Accueil > (...) > Lu, vu, entendu

Lu, vu, entendu : « Avis de recherche d’un contre-pouvoir indépendant »

par Henri Maler, Johann Colin,

Contes et légendes…

I. En quête d’indépendance

Etienne Mougeotte, en toute indépendance

On le sait, Etienne Mougeotte a pris la succession de Nicolas Beytout à la tête du Figaro. Interviewé par Guillaume Durand sur Europe 1 (A l’Air Libre, Europe 1, 20 novembre 2007), l’ancien directeur de TF1 vend son « produit » : « Je pense que de plus en plus, les marques, les grandes marques : Figaro, Europe 1, TF1, New York Times si on va à l’étranger, auront une valeur très forte dans un système où l’information arrive par de multiples canaux ».

Signe des temps, même Guillaume Durand, même sur Europe 1, se sent obligé d’évoquer le problème de l‘indépendance des journalistes qui travaillent pour la « grande marque ».
- Guillaume Durand : - « Les journalistes qui travaillent pour vous ils se sont souvent méfiés de leur patron, Serge Dassault qui voulait faire passer une sorte d’image politique, ils se méfient aussi de Nicolas Sarkozy dont on disait que M. Beytout, Nicolas Beytout était très proche, est-ce que vous leur garantissez en arrivant une indépendance ? »
- Etienne Mougeotte : - « Moi ce que je leur garantis, c’est à la fois l’indépendance politique bien sûr et une relation pacifiée vis-à-vis de l’actionnaire, c’est-à-dire un actionnaire qui fait son métier d’actionnaire mais qui ne prétend pas intervenir et qui n’interviendra pas dans la ligne éditoriale du journal. »

Quand Etienne Mougeotte se porte garant de l’indépendance des journalistes, on est prié de ne pas sourire. Quand il honore le dur « métier » [sic] d’actionnaire, en assurant que celui-ci n’aura pas à « travailler plus pour intervenir davantage », on se prend à penser qu’Etienne Mougeotte, choisi par l’actionnaire, fera son « métier » d’intermédiaire et de « pacificateur », sans qu’il soit utile que l’actionnaire se charge directement et quotidiennement de la « ligne éditoriale du journal » .

Mais Guillaume Durand, toujours pressé de passer à la question suivante, avant que la précédente ait été vraiment abordée, est inquiet :

- Guillaume Durand : - « Est-ce que Le Figaro est un journal de droite ?  »
En voilà une question impertinente ! Demander si Le Figaro est un journal de droite, c’est un peu comme demander si Radio Vatican est une radio catholique... Mais Etienne Mougeotte ne se dérobe pas :
- Etienne Mougeotte : - « Le Figaro est un journal libéral, il défend... »
- Guillaume Durand : - « C’est-à-dire un journal de droite ! (...) Est-ce que tout ça, c’est organisé dans le bureau du Président de la République ? Parce qu’on a beaucoup parlé d’annonces qu’il aurait fait...  »

Et hop ! Puisque l’orientation éditoriale du Figaro n’est déterminée ni dans le bureau du propriétaire de la « marque », ni dans celui du Président de la République (et, ajoutons-le : que les journalistes pris individuellement n’ont pas jour après jour un fil à la patte), l’indépendance est garantie ! Sous couvert de poser des questions dérangeantes, Guillaume Durand a lavé Le Figaro de tout soupçon.

Et comme Europe 1 est suspecté de se prêter aux exigences de Sarkozy, Etienne Mougeotte défend les deux « marques » en une seule tirade :

- Etienne Mougeotte : - « Attendez, attendez, attendez, attendez, Guillaume Durand , est-ce que les journaux d’Europe 1 se font dans le bureau du Président de la République ? Non ! Est-ce que les journalistes d’Europe 1 sont inféodés au Président de la République ? Non, et bah pour Le Figaro c’est pareil, c’est pareil et on raconte un certain nombre de choses, (...) en tout cas, moi je n’ai pas vu le Président, je n’ai pas eu de contact avec lui, je le respecte en tant que Président, il est le Président de la République mais ce n’est pas lui qui fera Le Figaro, croyez-moi, pas plus qu’il ne fait j’en suis sûr Europe 1 ».

Evidemment, Sarkozy ne fait pas Le Figaro  ! Evidemment, il ne fait pas Europe 1 ! Pourquoi se donnerait-il cette peine ? L’orientation éditoriale du quotidien est si bien ajustée à ses exigences qu’il peut se priver d’intervenir directement. Quant à la station de radio, média de consensus, elle épouse si bien le consensus dominant qu’il n’est nul besoin d’inféoder ses journalistes.

Consensus dominant ? Quelques secondes plus tard, Guillaume Durand pose cette question à son invité :
- Guillaume Durand - : « Etienne Mougeotte, que diriez-vous à ceux qui nous écoutent qui sont coincés aujourd’hui dans les voitures (...) ? Parce que nous sommes dans un pays qui est quand même assez coincé !  »

Avec des journalistes aussi « décoincés » que Guillaume Durand, Sarkozy n’a nul besoin de museler la presse. De tels journalistes ne risquent pas de mordre.

Nicolas Beytout, en toute indépendance

En tout cas, si Etienne Mougeotte promet d’assurer l’indépendance du Figaro vis-à-vis de ses actionnaires, il devra faire ses preuves. Pour convaincre en particulier son prédécesseur, Nicolas Beytout. Celui-ci assure avoir été « un grand résistant » face à Serge Dassault, propriétaire du quotidien : « Il m’appelait tous les jours, dit Beytout, pour m’imposer ses copains ou écrire dans le journal. Ce type est un nul qui ne connaît rien à la presse. J’ai tenu, mais je ne suis pas sûr que ce sera le cas avec Mougeotte » (Le Canard Enchaîné, 28 novembre 2007). Vu l’ampleur de la résistance en question sous Beytout, si celle-ci est encore moins grande sous Mougeotte, cela laisse songeur sur l’avenir du Figaro. Rappelons que Serge Dassault n’a pas attendu le changement de direction à la tête de « son » quotidien pour déclarer qu’un journal « permet de faire passer un certain nombre d’idées saines » (entretien accordé au magazine Entreprendre pour son numéro de décembre 2003, voir notre article « La presse selon Dassault (4) : les « idées saines »).

Vincent Bolloré, en toute indépendance

S’il dit les choses de manière plus élégante, Philippe Labro, conseiller du prince Vincent Bolloré, est tout à fait d’accord avec l’ami Serge : « Les médias, c’est profondément contemporain et synonyme d’influence », confie-t-il à Télérama (Emmanuelle Anizon, « Le raz de marée Bolloré », Télérama, n°3016, 31 octobre 2007).

Le prince en question, propriétaire entre autres de la chaîne Direct 8 et du journal Direct Soir, est encore plus... direct. C’est que les beaux discours sur l’indépendance des médias, c’est bon quand on est journaliste, voire même directeur. Mais quand on est LE Boss, on peut se lâcher. Toujours dans Télérama, on peut lire cet aveu : « Je ne suis pas un investisseur financier, je suis un investisseur industriel. Je dois donc avoir le contrôle de l’éditorial ». Le client, ajoute-t-il, « ce n’est plus seulement le lecteur, mais l’annonceur ».

Exactement l’inverse de ce que prétendait Mougeotte sur Europe 1. Quelles sont les qualités requises pour travailler au service de Bolloré ? L’une de ses anciennes salariées l’a confié à Télérama  : « Ce n’était pas désagréable de travailler avec lui, dit une ancienne salariée à Télérama. Il est très intelligent, charmant, élégant. Simplement, il faut oublier d’être journaliste ». On ose croire que cet oubli puisse gagner des salariés du Figaro et d’Europe 1…

II. A la recherche du contre-pouvoir

Si Le Figaro est un journal de droite, si les médias de Vincent Bolloré lui sont inféodés, heureusement il reste des médias de gauche rebelles et subversifs, comme... Libération  ! Vous souriez ? Vous avez tort, certains y croient.

Un contre-pouvoir de fréquentation ?

A commencer par Libé lui-même. Témoin, cette publicité :

Libération, le premier des contre-pouvoirs ? Pourtant... Pourtant, interviewé sur France Inter dans l’émission J’ai Mes Sources (22 octobre 2007), Laïd Sammari, journaliste à L’Est Républicain, auteur d’un article sur le divorce de Nicolas Sarkozy, a cette révélation : « Quand on est Parisien, on ne peut pas accepter l’idée que, dans une affaire aussi importante [le divorce des Sarkozy], aussi sensible, touchant au Président de la République, qu’un provincial vienne faire la nique. (...) Moi, à Libération, on m’a dit : "Mais, tu comprends, c’est pas possible. Nous, on les connaît tous à l’Elysée, on les voit tous les jours" ». Curieux argument (invoqué à propos d’une question subalterne, il est vrai…) qui suggère que pour certains journalistes de Libé le journalisme d’investigation se confond avec le journalisme de fréquentation.

Libération, contre le pouvoir… ou tout contre ?

Contre les pouvoirs ou tout contre ?

Au cours de l’émission "J’ai mes sources" (France Inter, lundi 22 octobre 2007, Albert Du Roy, auteur de La mort de l’information (Stock), nous en dit plus sur ce lien entre pouvoir et journalistes. Albert Du Roy est ancien directeur général adjoint de France 2 en charge de l’information, ancien rédacteur en chef du Nouvel Observateur, ex-journaliste à L’Express, Europe 1 et France Inter. On pourrait donc s’attendre de sa part à une certaine mansuétude. Et pourtant :

« D’une manière générale, explique-t-il, c’est vrai qu’en France, à l’égard des pouvoirs en général, du pouvoir présidentiel en particulier et du pouvoir de ce président-ci encore plus en particulier, il y a une prudence. Le mot prudence étant un euphémisme. C’est de la déférence ou c’est de la précaution ou c’est du calcul ou c’est de la connivence (...) C’est vrai que, dans le domaine politique, il y a une endogamie entre les journalistes qui couvrent la politique et les élus qu’ils devraient traiter d’une manière distanciée, que (...) c’est grave. Moi, j’en ai fait partie de ce système et donc je peux – avec la lucidité, peut-être, que donne le retrait – je peux dire à quel point c’est quelque chose qui peut aboutir, en matière d’information, à des conséquences graves. (...) Mais c’est vrai aussi dans tous les autres secteurs de l’information. Les connexions entre industriels et journalistes, entre fabricants de produits touristiques et les journalistes, entre restaurants et les journalistes gastronomiques, les connexions sont très nombreuses ».

« C’est ce système de connivence qu’il faut dénoncer, renchérit Pierre Haski, co-fondateur du site Rue89.com, invité lui aussi ce jour-là. Ce système de connivence, il est bien antérieur à l’apparition de l’internet. Il est à l’intérieur du système de l’information en France. Il y a plein d’autres exemples, dans son livre [celui d’Albert Du Roy], que tout le monde connaît. Pour essayer une voiture, on ne vous emmène pas, comme vous le racontez, dans le terrain d’essai du constructeur, on vous emmène aux Caraïbes ou au Mexique ou en Thaïlande, tous frais payés. Bon, l’objectivité du papier à l’arrivée est évidemment délicate. Et, tout ça, c’est un système qui touche l’ensemble de la chaîne de l’information. »

Connivence ou connivence ?

« Oui, et alors ? », se serait écrié Eric Zemmour s’il avait été là. Le chroniqueur d’On n’est pas couché a en effet expliqué dans l’émission de Laurent Ruquier (France 2, 10 novembre 2007) :

- Eric Zemmour – « En fait, la connivence est un faux problème parce que... »
- Jean-Marc Morandini, invité ce jour là : - « Pas dans l’esprit des gens ! »

Jean-Marc Morandini reconnaît, lui, qu’il y a un vrai problème de connivence, mais seulement dans l’esprit des gens. Zemmour en convient, mais à condition qu’on s’accorde sur le fait que « les gens » sont bêtes et n’ont rien compris.

- Eric Zemmour – « Oui, je sais bien. Mais il faut leur expliquer. En fait, on peut être très copain avec un politique, on peut... On est des êtres humains et donc on peut bouffer ensemble, rigoler ensemble, parler du dernier match de foot, etc. et, après, sur un plateau ou dans un journal, poser des vraies questions, s’opposer vraiment. (...) C’est mon expérience personnelle ! ». Comme si cette dernière phrase pouvait l’aider à nous convaincre.

Alors d’où vient le problème de crédibilité des médias selon Zemmour ?
- Eric Zemmour – « Je pense que les journalistes sont responsables de ça. C’est-à-dire qu’ils ont tellement réduit le champ d’expression (politique, idéologique), en clair ils sont tellement tous sur la même ligne à 90% – une espèce de gauche bien pensante – et ils disent tous la même chose, que les gens ne se reconnaissent plus en ce qu’ils di[sent]. Naulleau [son complice chroniqueur dans l’émission] dit très pertinemment : "Ils [les gens] refusent la médiation." Mais parce que la médiation ne leur ressemble plus. Ce ne sont plus des médiateurs [les journalistes – Zemmour est parfois difficile à suivre] puisqu’ils ne disent pas ce que les gens pensent ».

« Le problème, finit-il par résumer, c’est quand tout le monde vit dans le même monde et qu’en plus on partage tous les mêmes idées ». Surtout quand ces idées sont de gauche !

Pour Eric Zemmour, le problème ce n’est pas la connivence, mais la connivence ! Ce n’est pas la fréquentation assidue, mais l’appartenance à un même monde. De gauche ? Là, on peut en douter…

Et si on informait ?

Et puisque les citoyens (les « gens », dirait Zemmour) ne se reconnaissent plus dans les médias officiels, en toute bonne logique, ils créent les leurs et prennent en main l’information.

C’est ce que découvre Edwy Plenel, frappé par un éclair de lucidité. Dans un document vidéo diffusé sur le site de « Médiapart », le futur média qu’il impulse sur Internet, Plenel diagnostique : « L’actuelle révolution industrielle – celle que symbolise le Net et qui est marquée par l’avènement du média personnel –, elle fait descendre le journaliste de son piédestal. Au fond, nous nous étions appropriés un pouvoir indu. Comme si l’opinion, le jugement, l’analyse, le point de vue c’était notre privilège. Eh bien non ! Les citoyens, là, maintenant, peuvent nous rappeler que la liberté d’expression, ça appartient à tout le monde. Alors, du coup, nous sommes devant un défi : nous sommes sommés de reconquérir un continent que nous avons un peu laissé en friche : l’information ». C’est en effet assez fâcheux, pour des journalistes, d’avoir « un peu » laissé l’information en friche….

Et si on critiquait les médias ?

Comment les journalistes pourraient-ils surmonter la méfiance qu’ils inspirent ? Peut-être en écoutant un peu certaines critiques des médias…Daniel Schneidermann, auquel il arrive d’être mieux inspiré, a trouvé une autre solution. Adepte des arts martiaux, il préconise aux médias de se servir de leurs propres faiblesses comme d’une arme. Sur le site d’Arrêt sur Images, le 17 novembre 2007, il explique : « Cette méfiance des acteurs d’un conflit social à l’égard des journalistes, toujours accusés de le caricaturer, de n’en retenir que les slogans et le superficiel, cette méfiance est vieille comme les conflits sociaux. Elle est parfois justifiée, parfois non, à chacun de se faire une idée en...écoutant et en lisant, ce que disent les journalistes, justement ». Conclusion : si vous faites confiance aux journaux, achetez-les. Si vous ne leur faites pas confiance... achetez-les quand même ! L’idée est séduisante ! Ecouter et lire les journalistes pour savoir ce qu’il convient de penser de la couverture médiatique des conflits sociaux ? Eux d’abord ? Eux seulement ? Leur laisser le monopole de la critique des médias et renoncer à celle qui, comme dit Plenel qui ne devait pas penser à nous, contribue à faire « descendre le journaliste de son piédestal  ». … Du moins les journalistes qui s’étaient juchés dessus. Quant aux autres, ils aimeraient peut-être faire leur métier. En 2008, comme les années précédentes, Acrimed aidera les premiers à descendre et soutiendra les seconds.

Johann Colin et Henri Maler

Grâce à la banque de données affectueusement recueillies par les associés d’Acrimed.

 

Acrimed est une association qui tient à son indépendance. Nous ne recourons ni à la publicité ni aux subventions. Vous pouvez nous soutenir en faisant un don ou en adhérant à l’association.

A la une

Le groupe Bolloré condamné pour procédure abusive face à Benoît Collombat

L’oligarque perd le procès en diffamation intenté contre le journaliste de France Inter.

DGSI et journalistes : la récidive !

Un communiqué du SNJ (22 mai 2019).

Européennes : Macron envahit la presse régionale, avec la bénédiction des rédactions

Servilité et pluralisme en berne dans la PQR.