Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > Mobilisations contre la « Loi Travail » (2016)

En bref

Nuit debout : France 2 annule un direct place de la République

par Mathias Reymond,

Pourquoi donc un direct de France 2 (9 avril 2016) prévu depuis la place de la République a été annulé ?

Sur place, le cameraman est pourtant prêt depuis plus d’une demi-heure, le journaliste répète son texte consciencieusement, et le journal de 20 heures va commencer. À la télévision, Laurent Delahousse présente les titres et annonce : « nous serons en direct de la place de Nation mais également de la place de la République où va se tenir une nouvelle soirée pour les "Nuits Debout" ». Depuis neuf nuits, la place est occupée par des manifestants qui exigent beaucoup plus que le simple retrait de la « loi travail ». Le mouvement – « Nuit Debout » - se mobilise contre « l’oligarchie politique », ou les « faiseurs médiatiques d’opinions », et se prépare donc à passer une nouvelle nuit dehors.

Et puis, rien. Pas de direct.

Pourquoi ? Un problème technique probablement, sans rapport… avec les pancartes présentes derrière le journaliste : « Déformations télévisées », « Spectateurs du JT : levez-vous pour les Nuits debout ». Sans rapport non plus, nous en sommes certains, avec le slogan scandé en rythme par les manifestants : « France 2, debout, rejoignez-nous ! ».





Quel dommage ! Le journaliste en aurait sans doute profité pour faire remarquer que ces slogans ne sont pas anecdotiques puisque la critique des médias est bien présente place de la République : François Ruffin (réalisateur de Merci Patron ! et journaliste à Fakir) et Frédéric Lordon (économiste et philosophe) – deux acteurs de la critique des médias – contribuent activement au mouvement Nuit Debout [1], on y projette Pierre Carles, réalisateur de « Pas vu, pas Pris » et figure emblématique de la critique des médias, et les militants d’Acrimed sont présents pour distribuer des tracts et participer aux débats…

Au lieu de cela, ce soir-là, le présentateur du journal de France 2, a constaté impuissant que 64 % des Français « ne connaîtraient pas vraiment leurs revendications » bien que « 60% soutiendraient le mouvement ». Il aurait pu, aussi, s’excuser pour « cette interruption momentanée de l’information ».



Mathias Reymond



Post-scriptum : Jérémie Ferrer-Bartomeu (merci à lui !) nous a signalé cette vidéo, qu’il a tournée place de la République lors de la préparation et de l’annulation du duplex de France 2 :

 

Notes

[1Notons que, comme souvent, les grands médias cherchent à personnifier des organisations collectives. Selon le site du Figaro (7 avril 2016), cela ne fait pas de doute, « à l’origine de ce mouvement disparate, dynamique mais sans leaders, on trouve le journal Fakir et son directeur François Ruffin », et pour Libération (8 avril 2016), « si le mouvement Nuit Debout avait un visage, ce serait celui de Frédéric Lordon ».

A la une

Jeudi d’Acrimed avec Serge Halimi et Pierre Rimbert : « Histoire d’une critique radicale et sardonique des médias »

Le 29 novembre, à la Bourse du travail de Paris. Avec Serge Halimi, Pierre Rimbert (« Monde Diplomatique »), et Mathias Reymond pour Acrimed.

La fait-diversion de l’actualité

Un extrait d’« Une histoire populaire de la France », Gérard Noiriel, Agone, 2018.

In memoriam 1914-1918 : quatre années de presse aux ordres

Quand la presse se vautrait dans les bras des généraux.

Lu : Les écoles du journalisme, d’Ivan Chupin

Le politiste Ivan Chupin publie aux Presses Universitaires de Rennes Les écoles du journalisme. Les enjeux de la scolarisation d’une profession (1899-2018).
Dans son ouvrage, Ivan Chupin revient sur l’émergence et les (...)