Accueil > Critiques > (...) > Journalisme et politique

People : PPDA « invite » Juppé - Acte 2 : A table !

Le « suspense » fut insoutenable. Le « séisme » ? De force maximale. Les spéculations ? A longueur de colonnes et de temps d’antenne.

Du côté de TF1, PPDA avait confié la veille son état d’esprit et les circonstances de l’auto-invitation de Juppé (Lire et écouter : « Acte I : Préparatifs »).

Voici de larges extraits, non des réponses d’Alain Juppé, mais de la présentation de son opération de communication sur TF1 le 3 février 2004 à 20 heures.

En guise de prologue d’un dernier tunnel publicitaire d’avant JT, une autre publicité : « Dans quelques instants, Alain Juppé sera l’invité exceptionnel de Patrick Poivre d’Arvor ». Exceptionnel !

Ouverture du journal par Patrick Poivre d’Arvor :

« Voici les titres de l’actualité de ce mardi. Le moment de vérité pour Alain Juppé. Dans quelques instants, il nous dira quel est son choix, s’il continue ou non le combat politique. Il nous dira aussi ce qu’il a ressenti à son prononcé, puis en entendant ce matin les ovations des députés de l’UMP et de l’Assemblée Nationale qui ne connaissaient pas sa décision. »

Les choix d’Alain Juppé ... et ses sentiments. Car tout cela est évidemment humain, très humain.

« Rarement le choix d’un homme politique aura été aussi attendu », annonce PPDA, bien décidé à faire durer encore un peu cette insoutenable attente.

Comme à TF1 on ne plaisante pas avec la hiérarchie de l’information, on commence toujours par l’actualité la plus marquante. Le premier « sujet » du journal est donc consacré à un reportage sur l’ovation réservée par les députés UMP à Alain Juppé. C’est la séquence « émotion », suivie d’un bref détour par l’Assemblée où on entend notamment Raffarin affirmer son amitié pour Alain Juppé ... sans que l’on sache précisément à quelle question il répondait. Deuxième sujet : les trois enquêtes diligentées sur les pressions dont les juges auraient fait l’objet....

Quand enfin l’hôte parut : « Merci Alain Juppé d’avoir accepté notre invitation. » Ce simulacre d’une « invitation » par TF1, alors que Juppé s’est invité lui-même, explique sans doute que l’hospitalité de TF1 durera 20 minutes !

La première question va droit à l’essentiel : « Vous avez dit aux députés UMP que Vendredi le ciel vous était tombé sur la tête. Est-ce que vous aviez ne serait-ce que fugitivement entrevu, imaginé une telle issue judiciaire ? ». On attendra encore un peu pour savoir ce que Juppé à décidé. Mais ce n’est encore qu’une ébauche de dramatisation et personnalise l’entretien.

Deuxième question : « Est-ce que c’est la condamnation elle-même qui vous a fait mal (18 mois de prison avec sursis) ou ses conséquences (10 ans d’inéligibilité) ou les attendus du jugements qui sont particulièrement sévères puisqu’ils disent qu’à un moment donné vous avez trompé la confiance du peuple souverain ? ».

Juppé répond longuement sur ce qui lui a « fait mal ». Puis PPDA relance : « Est-ce que vous considérez que c’est à la justice ou à trois juges si vous voulez de dire que vous avez trompé le peuple souverain ? » La question est directe, mais la formulation, elle, - l’insinuation sur les trois juges...seulement... est oblique. Et Juppé, dans sa réponse, trouvant peu acceptable, on s’en doute, d’être accusé d’avoir trompé le peuple souverain, PPDA ponctue : « Une condamnation morale, en quelque sorte... »

Question suivante : « Sur le jugement, reparlons-en un peu, vous avez eu conscience de faire quelque chose d’illégal ? (...) ». « Reparlons-en un peu ». Mais si peu... Et Juppé confessant avoir sans doute commis des « erreurs », PPDA : souligne : « Des erreurs, mais pas quelque chose d’illégal. »

Et ça continue : « La plupart des commentateurs et un grand nombre d’opposants politiques disent que dans cette affaire vous êtes le bouclier de Chirac. (...) Est-ce que vous avez eu l’impression d’être ce fusible-là ? » . La question n’est pas posée directement, mais à l’abri de commentateurs et autres opposants ; et elle porte, non sur un fait, mais sur une impression personnelle : confiez-nous vos sentiments M.Juppé ...

Et le confesseur de poursuivre : « Pour vous, la fidélité c’est capital en politique ? »

Mais comme il faut en remettre une louche sur les prétendues incongruités du jugement, PPDA s’abandonne : «  Il y a quelques années, je vous avais reçu à « Vol de nuit » [1] pour parler d’un livre sur Montesquieu (...) . ».

Cette note personnelle, destinée à nous rappeler un événement historique d’importance, sert simplement ... à évoquer un vague souvenir de la théorie de la séparation des pouvoirs, avant d’en venir à l’essentiel : « Vous pensez que le politique doit s’incliner toujours devant le judiciaire ? ». On en oublierait presque qu’il s’agit de s’incliner devant une condamnation pour faits délictueux...

On s’épargne la suite : elle est du même tonneau d’eau tiède ... Pour finir, PPDA remerciera Juppé d’avoir répondu à son invitation et Juppé remerciera PPDA de l’avoir « accueilli ».

... Comme TF1 l’eut fait pour n’importe quel salarié licencié (mais sans avoir commis aucun délit) dont le « destin » aurait basculé !

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

Notes

[1L’émission littéraire présentée par PPDA sur TF1

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.