Accueil > Critiques > (...) > Le Nouvel Observateur

Maintien de l’ordre

Mauvais goût : Beigbeder "crache dans la soupe"

"Après l’arrêt de son émission sur Canal+, il accuse la télévision de "condamner les animateurs à la débilité". "

L’avantage des rubriques "en hausse"-"en baisse" des hebdos parisiens, c’est qu’elles revèlent bien moins subtilement que les articles "classiques" la
ligne editoriale.

Dans Le Nouvel Observateur 21-27 novembre, on peut lire dans la rubrique "en baisse" :

"Frédéric Beigbeder n’en finit pas de cracher dans la soupe. Après plus de dix ans passés dans la pub, il avait écrit un livre condamnant ce milieu. Aujourd’hui, après l’arrêt de son émission sur Canal+, il accuse la télévision de "condamner les animateurs à la débilité". "

Il est ici fait allusion a un entretien avec Beigbeder paru dans Le Monde Television du 16 novembre, mais le Nouvel Obs - dont Le Monde est actionnaire - ne le precise pas.

Ainsi - et au dela de l’exemple de Beigbeder, sur lequel il y a beaucoup à dire -, Le Nouvel Observateur, hebdomadaire des indignations vertueuses, déplore la regrettable déloyauté de ceux qui, ayant été invité à partager la "soupe", rendent publiques les réflexions nées de leur expérience.

Nul doute que Le Nouvel Observateur, pour garantir à la critique de la profession par ses professionnels tout son tranchant, proposera bientôt d’intégrer dans la Charte des devoirs des journalistes... le devoir de réserve.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

« Grandes Gueules » : Daniel Riolo, un nouvel éditorialiste dans le cirque médiatique

Quand le journaliste sportif devint professionnel du commentaire.

Lire : Berlin, 1933. La presse internationale face à Hitler de Daniel Schneidermann

Retour sur le traitement médiatique de la montée du nazisme.

Gilets jaunes : service minimum dans les magazines féminins

De leur difficulté à rendre visibles les femmes des classes moyennes et populaires