Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Exercices de pédagogie économique

« On n’arrête pas l’éco » : un défilé de patrons au micro de France Inter

par Frédéric Lemaire,

Diffusé chaque samedi de 9h15 à 10h sur France Inter, « On n’arrête pas l’éco » est un magazine radio d’actualité économique proposant billets, reportages, débats et interviews. Si l’émission propose des éclairages intéressants, on peut s’interroger sur l’importance accordée, dans l’interview qui occupe la dernière partie de l’émission, à la voix des « décideurs » - dirigeants d’entreprise et d’institutions publiques – par rapport à celle d’autres acteurs tels que les représentants de salariés… voire les salariés eux-mêmes.

À l’antenne d’Inter depuis septembre 2010, « On n’arrête pas l’éco » se donne pour objectif de « mettre en lumière les phénomènes plus silencieux de l’économie » et ses conséquences quotidiennes « pour le plus grand nombre ». L’émission se présente sous la forme d’un magazine radio avec un zapping d’actualité, un débat contradictoire d’une quinzaine de minutes (qui oppose régulièrement Emmanuel Lechypre de BFM-Business et Christian Chavagneux d’Alternatives Economiques), différents billets (dont « ma vie au boulot », qui répond aux questions de salariés) ainsi qu’un reportage et un entretien d’une dizaine de minutes chacun.

À travers différents reportages sur la place des femmes dans le monde du travail, la dérégulation financière aux États-Unis, ou encore l’évolution de La Poste, l’émission propose des éclairages intéressants et critiques sur l’économie. On constate cependant, s’agissant des interviews, des déséquilibres que nous avions déjà observés dans d’autres émissions telles que Le téléphone sonne sur France Inter, ou encore C’est mon argent, L’interview éco et l’Eco de France Info.

Ainsi, sur l’ensemble de l’année 2018 jusqu’à ce jour, près de la moitié des invités (17 sur 36) sont des dirigeants d’entreprise, avec un certain faible pour les grosses d’entre elles (notamment Facebook, Manpower, Bouygues Telecom, Google France, ou encore la RATP, La Poste). Les acteurs institutionnels (11 en tout) représentent près d’un tiers des invités (FMI, Commission européenne, Banque de France, Autorité des marchés financiers, Banque publique d’investissement). On compte également deux ministres (Gérald Darmanin et Julien Denormandie) et un ancien ministre (Arnaud Montebourg). Et seulement trois syndicalistes (représentant FO, la CGT et la CGC), un représentant d’ONG (WWF) et trois auteurs [1].

Ce déséquilibre témoigne d’un fait médiatique récurrent que nous évoquions déjà dans nos précédents articles : le format « interview » reste majoritairement réservé aux décideurs, chefs d’entreprise et responsables institutionnels ou politiques ; tandis que la parole salariée ou les expressions critiques sont « reléguées » à d’autres formats (chronique « ma vie au travail » ou reportages) où elles bénéficient d’une moindre exposition. Le cas d’« On n’arrête pas l’éco » est certes différent de celui des émissions classiques d’interviews économiques évoquées dans nos précédents articles, dans la mesure où on peut y entendre des voix alternatives à la doxa économique… mais celles-ci semblent devoir se cantonner aux reportages et débats. Cela confirme le constat que nous avons déjà fait à plusieurs reprises : la parole consacrée en matière d’économie demeure réservée, dans les grands médias, aux chefs d’entreprise et autres « décideurs ».


Frédéric Lemaire (avec Guillaume Carbajal)


Annexe : liste des invités de « On n’arrête pas l’éco » en 2018

17/11/2018, Julien Denormandie, Ministre de la Ville et du Logement ;

10/11/2018, Alain Roumilhac, Président de Manpower France ;

03/11/2018, Philippe Martin, Président Délégué, Conseil d’analyse économique ;

27/10/2018, François Hommeril, Président, CFE-CGC ;

20/10/2018, Philippe Wahl, PDG, La Poste ;

13/10/2018, Olivier Roussat, PDG, Bouygues-Telecom ;

06/10/2018, Philippe Martinez, Secrétaire General, CGT ;

29/09/2018, Carlos Tavares, Président Du Directoire, groupe PSA ;

22/09/2018, Éric Heyer, Pascal Lokiec, Auteur, Livre "Une autre voie est possible" ;

15/09/2018, François Villeroy De Galhau, Gouverneur, Banque de France ;

08/09/2018, Arnaud Montebourg, Entrepreneur, Ancien Ministre ;

01/09/2018, Gerald Darmanin, Ministre, action des comptes publics ;

30/06/2018, Jean-Pierre Mas, Président, entreprises du voyage ;

23/06/2018, Augustin De Romanet, PDG, groupe ADP ;

16/06/2018, Laurent Habib, Président / Patron, AACC / agence Babel ;

09/06/2018, Sébastien Missoffe, Dg, Google France ;

02/06/2018, Nicolas Revel, Dg, la CNAM ;

26/05/2018, Catherine Guillouard, PDG, RATP ;

19/05/2018, Éric Leandri, PDG, Qwant ;

12/05/2018, Stéphane Lissner, Directeur, Opera National de Paris ;

05/05/2018, Jean Basseres, Dg, Pole Emploi ;

28/04/2018, Xavier Caitucoli, PDG, Direct Energie ;

19/04/2018, Stéphane Pallez, PDG, FDJ ;

12/04/2018, Cecilia Malmstrom, Commissaire Européenne, Commerce ;

05/04/2018, Thierry Mallet, PDG, Transdev ;

31/03/2018, Philippe Rio, Maire, Grigny ;

24/03/2018, Tim Harford, Auteur, Economiste, Livre "économie mondiale en 50 inventions" ;

17/03/2018, Nicolas Tery, Président, Confédération nationale du Crédit Mutuel ;

10/03/2018, Pascal Canfin, Dg, WWF ;

03/03/2018, Thierry Baudet, Président, Fédération nationale de la mutualité française ;

17/02/2018, Christine Lagarde, Directrice Générale, FMI ;

10/02/2018, Jean-Claude Mailly, Secrétaire Général, FO ;

03/02/2018, Nicolas Dufourcq, Dg, BPI ;

27/01/2018, Serge Papin, PDG, Groupe Système U ;

13/01/2018, Laurent Solly, Dg France & Europe Du Sud, Facebook ;

06/01/2018, Robert Ophele, Président, Autorité des Marchés Financiers.

 

Notes

[1Voir la liste en annexe.

A la une

Actualité des médias n°21 (novembre 2018)

Du côté des programmes, des informations et des entreprises médiatiques.

Gilets jaunes : les éditocrates applaudissent Macron et sifflent la fin de la récré

Les éditorialistes aux gilets jaunes : « rentrez chez vous ! »