Observatoire des media

ACRIMED

Accueil > Critiques > (...) > 2004 : Attentats et élections en Espagne

Les attentats en Espagne mis aux enchères par L’Express

par Henri Maler,

Les terribles attentats perpétrés en Espagne ont été l’occasion d’une débauche d’élucubrations expertes, de spéculations fumeuses, d’amalgames audacieux et de commentaires insensés dont il conviendra, le moment venu, de faire le bilan.

Force est pourtant de constater immédiatement que ces attentats ont permis de réinventer des règles professionnelles, probablement « déontologiques » :
- Dans le doute, ne pas s’abstenir.
- Parler abondamment surtout quand on a rien à dire.

Comme toujours, le pire éclaire l’indécence ordinaire. Et le comble niche souvent dans d’apparents détails. Cette fois, on le doit (provisoirement ?) au site de L’Express où l’on pouvait encore, au lendemain des élections en Espagne, découvrir le « sondage » suivant :

Evidemment, il ne s’agit pas d’un pseudo-sondage. Tout au plus d’un exutoire. Une tentative pseudo-démocratique de promouvoir un journalisme de café du commerce. Et, somme toute, une simple caricature des spéculations verbeuses qui à longueur de colonnes et de temps d’antenne ont permis à de prétendus « experts » de faire office de voyantes, avec le concours de journalistes pressés de découvrir les auteurs des attentats en lisant dans le marc de café.

Mettre aux enchères la recherche de la vérité ? Une façon très particulière de rendre hommage aux victimes…

H.M.

 

A la une

La liberté d’informer selon LREM : chronique d’un quinquennat autoritaire (2017 - …)

La macronie en marche pour mettre les médias au pas.

Gilles Bornstein (France Info) : chien de garde face à Jean-Pierre Mercier, tendre avec Alain Minc

Le deux poids deux mesures des interviews de Gilles Bornstein.

La subordination du journalisme au pouvoir économique

Dépolarisation et verticalisation du champ journalistique