite CGT, communément désigné comme « le syndicat du Livre ».


Le syndicat du Livre et l’ « aristocratie ouvrière »

C’est le général de Gaulle qui, pour s’assurer du soutien des journaux à la Libération, confia à la CGT, avant la fin de la guerre, le monopole de l’embauche des ouvriers de l’imprimerie. Même si ce monopole ne fut pas étendu aux travailleurs de la distribution, ces derniers eurent un statut et un fonctionnement très proches de leurs camarades imprimeurs. Cette proximité se traduit par une quasi-exclusivité syndicale de la CGT et en conséquence, des mots d’ordre de grève suivis à 100 %. Une configuration particulièrement favorable donc, dans un domaine où il n’y a pas de concurrence (celle des MLP n’interviendra que dans les années 1990) et où les pertes dues aux grèves sont irréparables (l’information n’est vendable que le jour-même) [24]. Au fil des grèves, et au grand dam des bourgeois horrifiés, les ouvriers du Livre ont conquis des augmentations de salaires, qui se hissèrent aux niveaux de ceux des cadres. Ultérieurement, cette « aristocratie ouvrière » sera jugée responsable de tous les malheurs des messageries par de nombreux patrons de presse arguant qu’elle coûtait inhabituellement cher et faisait grève pour un oui ou pour un non [25].

Émilien Amaury, patron de presse particulièrement autoritaire (surnommé « Jupiter » !) a tenté de se retirer des NMPP-Presstalis pour se distribuer lui-même en 1975 ; une initiative qui lui a valu un affrontement avec le syndicat du Livre, dont il voulait briser le monopole d’embauche [26]. Après une grève de 28 mois, soutenue par l’ensemble des syndiqués du Livre qui donnaient 10% de leur salaire à la caisse de secours, et nombre d’actions, parfois violentes, pour empêcher la distribution du Parisien libéré, le conflit s’est terminé à la mort accidentelle d’Amaury, sans que celui-ci ait obtenu satisfaction. Le Parisien a perdu dans la bataille la moitié de ses lecteurs (passés de 800 000 à 400 000), et par la suite, aucun éditeur ne prendra le risque d’affronter seul le syndicat. Le Parisien n’obtiendra le droit de se distribuer lui-même que plus de 25 ans plus tard, en 2001, encore qu’un montage juridique le maintint alors formellement dans NMPP-Presstalis.

La première défaite du syndicat du Livre date de 1989 : après dix jours de grève pour des augmentations de salaires, les ouvriers baissent les bras face à la résolution des éditeurs, faisant bloc, et des NMPP-Presstalis. Dans ce conflit, véritable tournant pour le syndicat, la distribution fut assurée malgré la grève. Sous la menace d’un lock-out, les ouvriers ont repris le travail. Et enfin, chose jamais vue au Livre, les journées de grève furent retenues sur les salaires. La situation avait changé : la distribution, comme la presse en général, entrait alors dans une phase de déclin. Avant cela, NMPP-Presstalis avait cependant connu de longues années de prospérité, sur la base du compromis de la loi Bichet, soutenue par les deux piliers que furent Hachette et le syndicat du Livre. Nous y reviendrons plus en détail dans un second article à paraître, intitulé « Splendeur et décadence de Presstalis ».


Jean Pérès

 

Notes

[1Nouvelle appellation depuis 2009 des Nouvelles messageries de la presse parisienne (NMPP). Dans cet article, pour en simplifier la lecture, nous utiliserons l’appellation Presstalis ou NMPP-Presstalis, y compris pour la période couverte par les NMPP.

[2Deux sociétés se partagent la distribution de la vente au numéro de la presse : Presstalis et Les Messageries lyonnaises de presse (MLP) à raison de 75 % pour Presstalis et 25 % pour les MLP. La vente au numéro représente à peu près le tiers de l’ensemble de la distribution. Les deux autres tiers sont assurés par les abonnements (via La Poste et le portage – livraison à domicile par porteur spécial – assuré par les journaux) et par la presse régionale, qui se distribue par ses propres moyens. Si l’on ajoute les « gratuits » qui se distribuent également eux-mêmes, c’est largement moins d’un tiers de la distribution qui est représenté par la « vente au numéro ». En termes d’audience, incluant les lectures sur écrans, Presstalis ne représente plus, selon l’AADP (Association pour l’avenir des diffuseurs de presse), que 14% de la distribution. Ainsi même si la crise de Presstalis est très grave, les considérations ci-dessus, généralement omises par la plupart des commentaires, permettent d’en relativiser l’ampleur et les conséquences sur la distribution de la presse papier.

[3Loi n° 47-585 du 2 avril 1947 relative au statut des entreprises de groupage et de distribution des journaux et publications périodiques.

[4Pour l’ensemble de l’activité de la Librairie Hachette, faite d’opportunisme, de censure et de manœuvres politico-financières, on se réfèrera à notre recension du livre de Jean-Yves Mollier, Hachette, le géant aux ailes brisées ou encore mieux, au livre lui-même.

[5Banque nationale de Paris et des Pays-Bas (Paribas), Banque d’Indochine (Indosuez), CIC.

[6Pour donner une idée de la chaude ambiance d’alors, voici l’extrait d’un tract intitulé « La presse libre en danger : le trust Hachette relève la tête » : « Hier au service des boches, Hachette et les banques d’affaires, à coup d’argent et avec la complicité du ministre de l’Information, veulent étrangler les messageries libres créées à la Libération… Il faut empêcher ce scandale par la nationalisation des messageries de presse » (in Jean-Yves Mollier, Op.cit., p. 95).

[7En avril 1947, il n’a manqué au projet Gazier, concurrent du projet Bichet, que 8 voix sur 574 députés pour l’emporter. S’il avait été choisi, la face du monde de la distribution en aurait été changée. Car le projet Gazier ne proposait rien moins que la nationalisation de Hachette et le monopole de la distribution de la presse, considérée comme un service public. Une société coopérative de presse, dont le CA devait être composé de 21 membres, dont 7 représentants l’État, 7 des éditeurs, 7 du personnel, aurait organisé et régulé cette distribution, dont les moyens mutualisés auraient été au service de l’ensemble de la profession. Les adversaires de ce projet accusaient ses promoteurs de vouloir exercer un contrôle politique de la presse. Ce que l’avenir n’a pas pu vérifier.

[8Dans son dernier ouvrage, " L’âge d’or de la corruption parlementaire 1930-1980", Jean-Yves Mollier revient longuement sur cet épisode qui a vu triompher Hachette (pourtant bien compromise, deux ans à peine après la fin de la guerre) et sur les manœuvres de la « pieuvre verte » dans une atmosphère de guerre froide naissante où le parti communiste devenait une cible privilégiée.

[9« La diffusion de la presse imprimée est libre. Toute entreprise de presse est libre d’assurer elle-même la distribution de ses propres journaux et publications périodiques par les moyens qu’elle jugera les plus convenables à cet effet. »

[10De ce fait, demeurée extérieure à Presstalis, la PQR n’est pas affectée par la crise qui secoue la distribution.

[11« Le groupage et la distribution de plusieurs journaux et publications périodiques ne peuvent être assurés que par des sociétés coopératives de messageries de presse soumises aux dispositions de la présente loi. »

[12Le souvenir d’Hachette sabotant la distribution de Messidor, mensuel de la CGT, en 1936, est encore dans toutes les têtes.

[13Cette règle commune à toutes les sociétés coopératives, est reprise à l’article 10 de la loi Bichet : « Quel que soit le nombre des parts sociales dont il est titulaire, chaque sociétaire ne pourra disposer, à titre personnel, dans les assemblées générales, que d’une seule voix. »

[14Article 4 : « Si les sociétés coopératives décident de confier l’exécution de certaines opérations matérielles à des entreprises commerciales, elles devront s’assurer une participation majoritaire dans la direction de ces entreprises, leur garantissant l’impartialité de cette gestion et la surveillance de leurs comptabilités. »

[15En témoigne cette déclaration stupéfiante de Louis Dreyfus, président du directoire du Monde, membre du conseil de gestion de Presstalis et actuel président de la Coopérative des quotidiens (a priori pas le perdreau de l’année) à Philippe Kieffer, enquêtant pour Le 1 sur Presstalis : « Quand on nous présentait les comptes […], on ne nous montrait que la ligne "résultat d’exploitation", qui affichait plus ou moins l’équilibre, parfois des bénéfices de 1 ou 2 millions d’euros. D’accord, mais ce qui compte vraiment, ce n’est pas le "résultat d’exploitation", mais les lignes qui sont normalement en dessous, celles des "charges" et du "résultat net". Pendant des mois j’ai réclamé ces chiffres. On a fini par les obtenir au printemps 2017, et là, évidemment, il y a eu comme un choc… » (Le 1, 4 avril 2018).

[16Comme en témoigne « Arrêt sur images ».

[17On notera que même après le départ de Hachette de Presstalis en 2011 cette pratique a continué.

[18Suite aux rachats d’Hachette et Hachette-magazine par Daniel Filipacchi et Jean-Luc Lagardère.

[19Les Relay, dont le nombre est en diminution, sont encore 644 en France en 2017, plus nombreux que les kiosques (522), et presque autant à l’étranger.

[20L’équivalent de 7,5 millions d’euros en 1951, et de 30 millions en 1972.

[21Sur les avantages qu’Hachette retirait de la gestion des NMPP-Presstalis, on consultera avec profit un rare témoignage, ici sous forme de brûlot « Hachette, une puissance occulte », article de Gabriel Enkiri publié en 1973.

[22Voir infra.

[23Avant de présider Presstalis, elle était directrice de la branche Services et Opérations d’Hachette Livre et membre du Comité exécutif du groupe.

[24Un doute persiste sur la stratégie du syndicat du Livre au moment du vote de la loi Bichet. Il est clair que la longue grève de février-mars 1947 (30 jours) aux MFP n’a pas favorisé le projet de nationalisation des messageries et a joué en faveur de la loi Bichet. D’ailleurs, cette grève n’était pas soutenue par le PCF, dont des comités furent reçus par les grévistes de la rue Réaumur avec… des lances à incendie. Certains mauvais esprits (conspirationnistes ?) ont même soupçonné Hachette d’avoir soutenu la grève en sous-main. Il semblerait plutôt, selon Yves Mollier, que certains syndicats au sein du Livre, hostiles au PC et à la CGT, aient poussé au maximum à la grève.

[25Il faut croire que la prospérité de ces ouvriers ne les a pas trop ramollis, ceux-ci ayant continué jusqu’à ce jour à défendre fermement leurs intérêts et, selon Emmanuel Schwartzenberg (« Spéciale dernière : Qui veut la mort de la presse française ? », Calmann-Lévy, 2007) alimenté Cuba en papier pendant les années 1980 aux frais des NMPP-Presstalis, et même constitué un véritable arsenal, découvert en 1991, avec les armes détournées de Manufrance, manufacture de Saint-Étienne, au moment de sa faillite, et stockées chez NMPP-Presstalis, dans la perspective du « grand soir ».

[26Il projetait de fermer son imprimerie parisienne, de licencier 300 de ses 600 salariés, et d’embaucher des ouvriers syndiqués à FO dans deux nouvelles imprimeries ultra modernes en province, avec des salaires inférieurs à ceux des syndiqués CGT du Livre.

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »